Rechercher
Rechercher

Économie - Electricité au Liban

« Dans 48 heures, nos générateurs s’éteindront, faute de carburant », préviennent les propriétaires

« Nous ne trouvons pas de mazout au prix officiel », déplore Abdo Saadé.

« Dans 48 heures, nos générateurs s’éteindront, faute de carburant », préviennent les propriétaires

Un générateur privé au Liban. Photo d'illustration M.A.

Le président du rassemblement des propriétaires de générateurs privés, Abdo Saadé, a indiqué vendredi à L’Orient-Le Jour être presque à court de carburant. « Notre stock ne suffit plus que pour 48 heures, après quoi nos générateurs s’éteindront », a-t-il indiqué, ajoutant que « nous ne trouvons pas de mazout au prix officiel », alors que « le prix des 20 litres de ce carburant sur le marché noir a atteint 50 000 livres libanaises. Or nous avions déjà affirmé que nous refusons de nous en approvisionner sur le marché noir ».

Il y a une semaine, c’est Ali Bawji, président du rassemblement des propriétaires de générateurs privés de Saïda (Liban-Sud), qui avait indiqué qu’ils seraient obligés d’éteindre leurs groupes électrogènes quelques jours plus tard, faute de carburant.

Repère

Comment EDL gère le rationnement de son carburant

Contacté par L’Orient-Le Jour mardi dernier, jour durant lequel cette décision aurait dû être actée, M. Bawji avait indiqué que les autorités locales leur avaient finalement assuré un stock de mazout leur permettant de « tenir quelques jours encore ». « Nous ne pourrons pas continuer à opérer de la sorte », avait-il toutefois ajouté, soulignant qu’il est « impératif qu’EDL (Électricité du Liban) augmente son approvisionnement en courant électrique de quelques heures ».

Lire aussi

Pas d’électricité = pas d’eau : les défaillances se multiplient

Lundi, une source proche d’EDL avait confirmé à L’Orient-Le Jour que le fournisseur public serait en mesure d'assurer une moyenne de huit heures de courant par jour cette semaine, après que des tests ont été effectués sur des chargements de fuel oil cette semaine. En attendant, les rassemblements de propriétaires de générateurs privés affirment qu’EDL n’assure toujours que 3 à 4 heures de courant par jour, le reste leur incombant.



Le président du rassemblement des propriétaires de générateurs privés, Abdo Saadé, a indiqué vendredi à L’Orient-Le Jour être presque à court de carburant. « Notre stock ne suffit plus que pour 48 heures, après quoi nos générateurs s’éteindront », a-t-il indiqué, ajoutant que « nous ne trouvons pas de mazout au prix officiel », alors que « le prix des 20 litres de ce...

commentaires (4)

il aura suffit que ces messieurs gerent mieux leur prestation depuis longtemps en faisant des coupes sur les heures de courant a offrir. Mais Non,c'est comme s'ils savaient , et qu'ils tenaient a faire le max de profit en attendant le pire. EXACTEMENT comme notre CRASSE politique a fait: fuite en avant vers la catastrophe finale.

Gaby SIOUFI

10 h 50, le 19 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • il aura suffit que ces messieurs gerent mieux leur prestation depuis longtemps en faisant des coupes sur les heures de courant a offrir. Mais Non,c'est comme s'ils savaient , et qu'ils tenaient a faire le max de profit en attendant le pire. EXACTEMENT comme notre CRASSE politique a fait: fuite en avant vers la catastrophe finale.

    Gaby SIOUFI

    10 h 50, le 19 juin 2021

  • Que les générateurs privés s’éteignent. On n’aura plus leur nuisance sonore et environnementale mais qu’EDL relève le défit de fournir aux libanais l’électricité. Non, je rêve

    mokpo

    22 h 13, le 18 juin 2021

  • Comme s'il ne suffisait pas tant de souffrances, on ajoute aussi des possibilités plus affreuses pour décourager cette population, tant du côté des générateurs électriques, que du côté des médicaments, que tôt ou tard, il faut s'habituer à des substituts analogues sans affoler les gens.

    Esber

    20 h 39, le 18 juin 2021

  • Les propriétaires de générateurs privés devenus plus forts que l 'EDL veulent exercer un chantage sale dans un pays qui a pedu ses responsables . Triste .

    Antoine Sabbagha

    18 h 30, le 18 juin 2021

Retour en haut