Rechercher
Rechercher

Politique - focus

Match nul entre Nasrallah et Bassil

Le chef du Courant patriotique libre s’en est pris une fois de plus à l’arsenal du parti chiite, une attaque qu’il souhaite rentabiliser dans le cadre du marchandage sur la formation du cabinet.


Match nul entre Nasrallah et Bassil

Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil. Photo d’archives AFP

C’est une arme à laquelle il recourt quand il souhaite faire monter les enchères ou séduire une partie de son public. Dans un entretien accordé au site an-Nahar, c’est d’anomalie que le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil a, cette fois, qualifié les armes du Hezbollah. Et comme à chaque fois, on l’attend au tournant pour saluer sa prise de position ou la stigmatiser. C’est manifestement ce qui s’est passé lundi soir, lorsque le leader aouniste a cherché à provoquer, une fois de plus, son allié chiite. Dans un entretien accordé au site an-Nahar, M. Bassil a considéré, en réponse à une question, qu’il « n’est pas normal qu’il y ait des armes en dehors de l’État ». Interrogé sur le slogan jadis cher aux aounistes – Liberté, souveraineté, indépendance–, le chef du CPL a tenté toutefois d’atténuer ses propos en justifiant qu’actuellement le Liban se trouve dans une situation exceptionnelle. Et que tant que cet arsenal reste encadré par une stratégie d’État « prévue dans les déclarations ministérielles », et qu’elle bénéficie de l’accord du peuple libanais, la présence de ces armes n’est pas en contradiction avec la souveraineté. Une stratégie d’État dite de défense qui, rappelons-le, n’existe toujours pas alors que Michel Aoun en avait fait son cheval de bataille.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Salée, l’addiction !

Le chef du CPL, sanctionné en novembre dernier par les États-Unis, en a rajouté une couche en considérant que l’ingérence du Hezbollah au Yémen est injustifiée ce qui, selon lui, n’est pas le cas de son implication en Syrie d’où le parti chiite devait soi-disant bouter les « terroristes » qui menaçaient le Liban. « Les Libanais ont le droit de faire la distinction entre la guerre en Syrie et la guerre au Yémen », a-t-il dit.

En mars dernier, dans un discours considéré comme fondateur, le leader chrétien s’était clairement prononcé, pour la première fois, en faveur du monopole de la violence légitime par l’État et d’une stratégie de défense dans laquelle l’armée retrouverait son rôle en matière de défense du territoire et de ses frontières. Une prise de position destinée alors à reconquérir l’appui d’une partie de la base populaire du CPL qui contestait de plus en plus l’entente conclue entre le courant aouniste et le parti chiite, considérée comme néfaste pour les chrétiens.

Pour mémoire

Pourquoi le Hezbollah a désormais plus besoin de Hariri que de Bassil

Bien qu’elle ne soit pas inédite – ce n’est pas la première fois que le leader chrétien s’en prend à l’arsenal du Hezbollah –, cette prise de position est un nouveau message adressé par le camp aouniste à son allié chiite qu’il cherche à faire fléchir dans le cadre des tractations qui ont actuellement lieu pour la formation du gouvernement. « La relation entre le Hezbollah et le CPL est excellente tant que ce dernier ne veut rien de son partenaire. Mais dès que c’est le cas, il fait monter les enchères pour obtenir ce qu’il veut », commente un analyste du 14 Mars, qui a souhaité garder l’anonymat.

« Diable muet »

Les propos de Gebran Bassil au site an-Nahar avaient été précédés dimanche par des déclarations en flèche formulées, cette fois-ci, par Nagi Hayek, un médecin de renom connu pour son activisme en faveur du CPL. Dans un entretien à la chaîne al-Jadeed, ce dernier a affirmé que « le CPL a subi des préjudices au niveau de la rue chrétienne du fait de sa relation avec le Hezbollah et terni ses relations avec l’Occident ». En pressant là où ça fait le plus mal, M. Bassil et ses collaborateurs espèrent ainsi titiller le Hezbollah qui semble en avoir assez des manœuvres de blocage et tergiversations pratiquées par le camp aouniste. Aux dernières nouvelles, le CPL avait rejeté la formule de 24 ministres (8 pour chaque camp), initiée par Nabih Berry et Walid Joumblatt et soutenue par le Hezbollah.

Le parti chrétien, accusé de vouloir toujours se débarrasser de Saad Hariri, a dénoncé samedi « une répartition par tiers qui ne dit pas son nom ». Un constat dont se défendent farouchement les ténors de Aïn el-Tiné, tout en cherchant à minimiser cette nouvelle polémique. « Il n’y a ni tiers de blocage ni répartition par tiers, encore moins une violation de la Constitution. L’équation que soutient M. Berry – 8 ministres pour chaque camp – est une répartition politique et non communautaire », s’offusque un proche du président de la Chambre.

Lire aussi

Gouvernement : les coulisses d’une tragi-comédie

Bien que le Hezbollah tente depuis le début de la crise de ménager le président de la République, Michel Aoun, il n’en reste pas moins attaché à Saad Hariri, qu’il considère comme le plus représentatif de la rue sunnite et le mieux habilité à former le gouvernement. Selon l’analyste cité plus haut, Gebran Bassil semble oublier que pour le Hezbollah, sa relation avec le CPL n’est plus aussi sacrée qu’elle ne l’était du temps du mandat Trump qui menait une guerre acharnée contre l’axe iranien. Ce n’est plus le cas depuis que la nouvelle administration américaine sous Joe Biden a entamé le dialogue avec l’Iran.

Depuis le début de cette crise institutionnelle, le parti chiite évite coûte que coûte de tomber dans le piège de la polarisation et tente de jouer à l’équilibriste en ménageant la chèvre et le chou. Mais ce n’est pas de cette oreille que le camp aouniste l’entend. « Le Hezbollah sait parfaitement que le processus de formation du gouvernement tel qu’il a actuellement lieu porte atteinte à la Constitution et au pacte national et il joue le jeu du diable muet », a aussi lancé Nagi Hayek, qui répercutait l’état d’esprit qui prévaut au sein du camp aouniste et sa volonté de voir le parti chiite faire pression sur Saad Hariri pour qu’il « laisse les chrétiens nommer leurs ministres ».

Une attaque à laquelle le Hezbollah a aussitôt répliqué. Hier, Hussein Moussaoui, ancien député et conseiller politique de Hassan Nasrallah, a réagi dans un tweet, mais sans nommer explicitement M. Hayek, qui n’a d’ailleurs aucune fonction officielle au sein du CPL. « Ce à quoi vous faites référence n’a rien de juste et d’équitable, d’où précisément la décision du Hezbollah de se taire. » En soirée, Hassan Nasrallah a lancé à son tour une pique à Gebran Bassil en coupant court à toute possibilité d’organiser des législatives anticipées, une arme brandie entre autres par le chef du CPL qui avait affirmé envisager cette éventualité si le blocage persistait. « Parler d’élections anticipées est une perte de temps », a-t-il affirmé, tout en maintenant son soutien à l’initiative de Nabih Berry.


C’est une arme à laquelle il recourt quand il souhaite faire monter les enchères ou séduire une partie de son public. Dans un entretien accordé au site an-Nahar, c’est d’anomalie que le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil a, cette fois, qualifié les armes du Hezbollah. Et comme à chaque fois, on l’attend au tournant pour saluer sa prise de position ou la stigmatiser....

commentaires (19)

“Rien ne me répugne comme lorsque les gens fraternisent parce que chacun voit dans l'autre sa propre bassesse.” Milan Kundera

Sabri

18 h 33, le 09 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (19)

  • “Rien ne me répugne comme lorsque les gens fraternisent parce que chacun voit dans l'autre sa propre bassesse.” Milan Kundera

    Sabri

    18 h 33, le 09 juin 2021

  • Chaque jour qui passe anéantit encore plus l'infime espoir qu'il nous reste, chaque article publié sur ceux qui nous pillent et nous martyrisent exacerbe encore plus notre sentiment de révolte. C'est une perte de temps que de compter sur la justice, quelle qu'elle soit, pour juger ces êtres immondes, ou de compter sur l'aide internationale pour nous sortir d'affaire. Les seuls qui peuvent renverser la situation et lyncher ces animaux sur la place publique sont les Libanais eux-mêmes en se soulevant massivement.

    Robert Malek

    17 h 34, le 09 juin 2021

  • Les Chiites doivent comprendre qu'ils sont ex égaux avec tous les libanais, et rien ne leur confère des attributs spéciaux. Sinon, c'est la fin de ce Liban.

    Esber

    15 h 11, le 09 juin 2021

  • JE VOUDRAI RAPPELER AUX PERSONNES QUI PENSENT QUE RIEN NE CHANGERA DANS LES PROCHAINES ELECTIONS CE PETIT FAIT QUI A UNE IMPORTANCE PRIMORDIALE POUR LE DESTIN DU PAYS: A LA DERNIERE ELECTION UNIQUEMENT 48% DES LIBANAIS SE SONT DEPLACES POUR ALLER VOTER ET CES PARTIS ONT EU LE DESSUS. DEMAIN MEME LES PLUS FENEANTS IRONT VOTE CAR IL SUBISSENT LE MEME SORT MEME SI IL NE VONT PAS FAIRE LA REVOLUTION DANS LA RUE ET VOUS POUVEZ ETRE CERTAIN QU'ILS NE VOTERONT PAS POUR LES PARTIES AUQUELS ILS N'ONT MEME PAS VOTE LA DERNIERE FOIS LA VERITE C'EST CE RAZ DE MAREE DES NOUVEAUX VOTANTS QUI FERA LA DIFFERENCE ET RAMENERA LE LIBAN A SA JUSTE VALEUR ET JETERA DEHORS CES INSOLENTS CORROMPUS A LA CONDITION QUE LA REVOLUTION LEUR DONNE DES NOMS HONNETTES DANS TOUTES LES CONSCRIPTIONS DU PAYS , D'OU LR DANGER DE NE PAS FAIRE DES ELECTIONS EN 2022 COMME ILS N'ONT PAS FAIT D'ELECTION PARTIELLE POUR LES 10 MEMBRES ACTUELLES QUI NE FONT PLUS PARTIE DE LA CHAMBRE DES DEPUTES . SOYEZ VIGILANTS , LE SORT DE CE QUI RESTE DU PAYS VA EN DEPENDRE

    LA VERITE

    14 h 57, le 09 juin 2021

  • Il va nous promettre les dollars 24/24. Ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha. Il est mignon. Malgré sa petite taille, c’est un grand stratège. Ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha.

    Gros Gnon

    14 h 32, le 09 juin 2021

  • Poubelle fameuse, que celle de l'histoire! Le Liban pullule de candidat pour cette poubelle et la plupart de ceux mentionnés dans cet article se trouve aux tous premiers rangs de ces candidats...

    Wlek Sanferlou

    14 h 25, le 09 juin 2021

  • Match nul entre deux traîtres ?

    Wow

    14 h 08, le 09 juin 2021

  • 0 X 0 = 0 ET 0 + 0 = 0 ZERO !

    CENSURER EST UN CRIME. NI REABONNEMENT NI SOUTIEN.

    13 h 57, le 09 juin 2021

  • En France, Monsieur Macron, démocrate élu président au suffrage universel de son peuple (et non de ses députés, contrairement au Liban où le peuple n’a pas voix au chapitre) se fait injustement gifler par un olibrius excité. Au Liban, notre « caste » politique mène le pays à sa ruine, à son désespoir et à sa destruction, et es grotesques « zaïms » de cette caste maudite se font acclamer par leurs adorateurs et leurs sectes affiliées. Cherchez l’erreur.

    DC

    13 h 09, le 09 juin 2021

  • Je ne tolère pas qu’on censure mon commentaire sur cet article. Il faut que les libanais sachent que tous ces vendus sont en train de les brader sans que la justice ne bouge une oreille pour cause de complicité. Dans un aucun pays au monde les pilleurs et corrompus restent en poste et continuent à bloquer un pays avec ses millions d’âmes livrées à elles mêmes sans qu’elle soit saisie et fasse son travail pour les condamner. Tous ceux qui montent au créneau et imposent leur conditions sont des pilleurs et des traitres et tout le monde les laisse faire. Pourquoi sont ils toujours à leurs postes? De quel droit continuent ils à bloquer le pays sans laisser personne le sauver du désastre dans lequel ils l’ont jeté? EST QU’IL Y A QUELQU’UN QUI PEUT RÉPONDRE À CETTE ABSURDITÉ NOM D’UN CHIEN?

    Sissi zayyat

    12 h 51, le 09 juin 2021

  • MA PREMIERE REACTION QUI SE RESUME EN SEULEMENT 3 CHIFFRES ET 2 SIGNES A ETE CENSUREE PAR LES DEMOCRATES DEFENSEURS DE LA LIBRE EXPRESSION DE L,OLJ. HONTE A VOUS ! VEUILLEZ PUBLIER CE MESSAGE,

    CENSURER EST UN CRIME. NI REABONNEMENT NI SOUTIEN.

    12 h 22, le 09 juin 2021

  • Par quel,phénomène assisté t-on à la disparition de notre pays à cause des traitres avérés sans que ces derniers ne soient traînés devant le haut magistrat du pays pour les condamner pour haute trahison? Ainsi n’importe quel blanc bec peut disposer du sort du pays et des millions de ses citoyens sans être arrêté ni inquiété? Ça s’est vu où dans quel tribu ou quel bourgade? Ce pays regorgent de personnes capables et patriotiques pour sauver la nation et on laisse une horde d’incultes imbus de leur personne traîner ce pays là où ils ont décidé de l’emmener juste par filiation et parce qu’ils sont protégés par les armes des vendus pour le mettre sous tutelle étrangère et changer son identité. Qui est ce petit être vil gendre de son titre pour décider du sort du pays alors qu’il est pointé du flight et sanctionné pour avoir pillé le pays et collaboré avec les vendus sur son territoire. MAIS OÙ EST LA JUSTICE POUR METTRE FIN À CE CHIENLIT EN INTERPELLANT TOUS LES PILLEURS POUR RENDRE COMPTES DE LEUR DÉLITS AU LIEU DE LES LAISSER FANFARONNER ET SE COMPORTER COMME LES SEULS DÉCIDEURS ALORS QU’ILS SONT DES VOLEURS ET DES TRAITRES INVÉTÉRÉS?

    Sissi zayyat

    12 h 16, le 09 juin 2021

  • FAUT DIRE LE LEADER MARONITE, ENCORE QU,IL NE REPRESENTE QU,UNE INFIME PARTIE AUJOURD,HUI. MAIS IL N,EST PAS UN LEADER DES CHRETIENS EN GENERAL. DE TELS LEADER NOUS NE VOULONS PAS. SA BERGERIE EST DEFINIE MAIS LA MAJORITE LE DENIE,

    CENSURER EST UN CRIME. NI REABONNEMENT NI SOUTIEN.

    11 h 54, le 09 juin 2021

  • Le chat, la belette et le petit lapin,,,tandis que ces 2 derniers passent leur temps dans des querelles de clocher. Ils vont donc demander l’avis de Hassan le chat pour trancher leur querelle. Ce dernier met la belette du future et le petit lapin orange d’accord en les mangeant tous les 2 et voilà fin de l‘histoire pour les 2 naïfs

    Liban Libre

    11 h 26, le 09 juin 2021

  • Quel baratineur et populiste de bas étage en plus … heureusement qu’il y a 3 ou 4 niais qui croient encore en lui

    Censuré par l’OLJ

    11 h 08, le 09 juin 2021

  • Faux-jetons...nains de la politique...

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 28, le 09 juin 2021

  • Il bombe le torse en tant que chef du CPL...bon ! Mais après, qu'a-t-il fait de positif pour le Liban, depuis qu'il gigote dans l'arène politique ??? Personne pour lui conseiller de se taire enfin...et d'agir en vrai patriote ??? - Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 11, le 09 juin 2021

  • Cher Mr Bassil cessez de nous faire croire par vos belles paroles que vous n’êtes pas un dhimmi du Hezbollah et passez enfin à l’acte en démissionnant vos députés du parlement et en demandant clairement des législatives anticipées. PS: même conseil pour Mr Hariri.

    Citoyen libanais

    08 h 12, le 09 juin 2021

  • "tant que cet arsenal reste encadré par une stratégie d’État « prévue dans les déclarations ministérielles », et qu’elle bénéficie de l’accord du peuple libanais, la présence de ces armes n’est pas en contradiction avec la souveraineté". A la rigueur, on veut bien. Sauf que cette fameuse "stratégie d'Etat" n'existe pas pudique Aoun a renié sa promesse de la mettre en œuvre (on peut douter que la guerre de 2006 et l'invasion de Beyrouth Ouest de 2008 s'encasrent dans une "stratégie d'Etat"!). et que, d'autre part, ces armes ne bénéficient pas de "l'accord du peuple libanais" ( exception faite des masses endoctrinées par la propagande hexbollahi et soumises au wilayat el faqih). Bien au contraire !

    Yves Prevost

    07 h 11, le 09 juin 2021

Retour en haut