Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Le possible impossible de la résurrection du Liban

Saint-François d’Assise nous dit : « Commence par faire le “nécessaire”, puis fais ce qu’il est “possible” de faire et tu réaliseras l’“impossible” sans t’en apercevoir. »

Notre « nécessaire » à nous Libanais est de pouvoir continuer à acheter notre pain quotidien, donc il est plus qu’urgent de récupérer notre argent volé. Les faits sont têtus, la justice est encore tenue par nos voleurs assassins. Il est temps de soutenir toute opération mains propres, peu importe la forme et d’où qu’elle vienne, et de mettre de côté toute logique partisane aveugle et idiote qui nous mine et qui nous conduit petit à petit à un naufrage collectif.Notre « possible » à nous, c’est de faire le bilan et redessiner le contour du Liban de demain, c’est tout à fait plausible : le Liban regorge de forces vives, propres, compétentes et capables de redresser le pays.

Peut être que notre « impossible » se réalisera un jour avec la résurrection de cette belle Suisse d’Orient, cette fée exotique, sensuelle, libre, multiculturelle et multiconfessionnelle, dont j’ai hâte de retomber amoureux.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Saint-François d’Assise nous dit : « Commence par faire le “nécessaire”, puis fais ce qu’il est “possible” de faire et tu réaliseras l’“impossible” sans t’en apercevoir. » Notre « nécessaire » à nous Libanais est de pouvoir continuer à acheter notre pain quotidien, donc il est plus qu’urgent de récupérer notre argent volé. Les faits...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut