Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Présidentielle en Iran

Deux critiques du pouvoir candidats

Deux critiques du pouvoir candidats

Un drapeau iranien. Photo d'archives AFP

 Deux ex-députés iraniens critiques du pouvoir, Ali Motahari et Mahmoud Sadéghi, ont déposé officiellement jeudi leur candidature à la présidentielle de juin, ont constaté des journalistes de l'AFP à Téhéran.

L'un et l'autre ont vu leur candidature aux législatives de 2020 invalidée par le Conseil des gardiens de la Constitution, organe non élu à qui il revient aussi de dire qui peut se présenter ou non à la présidentielle.

Le plus connu des deux, Ali Motahari, âgé de 63 ans, a exercé trois mandats consécutifs de député (sans étiquette) de 2008 à 2020. Il avait accédé à la notoriété par ses diatribes contre l'ex-président Mahmoud Ahmadinejad, ultraconservateur et populiste (2005-2013). Au cours de son dernier mandat au Parlement, il a régulièrement critiqué la façon dont le pouvoir est exercé et la répression des opposants. Il demande ainsi inlassablement la levée de l'assignation à résidence de Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, les deux dirigeants du "Mouvement vert" de contestation de la réélection de M. Ahmadinejad en 2009.

Son père, l'ayatollah Mortéza Motahari, était l'un des théoriciens de la révolution de 1979 et un proche fidèle de l'ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique. M. Motahari, qui défend des vues conservatrices sur certaines questions sociales, comme le voile obligatoire pour les femmes, a indiqué qu'il comptait se présenter comme candidat indépendant.

Membre du courant réformateur et avocat de formation, Mahmoud Sadéghi, âgé de 59 ans, s'est également inscrit jeudi. Il n'a effectué qu'un mandat de député (2016-2020) au cours duquel il s'est révélé être le porte-voix des réformateurs au Parlement.

Les Iraniens sont appelés à élire le 18 juin un successeur au président Hassan Rohani, à qui la Constitution interdit de briguer un troisième mandat consécutif.

Depuis l'ouverture, mardi, de la période de dépôt des candidatures mardi (qui court jusqu'à samedi), plus d'une centaine de personnes, en grande majorité inconnues, ont déposé un dossier au ministère de l'Intérieur.

D'après le calendrier officiel, la liste des candidats retenus par le Conseil des Gardiens doit être connue le 26 ou 27 mai.


 Deux ex-députés iraniens critiques du pouvoir, Ali Motahari et Mahmoud Sadéghi, ont déposé officiellement jeudi leur candidature à la présidentielle de juin, ont constaté des journalistes de l'AFP à Téhéran.L'un et l'autre ont vu leur candidature aux législatives de 2020 invalidée par le Conseil des gardiens de la Constitution, organe non élu à qui il revient aussi de dire...