Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Initiative de sauvetage ultime à laquelle plus personne ne croit

Berry tenterait de faire, une fois de plus, le go-between pour rapprocher les points de vue.

Initiative de sauvetage ultime à laquelle plus personne ne croit

Une ultime médiation est menée par M. Berry auprès de MM. Hariri et Joumblatt d’une part, et du Hezbollah, allié de Michel Aoun, d’autre part. Ici, une ancienne réunion au domicile de M. Joumblatt à Clémenceau, avec MM Berry et Hariri. Photo d’archives Marwan Assaf

L’annonce par la France de mesures additionnelles contre des personnalités libanaises de divers camps, pour cause de blocage gouvernemental, semble avoir produit quelques effets. Mais sans aucune garantie jusqu’ici quant à leur aboutissement.

C’est dans ce cadre qu’entre la redynamisation ces derniers jours de l’initiative de sauvetage lancée conjointement, en mars dernier, par le chef du PSP Walid Joumblatt et le président du Parlement, Nabih Berry, pour tenter de débloquer la situation. Cette proposition-compromis, qui consistait en un cabinet de 24 ministres sans tiers de blocage, avait alors été étouffée dans l’œuf. C’est donc cette formule que M. Berry tenterait aujourd’hui de ressusciter, en accélérant les contacts aussi bien avec son allié chiite, le Hezbollah, que ses partenaires politiques privilégiés, le PSP et le courant du Futur.

Lire aussi

L'UE prépare "le bâton et les carottes"

Ce sursaut est survenu à l’heure où la France, par le biais de son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a brandi, lors de sa visite à Beyrouth jeudi et vendredi derniers, une arme redoutable pour la classe politique, celle des prochaines échéances électorales que Paris s’engage à suivre de près et à s’assurer de leur tenue en temps voulu.

« La rencontre de Jean-Yves Le Drian avec les formations de la société civile est un message clair lancé à l’establishment politique lui signifiant que Paris ne table plus sur la classe dirigeante actuelle mais sur les nouvelles élites que l’Occident se prépare à soutenir », constate ainsi une source proche de M. Berry.

Ultime médiation

Mais c’est surtout les informations distillées dans les milieux haririens sur une possible récusation du Premier ministre désigné qui aurait incité Nabih Berry et Walid Joumblatt à tenter une ultime médiation. De toute évidence, ces deux derniers préfèrent à ce jour Saad Hariri à tout aventurisme qui risque de réitérer le scénario du chef de gouvernement sortant, Hassane Diab.

« Si Hariri se récuse, c’est le retour à la case départ et une perte de temps », fait valoir un proche de M. Joumblatt. D’ailleurs, ajoute-t-il, la solution ne changera guère avec le nouveau venu. Le compromis avec Michel Aoun restera incontournable.

Lire aussi

La joute verbale entre le CPL et le Futur reprend de plus belle


Le moteur des pourparlers a ainsi été remis en marche et les contacts se sont intensifiés. D’une part entre le Hezbollah et M. Berry, et d’autre part entre le président du Parlement et MM. Hariri et Joumblatt. L’idée est que le chef du Parlement puisse convaincre son partenaire chiite de pousser le chef de l’État, Michel Aoun, et son camp à faire preuve de souplesse.

À ce jour le Hezbollah répétait, à qui veut l’entendre, qu’il n’a aucun moyen de pression sur le président. D’ailleurs, s’il le pouvait ou s’il le souhaitait, pourquoi le parti chiite ne l’aurait-il pas fait plus tôt? « Nous soutenons toute médiation parrainée par M. Berry pour rapprocher les points de vue », se contente de répondre le porte-parole du parti chiite, Mohammad Afif Naboulsi. « Je ne crois pas que M. Berry pourra faire quoi que ce soit. Le Hezb ne fera pas pression sur MM. Aoun et Bassil », commente une source proche du parti de Dieu.

Dialoguer ou se récuser

M. Naboulsi se dit convaincu que la solution commence par la restauration de la confiance entre Baabda et la Maison du Centre. Une lapalissade que partagent également des sources proches du camp aouniste. Celles-ci considèrent que M. Hariri devrait se rendre à Baabda pour soumettre au président une mouture de 24 qu’il pourra alors avaliser, refuser ou accepter d’en discuter. Autant de détours et de suggestions qui ont déjà été envisagés mille et une fois, en vain. Alors, pourquoi reprendre les mêmes solutions pour obtenir les mêmes résultats ?

Le décryptage de Scarlett Haddad

La France a tenu ses promesses, qu’en est-il des Libanais ?

Dans les milieux joumblattistes on avance l’argument du facteur temps qui, dit-on, n’est ni en faveur de Saad Hariri ni en faveur du chef de l’État. Le contexte régional, qui se modifie rapidement avec un double rapprochement entre la Syrie et l’Arabie saoudite et cette dernière avec l’Iran, presse M. Hariri à faire des choix rapides. De son côté, le chef de l’État ne souhaite pas voir son mandat se terminer sur une situation explosive, notamment avec la levée des subventions le mois prochain, fait valoir une source joumblattiste.

Selon un analyste proche du Hezbollah, Saad Hariri n’a vraiment plus le choix : soit il accepte de faire un compromis et de dialoguer avec MM. Aoun et Bassil, soit il se récuse. « Au bout du compte, tout le monde sera perdant », dit l’analyste. Un avis que partage également une source proche de Aïn el-Tiné qui affirme que le camp aouniste semble malheureusement disposé à poursuivre la guerre d’usure jusqu’au bout, quitte à défier toute forme de sanctions.

L’annonce par la France de mesures additionnelles contre des personnalités libanaises de divers camps, pour cause de blocage gouvernemental, semble avoir produit quelques effets. Mais sans aucune garantie jusqu’ici quant à leur aboutissement. C’est dans ce cadre qu’entre la redynamisation ces derniers jours de l’initiative de sauvetage lancée conjointement, en mars dernier, par le...
commentaires (6)

Quand on compare ce groupe et celui de l’opposition réunie, la messe est dite.

Bachir Karim

06 h 54, le 12 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Quand on compare ce groupe et celui de l’opposition réunie, la messe est dite.

    Bachir Karim

    06 h 54, le 12 mai 2021

  • Ils ont eux-mêmes amené le pays à la catastrophe actuelle...alors comment peut-on encore attendre du positif de la part de ces incapables corrompus titrés qui depuis des décennies n'ont pas su raisonner: Liban-patrie-peuple= responsabilité ? Et, tout à coup, en 2021, on attend d'eux qu'ils changent de mentalité ? Certains ont largement dépassé l'âge de pouvoir évoluer et s'adapter aux conditions nouvelles...alors pourquoi vouloir absolument continuer avec eux et laisser notre pays entre leurs mains ??? - Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 55, le 11 mai 2021

  • Tres belle photo, le Liban compte sur eux pour nous debarrasser du president fort, et prendre sa place. Nous sommes sauves !

    Nader

    14 h 04, le 11 mai 2021

  • "... Berry tenterait de faire, une fois de plus, le go-between pour rapprocher les points de vue ..." - quand je pense que c’est son exigence inconditionnelle du portefeuille des finances pour son clan qui est à l’origine du clivage actuel, je me dis qu’il ne manque pas d’air, le monsieur (avec un "m" minuscule). Ou alors il nous prend pour des Cons (avec un "C" majuscule)...

    Gros Gnon

    13 h 57, le 11 mai 2021

  • Il est écrit que la milice Iranienne transformera ce pauvre pays complètement et que l’ego surdimensionné d’un militaire populiste l’aidera dans ses desseins. Hariri malgré ses très nombreux defaults n’a rien à faire avec ces gens et ne doit pas les aider à accomplir leur noirs desseins. Il a toujours été un constructeur même si failli et corrompu et ne peut être mis dans le même sac que les destructeurs. Il doit se récuser et les laisser diriger le navire déjà sous l’eau et ainsi assumer toutes les conséquences car le jour du châtiment viendra et il sera lourd

    Liban Libre

    12 h 56, le 11 mai 2021

  • "À ce jour le Hezbollah répétait, à qui veut l’entendre, qu’il n’a aucun moyen de pression sur le président...." lol Quant la mafia te rend service...tu es a son service et tu es redevable a vie!!

    Jack Gardner

    11 h 30, le 11 mai 2021

Retour en haut