Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

La joute verbale entre le CPL et le Futur reprend de plus belle

Au lendemain de la visite du chef de la diplomatie française à Beyrouth, et alors que rien n’indique que la formation du gouvernement aboutisse prochainement, les deux formations politiques continuent de se lancer des accusations de blocage.

La joute verbale entre le CPL et le Futur reprend de plus belle

« Certains veulent pousser le Liban vers un effondrement toujours plus grave », a martelé hier le patriarche maronite à Harissa. Photo ANI

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait à peine quitté la capitale libanaise, après sa visite en fin de semaine dernière, que la joute verbale entre les deux principaux adversaires politiques, le Courant patriotique libre de Gebran Bassil et le courant du Futur du Premier ministre désigné Saad Hariri, reprenait de plus belle. Malgré l’annonce par Paris de « mesures restrictives » contre des personnalités libanaises pour cause de blocage gouvernemental et l’effondrement économique qui s’accélère avec la levée prochaine des subventions, la polémique entre les deux partis, par communiqués interposés, a repris, durant le week-end écoulé, là où elle s’était arrêtée avant l’arrivée du chef de la diplomatie française.

Samedi, le bureau politique du CPL a appelé le Premier ministre désigné à « libaniser » la formation du gouvernement qui se fait attendre depuis neuf mois dans un Liban en crise, critiquant ainsi implicitement la tournée internationale et régionale menée par M. Hariri pour tenter d’obtenir un soutien politique. « Le CPL appelle le Premier ministre désigné à libaniser à nouveau le processus de formation du gouvernement, sachant qu’il s’agit d’une échéance libanaise pure », a affirmé le bureau politique du parti fondé par Michel Aoun. Il a ensuite plaidé en faveur d’un cabinet « porteur d’un programme de réformes clair et composé de ministres dotés d’expérience et de capacités pour mettre en œuvre ces réformes et lutter contre la corruption ».

La réaction du courant du Futur ne s’est pas fait attendre. « Le CPL ferait mieux de s’adresser à son chef Gebran Bassil et au président (de la République, Michel) Aoun pour qu’ils débloquent la formation du gouvernement, dont le dossier est retenu au palais présidentiel depuis plus de six mois », a écrit la formation haririenne dans un communiqué. « Le CPL et son président continuent de prendre les gens pour des ignorants, de ne pas respecter l’intelligence des Libanais ni de leurs amis dans le monde, poursuit le texte, dans une claire référence aux Français. Ils brandissent des slogans pompeux comme les réformes et la lutte contre la corruption, qui se transforment en blagues de mauvais goût. »

Lire aussi

Hariri ne voit plus le bout du tunnel

La formation aouniste a, par ailleurs, commenté la visite à Beyrouth jeudi et vendredi du chef de la diplomatie française, alors que la France a mis en place une feuille de route pour une sortie de crise. « Le CPL souhaite que la France poursuive son initiative, mais les propos sur des sanctions contre des responsables en raison de leurs prises de position politiques relèvent des seuls Libanais qui accordent la légitimité à leurs dirigeants (...) », poursuit le texte. Paris avait dernièrement annoncé des restrictions d’accès au territoire français à des personnalités libanaises jugées responsables du blocage politique. Aucun nom n’a toutefois été cité ni la nature exacte des mesures. Vendredi, M. Le Drian a fait savoir que « si le blocage devait persister, les mesures restrictives pourraient être durcies ou étendues ».

« Le CPL souhaite que la France et l’Union européenne poursuivent les corrompus et ceux qui ont transféré de l’argent public à l’étranger et l’ont blanchi », a réagi la formation aouniste, dans une allusion à peine voilée au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, qui fait l’objet de plusieurs enquêtes locales et internationales, notamment en France.

Selon des sources politiques informées, le manque de confiance qui règne entre les deux adversaires politiques continue de torpiller tous les efforts pour former un gouvernement dans un délai raisonnable. Toutefois, elles notent que deux facteurs pourraient pousser les responsables à mettre fin au blocage et former un gouvernement de transition : d’une part les menaces de sanctions françaises et européennes que le ministre français des AE a certifiées depuis Beyrouth, et d’autre part la crainte d’un dérapage de la rue en cas d’aggravation de l’effondrement économique, suite à la levée annoncée des subventions sur les denrées essentielles. Toujours suivant les information des sources précitées, le président du Parlement Nabih Berry aurait appelé durant le week-end écoulé le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, afin que son parti intercède auprès de son allié aouniste pour qu’il jette du lest et facilite la mise en place de l’initiative (lancée par M. Berry) consistant à former un gouvernement de 24 ministres sans tiers de blocage. La crainte d’un dérapage de la rue aurait été invoqué par M. Berry. L’immobilisme semble toutefois de mise durant les jours à venir, d’autant plus que la semaine qui commence est celle de la fête du Fitr, qui met fin au mois de jeûne de ramadan.

Un Liban « oublié dans les dédales »

La formation du gouvernement a une fois de plus été un élément important dans les homélies du dimanche. Le patriarche maronite Béchara Raï a réitéré hier son appel à une formation rapide du gouvernement, à la consécration de la neutralité et à une conférence internationale pour sortir des crises, craignant que sans cela le Liban risque d’être « oublié dans les jeux des dirigeants et les conflits régionaux ». Dans son homélie dominicale, le patriarche a réitéré son appel à « abandonner rapidement les conditions » fixées pour la mise sur pied du cabinet et à « écouter les plaintes du peuple » et travailler « avec honneur ». L’immobilisme politique qui prévaut, alors que le Liban s’enfonce de plus en plus dans une multitude de crises socio-économique, financière et politique, est régulièrement dénoncé par le cardinal Raï, mais ce dimanche son homélie à la basilique Notre-Dame de Harissa était nettement moins virulente à l’encontre des dirigeants politiques que lors des dernières semaines. « Certains veulent pousser le Liban vers un effondrement toujours plus grave », a-t-il lancé, sans préciser s’il faisait référence à des parties internes ou extérieures, rappelant son appel à consacrer la « neutralité positive et active » du pays face aux axes et conflits régionaux et à l’organisation d’une conférence internationale sur la crise au Liban, sous l’égide de l’ONU.

De son côté, le métropolite de Beyrouth Élias Audi a lancé au cours de son homélie : « Comme nous aurions besoin, en ces temps difficiles, de responsables qui croiraient en un Liban qui serait leur patrie définitive et unique, qui le défendraient sans peur et sans hésitation, et ce jusqu’à la mort ! »


Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait à peine quitté la capitale libanaise, après sa visite en fin de semaine dernière, que la joute verbale entre les deux principaux adversaires politiques, le Courant patriotique libre de Gebran Bassil et le courant du Futur du Premier ministre désigné Saad Hariri, reprenait de plus belle. Malgré l’annonce par Paris...

commentaires (9)

QUESTION PERTINENTE A MM BASSIL ET AOUN ( par ordre d'importance sur l'echiquier Libanais ) POUVEZ VOUS DIRE AU PEUPLE LIBANAIS OU ETAIENT LES DROITS DES SUNNITES QUAND VOUS AVEZ VOUS MEMES SEULS NOMMES LES SUNNITES DANS LE GOUVERNEMENT DIAB? LA VERITE VOTRE VOLONTE DE SAUVEGARDER LES DROITS DES CHRETIENS DANS UN GOUVERNEMENT HARRIRI QUI A ETE RECU PAR LE PAPE IL Y A MOINS D'UN MOIS EST UNE EXCUSE HONTEUSE ET ILLEGALE CA SUFFIT , FORMER DONC DONC UN GOUVERNEMENT QUI N'AURA DE TOUTE FACON A PEINE UN AN ET QUELQUE POUR AGIR OU VOUS SUPPORTEREZ POUR L'HISTOIRE D'ETRE LES PLUS VILES RESPONSABLES QUI ONT MIS EN FAILLITTE LE PAYS PAR VOS DESIRS DE VOUS VENGER UNIQUEMENT DE HARRIRI ALORS QUE VOUS AVEZ UTILISE CONTRE LUI DURANT 4 ANS UN CHANTAGE INCESSANT POUR QU'IL CEDE A VOTRE VOLONTE A CHAQUE FOIS STOP CA SUFFIT MONTREZ ENFIN UN MINIMUM DE RESPONSABILITE POUR UN PEUPLE MEURTRI DONT LA SEULE FAUTE A ETE DE VOTER POUR VOUS

LA VERITE

18 h 55, le 11 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • QUESTION PERTINENTE A MM BASSIL ET AOUN ( par ordre d'importance sur l'echiquier Libanais ) POUVEZ VOUS DIRE AU PEUPLE LIBANAIS OU ETAIENT LES DROITS DES SUNNITES QUAND VOUS AVEZ VOUS MEMES SEULS NOMMES LES SUNNITES DANS LE GOUVERNEMENT DIAB? LA VERITE VOTRE VOLONTE DE SAUVEGARDER LES DROITS DES CHRETIENS DANS UN GOUVERNEMENT HARRIRI QUI A ETE RECU PAR LE PAPE IL Y A MOINS D'UN MOIS EST UNE EXCUSE HONTEUSE ET ILLEGALE CA SUFFIT , FORMER DONC DONC UN GOUVERNEMENT QUI N'AURA DE TOUTE FACON A PEINE UN AN ET QUELQUE POUR AGIR OU VOUS SUPPORTEREZ POUR L'HISTOIRE D'ETRE LES PLUS VILES RESPONSABLES QUI ONT MIS EN FAILLITTE LE PAYS PAR VOS DESIRS DE VOUS VENGER UNIQUEMENT DE HARRIRI ALORS QUE VOUS AVEZ UTILISE CONTRE LUI DURANT 4 ANS UN CHANTAGE INCESSANT POUR QU'IL CEDE A VOTRE VOLONTE A CHAQUE FOIS STOP CA SUFFIT MONTREZ ENFIN UN MINIMUM DE RESPONSABILITE POUR UN PEUPLE MEURTRI DONT LA SEULE FAUTE A ETE DE VOTER POUR VOUS

    LA VERITE

    18 h 55, le 11 mai 2021

  • Un ex-ministre, député du Nord, est interdit de séjour dans plusieurs pays à travers le monde. Il ne lui reste que la Nouvelle Zélande et quelques pays de l'émigration libanaise. Un conseil qui pourrait lui servir pour les temps prochains : apprendre a pêcher des éponges dans la mer de Batroun. Ça nous évitera de l'entendre répéter toujours les mêmes discours.

    Honneur et Patrie

    19 h 59, le 10 mai 2021

  • Minables minus....

    Sfeir walid

    19 h 16, le 10 mai 2021

  • La mafia italienne tue quelques personnes mais la mafia libanaise ( les parties ) tue le peuple libanais des milliers de personnes ???

    Eleni Caridopoulou

    17 h 42, le 10 mai 2021

  • Il ya des années lumières un livre intéressant "ces malades qui nous gouvernent" sortait au pays de tonton Sam! Finalement on en reçoit le brouillon: - Premier Sinistre désigné se chamaille avec Gebran Bécile et le Précédent Raounfort et leur directeur du Hez-ebollah et son copain béri béri et leur contre alto Gaga .... Nous en sommes tous malades au point où chacun de nous est chef et président quelque part et l'état n'est plus nécessaire!! Aasfourieh....here we come !!!

    Wlek Sanferlou

    14 h 39, le 10 mai 2021

  • Nous avons remarqué que les deux protagonistes s’invectivent tout en ayant beaucoup de réserves quant au vols perpétrés pendant qu’ils étaient partenaires et solidaires les uns des autres. Aucun scandale n’est venu entaché leur réputation ni à révéler les montants faramineux qu’ils ont engrangés malgré les documents que possède l’un et l’autre sur les uns et les autres et qui restent dans leurs tiroirs. La solidarité à ce niveau reste de mise car ils savent ils couleraient tous si la boite de Pandore venait à s’ouvrir. Alors trêve de comédies et de vociférations simulées et maîtrisées les libanais connaissent les dessous de leur entente tacite qui elle n’est plus à prouver et attendent avec impatience les sanctions des français avec les noms des corrompus et les raisons pour lesquelles ils seront sanctionnés. S’ils décident enfin de franchir le pas. Ça sera sans équivoque et clouerait le bec de tous ces vendus qui prétendent la vertu et le patriotisme. Une transition de pouvoir verra automatiquement le jour sans ces marchands de tapis qui prennent le pays pour leur propriété et les libanais pour un lot qui va avec.

    Sissi zayyat

    12 h 33, le 10 mai 2021

  • Ils étaient en parfait accord lorsque leurs intérêts les obligeaient à l'être...Maintenant, il semble que ce n'est plus le cas! Et c'est le Liban qui trinque!!!

    Georges MELKI

    12 h 06, le 10 mai 2021

  • Ils étaient tous les deux nuls lorsqu’ils étaient amis de circonstance pour piller les caisses de l’Etat, ils sont tout aussi nuls lorsqu’ils se chamaillent comme deux adolescents. Le peuple libanais ne leur pardonnera jamais d’avoir contribué à activement à la destruction du pays à l’instar des autres dirigeants politiques. Mais attention à la révolution de la faim, le mouvement populaire sera cette fois ci incontrôlable malgré toutes sortes de répressions sauvages, Nabih BERRI en fin politicien l’a bien compris et il craint clairement le prochain mouvement populaire

    Liberté de Penser

    10 h 56, le 10 mai 2021

  • Le courant patriotique libre "de" Gebran Bassil... le courant du futur "de" Saad Hariri... Ah bon, ça leur appartient? Je croyais que ces partis étaient là pour représenter le peuple. J’ai dû rater une marche quelque part. Hummm...

    Gros Gnon

    09 h 21, le 10 mai 2021

Retour en haut