Rechercher
Rechercher

Lifestyle - This is America

Kamala Harris, vice-présidente et... auteure de livres pour enfants

Cela ne figurait pas au programme officiel de la numéro deux de l’administration, mais une information la concernant, qui s’est avérée être une « fake news », a permis de redécouvrir deux de ses ouvrages destinés aux enfants parus en 2019. 

Kamala Harris, vice-présidente et... auteure de livres pour enfants

Kamala Harris, la « mama » d’enfants ravis. Photo tirée de la page Instagram @kamalaharrisfamily

Ceux qui attendaient la vice-présidente au tournant ont vite déchanté il y a quelques jours. Un exemplaire d’un livre pour enfants signé Kamala Harris et publié il y a deux ans se trouvait en effet dans l’un des colis distribués à des enfants d’émigrés non accompagnés arrivés dans un centre d’accueil en Californie. Elle a été aussitôt taxée d’opportunisme et ses détracteurs ont interprété ce geste comme une volonté de promouvoir la politique bienveillante du président Joe Biden à l’égard des étrangers, contrairement à celle de son prédécesseur, Donald Trump. En fait, le livre retrouvé était un exemplaire unique provenant d’une donation personnelle, comme tant d’autres envoyées à cette occasion pour remplir les colis. Et la personne à l’origine de cette fake news a été forcée de démissionner. Néanmoins, cette affaire aura été l’occasion de découvrir les histoires pour enfants écrites par la désormais vice-présidente des États-Unis.

Kamala Harris, politicienne et auteure de livres à succès. Photo DR

Sur la liste des best-sellers du « New York Times »

En 2019, année importante pour celle qui était alors sénatrice de Californie, Kamala Harris avait annoncé sa candidature à la présidence des États-Unis pour les élections de 2020. Puis publié deux ouvrages pour enfants respectivement intitulés The Truths We Hold (précédé d’une première version pour adultes) et Superheroes Are Everywhere. Dans The Truths We Hold, elle évoque le long chemin parcouru depuis l’obtention de son diplôme en droit en 1989 à la Howard University, en énumérant les motivations qui l’ont poussée à réussir : tout avait commencé dès son enfance au cours de laquelle elle a eu la chance d’être entourée par une famille et des amis qui l’ont aidée à comprendre la valeur du travail, de la bonté, de la loyauté et de l’ambition, créant une base solide pour tout ce qu’elle allait accomplir plus tard. Mais c’est son deuxième titre, Superheroes Are Everywhere, destiné aux enfants âgés de 6 à 8 ans et accompagné d’illustrations, qui a créé le buzz, sans pour autant provoquer le scandale escompté. L’histoire ? Kamala était une petite fille qui aimait les super-héros. Et, lorsqu’elle regardait autour d’elle, elle était étonnée de les trouver partout !

Dans sa famille, parmi ses amis, même dans la rue. Il y avait des super-héros partout où elle portait son regard. Ce sont ces super-héros qui lui ont montré que tout ce qu’il fallait faire pour l’être consistait à être le meilleur possible. Dans ce livre stimulant et relevé de beaux dessins signés Mechal Renée Roe, Kamala Harris embarque les jeunes lecteurs à travers sa vie et leur montre que le pouvoir d’améliorer l’état du monde est en chacun de nous. Et leur offre aussi un guide pour devenir à leur tour des super-héros. L’ouvrage avait intégré dès sa diffusion en 2019 la liste des best-sellers du New York Times dans cette tranche d’âge.

La couverture de l’ouvrage qui a remis sous les projecteurs les talents d’écriture de Kamala Harris. Photo DR


La « mama » d’une famille recomposée

Mais c’est surtout sa très proche relation avec sa mère qui a contribué à faire d’elle cette femme des « premières » : la première procureure noire de Californie, la première femme originaire d’Asie du Sud à entrer au Sénat et la première femme nommée au poste de vice-présidente des États-Unis, et de surcroît, la première à ce poste revendiquant une double origine, afro-américaine (par son père) et indienne (par sa mère). La mère de Kamala Harris, une éminente chercheuse dans le domaine du traitement du cancer du sein, n’a jamais manqué de rappeller à sa fille qu’elle était spéciale et la poussait à croire qu’elle pouvait réaliser tout ce qu’elle voulait. Quant à la sœur de Kamala, Maya, elle s’est toujours montrée comme une amie fiable dans les bons comme les mauvais moments. Leur père, Donald J. Harris, Afro-Américain de descendance jamaïcaine et professeur d’économie à l’Université de Stanford, a également encouragé Kamala Harris à toujours être forte et courageuse. Et, last but not least, ses grands-parents indiens avaient tenu tête aux élites politiques de leur propre pays pour plaider en faveur de la liberté du peuple. Autant dire que la vice-présidente a clairement de qui tenir en matière de détermination... Depuis 2004, Kamala Harris est l’épouse de l’avocat Doug Emhoff qui, selon les coutumes de la présidence américaine, a accédé au titre de Second Gentleman en tant qu’époux de la vice-présidente qui, elle, porte officiellement le titre de Second Lady. Le couple n’a pas d’enfants communs mais Kamala, toujours imprégnée des enseignements de sa mère, est devenue la mama des enfants du premier mariage de son mari, mais aussi de ses neveux et nièces. Cette véritable histoire d’une famille recomposée, heureuse et harmonieuse, combinée à celle d’un parcours réussi pourrait même être le sujet d’un livre à venir.



Ceux qui attendaient la vice-présidente au tournant ont vite déchanté il y a quelques jours. Un exemplaire d’un livre pour enfants signé Kamala Harris et publié il y a deux ans se trouvait en effet dans l’un des colis distribués à des enfants d’émigrés non accompagnés arrivés dans un centre d’accueil en Californie. Elle a été aussitôt taxée d’opportunisme et ses...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut