Rechercher
Rechercher

Sport

Biles, Riner, Sun : où en sont les stars attendues ?

Biles, Riner, Sun : où en sont les stars attendues ?

À 23 ans, Noah Lyles tentera de devenir le premier athlète américain à réussir le doublé 100 m-200 m aux JO depuis Carl Lewis en 1984. Patrick Smith/Getty Images/AFP

De Simone Biles à Teddy Riner, d’Armand Duplantis à Sun Yang, où en sont les stars annoncées des Jeux olympiques de Tokyo, à moins de cent jours de la cérémonie d’ouverture ?

Simone Biles

L’histoire personnelle et les prises de position de la gymnaste après l’affaire Nassar (l’ancien médecin de l’équipe américaine condamné à de lourdes peines de prison pour avoir sexuellement abusé de centaines de sportives, dont Simone Biles) la font rayonner largement au-delà des frontières de son sport. D’ici aux JO, la quadruple championne olympique 2016 prévoit trois sorties en mai et juin, toutes sur le sol américain. Devenue en 2019 la gymnaste la plus médaillée de l’histoire en championnat du monde (hommes et femmes confondus), avec 25 récompenses, dont 19 en or, elle s’attaquera à un autre record à Tokyo : celui du plus grand nombre de sacres olympiques en gymnastique (9), établi par la Soviétique Larissa Latynina dans les années 1950-1960. Six seront en jeu. Et si, à 24 ans, Biles n’y tirait finalement pas sa révérence ? « Cécile et Laurent (Landi, ses entraîneurs depuis 2017) sont français, alors ils m’ont en quelque sorte fait du chantage affectif pour que je revienne comme spécialiste » en 2024 à Paris, a évoqué la Texane la semaine dernière.

Teddy Riner

Son obsession : devenir le premier poids lourd triple champion olympique de l’histoire au pays du judo, dans le « temple » du Nippon Budokan. Le judoka français a accumulé plus de couronnes mondiales que personne depuis 2007 : dix. Huit en +100 kg, deux en toutes catégories. Mais il s’est fait rare tout au long de l’olympiade, et sa vertigineuse invincibilité de plus de neuf ans a pris fin en février 2020 au bout de 154 combats. Riner, tout juste 32 ans, a remis les pendules à l’heure en s’imposant de manière probante pour son retour en compétition internationale près d’un an plus tard, en janvier dernier au Masters de Doha. Pas tout à fait de quoi s’assurer un tableau plus favorable à Tokyo. On ne devrait pas revoir le double champion olympique en titre en tournoi avant les JO, selon l’encadrement fédéral français.

Armand Duplantis

À 21 ans, le détenteur du record du monde du saut à la perche (6,18 m) sera le grandissime favori, avec en embuscade l’inusable Français Renaud Lavillenie (34 ans) et la colonie américaine (Kendricks, Lightfoot, Nilsen). Le prodige suédois a débuté l’année sur des bases élevées. Il a survolé la saison en salle avec quatre meetings à plus de 6 m et la meilleure performance mondiale (6,10 m). Il en a également profité pour gonfler son palmarès avec un titre de champion d’Europe en salle.

Roger Federer

Il reste un dernier titre derrière lequel court le champion suisse, qui fêtera ses 40 ans le 8 août, jour de la cérémonie de clôture : l’or olympique en simple. Il a remporté le double avec Stan Wawrinka en 2008 à Pékin. La première condition pour y croire : avoir suffisamment récupéré de sa double opération au genou droit subie début 2020. Federer a fait son retour sur le circuit après 13 mois d’absence début mars, à Doha. Bilan : une victoire et une défaite. On devrait désormais le revoir début mai à Madrid, sur terre battue cette fois. Lui s’est fixé pour horizon « d’arriver à Wimbledon à 100 % ».

Sun Yang

Icône dans son pays, le nageur chinois avance en eaux troubles. Suspendu huit ans – à 29 ans – par le Tribunal arbitral du sport (TAS) en février 2020 pour avoir détruit à coups de marteau un échantillon sanguin au cours d’un contrôle antidopage à son domicile en septembre 2018, après une première sanction en 2014, il a obtenu l’annulation de la décision par la justice civile suisse en décembre dernier. En cause : la partialité d’un des arbitres. Alors, le triple champion olympique plongera-t-il ou non dans le bassin tokyoïte ? Son sort dépend désormais d’une nouvelle audience devant le TAS, programmée du 24 au 28 mai. À deux mois de l’ouverture des JO.

Caeleb Dressel

Il semble s’inscrire dans le sillage de Michael Phelps. À 24 ans, le sprinter américain, seulement titré en relais en 2016 (4x100 m et 4x100 m 4 nages), est encore très loin des 23 médailles d’or olympiques, record de Phelps. Mais au rythme de ses razzias aux Mondiaux 2017 (7 sacres) et 2019 (8 médailles, dont 6 en or), le Floridien a les moyens de se mesurer à la légende. D’autant que, testées la semaine dernière en meeting, les finales matinales – comme ce sera le cas à Tokyo – ne lui ont pas paru « aussi différentes ou si bizarres mentalement et physiquement » qu’il l’avait imaginé.

Mo Farah

L’athlète britannique, passé aux courses sur route après 2017, s’est lancé un dernier défi sur piste, à 38 ans. Après ses deux doublés 5 000 m-10 000 m en 2012 et 2016, il rêve de conquérir à Tokyo un 5e titre olympique sur 10 000 m. Mais avec la concurrence du nouveau patron du demi-fond mondial, l’Ougandais Joshua Cheptegei, la partie est loin d’être gagnée. Pour sa seule apparition dans un stade depuis l’annonce de son retour sur piste, en septembre 2020 à Bruxelles, le coureur d’origine somalienne a marqué les esprits en battant le record du monde de l’heure (21,330 km). Et il a remporté le semi-marathon de Djibouti (1 h 3 min 7 sec) pour sa rentrée début mars.

Katie Ledecky

Son défi : rafler 5 médailles d’or, du 200 m au 1 500 m – distance pour la première fois au programme olympique –, en passant par le 4x200 m. Deux finales, celles du 200 m et du 1 500 m, auront lieu le même jour, mais pas de quoi affoler la placide nageuse américaine. « C’est un peu un défi, mais c’est un défi pour lequel je m’entraîne », pose-t-elle. La quintuple championne olympique, sous les 4 min sur 400 m et les 1 min 54 sec 5/10es sur 200 m la semaine dernière, fait déjà fort.

Noah Lyles

Le sprinteur de 23 ans tentera de devenir le premier Américain à réussir le doublé 100 m-200 m depuis Carl Lewis en 1984. Cette dernière année a été éprouvante pour le charismatique sprinteur qui a révélé en août qu’il était traité pour une dépression qui, selon lui, avait empiré avec le confinement et le tumulte des manifestations Black Lives Matter. Son entraînement a été perturbé en début de pandémie avec la fermeture des infrastructures.

Source : AFP


De Simone Biles à Teddy Riner, d’Armand Duplantis à Sun Yang, où en sont les stars annoncées des Jeux olympiques de Tokyo, à moins de cent jours de la cérémonie d’ouverture ? Simone BilesL’histoire personnelle et les prises de position de la gymnaste après l’affaire Nassar (l’ancien médecin de l’équipe américaine condamné à de lourdes peines de prison pour avoir...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut