Rechercher
Rechercher

Économie - Monnaie

Plateforme des changes : la BDL prépare des sessions de formation aux banques et aux changeurs

Plateforme des changes : la BDL prépare des sessions de formation aux banques et aux changeurs

La plateforme Sayrafa, initialement réservée aux changeurs, va s’ouvrir aux banques. Photo M.A.

Alors qu’aujourd’hui est le dernier délai pour que les banques et les agents de change s’inscrivent à la plateforme que la Banque du Liban (BDL) souhaite mettre en place pour contrôler le taux de change dollar/livre, la banque centrale les a invités à une session de formation qui aura lieu la semaine prochaine à l’École supérieure des affaires (ESA) à Beyrouth. Le lundi 19 sera réservé aux représentants des établissements bancaires, tandis que les changeurs auront, eux, trois jours de formation (de mardi à jeudi).

La plateforme Sayrafa, mise en place en juin 2020 et qui n’incluait alors que les changeurs, vise à limiter l’impact de la spéculation et des acteurs du marché noir en s’ouvrant à présent aux banques pour leur permettre d’effectuer et d’enregistrer des opérations de change sur une plateforme électronique prévue à cet effet. Il n’y a pas encore eu d’annonce sur la date de lancement de la plateforme ni d’indication sur le taux de change qui sera utilisé, alors que le taux lors de son lancement a été fixé à 3 200 livres et est monté progressivement à 3 900 livres le même mois, sans plus de changement de taux depuis. Le taux sur le marché parallèle, lui, qui a commencé à s’éloigner de plus en plus du taux officiel de 1 507,5 livres depuis la fin de l’automne 2019, a connu un pic historique à 15 000 livres le mois passé. Le taux est très instable depuis et s’est établi hier aux alentours de 12 300 livres.

Pour mémoire

La BDL veut mettre les banques à contribution pour contrôler le taux de change

Une source au sein de la BDL a indiqué que la séparation entre les banques et les changeurs, alors qu’ils devront tous deux utiliser la plateforme, s’explique par le fait que « les grosses sommes vont passer par les banques ». La durée de formation diffère, toujours selon elle, en raison de la nécessité d’une « plus grande période de temps pour les changeurs afin de comprendre les règles du jeu ». Une référence à peine voilée à l’égard des agents de change, accusés depuis le début du décrochage de la livre à la fin de l’été 2019 de manipuler les taux. D’ailleurs, le premier juge d’instruction de Beyrouth, Nicolas Mansour, a saisi mercredi les biens de l’ancien président de l’association des changeurs, Mahmoud Halaoui, l’accusant « d’attaques spéculatives (contre la livre) qui a pour répercussion une manipulation » du taux de change.


Alors qu’aujourd’hui est le dernier délai pour que les banques et les agents de change s’inscrivent à la plateforme que la Banque du Liban (BDL) souhaite mettre en place pour contrôler le taux de change dollar/livre, la banque centrale les a invités à une session de formation qui aura lieu la semaine prochaine à l’École supérieure des affaires (ESA) à Beyrouth. Le lundi 19 sera...

commentaires (1)

EST-CE UNE CESSION DE FORMATION DES MAFIEUX DE SECONDE CLASSE POUR LES FAIRE ACCEDER AUX MEMES DOCTORATS DETENUS PAR LES GRANDES CLIQUES MAFEUSES ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

16 h 08, le 16 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • EST-CE UNE CESSION DE FORMATION DES MAFIEUX DE SECONDE CLASSE POUR LES FAIRE ACCEDER AUX MEMES DOCTORATS DETENUS PAR LES GRANDES CLIQUES MAFEUSES ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 08, le 16 avril 2021

Retour en haut