Rechercher
Rechercher

Politique - Neutralité

Raï espère que Washington et Paris accorderont leurs violons sur la question libanaise

Raï espère que Washington et Paris accorderont leurs violons sur la question libanaise

Le patriarche maronite Béchara Raï. Photo Marc Fayad

Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a tenu hier un conférence de presse sur le réseau Zoom devant une dizaine de journalistes français de l’Association de la presse diplomatique française (APDF). Une conférence lors de laquelle il est revenu sur sa demande d’un statut de neutralité pour le Liban et d’une conférence internationale sous les auspices de l’ONU qui serait consacrée au dossier libanais. S’il n’a rien dit de nouveau sur les problèmes auxquels il est confronté en ce moment, le patriarche a apporté en réponse aux questions posées des éclaircissements pour mieux saisir la portée de sa campagne, affirmant qu’il souhaite que les États-Unis alignent leur position sur celle de la France au sujet d’un règlement au Liban

Sur le plan interne, interrogé sur la responsabilité qui incombe au chef de l’État dans le blocage du processus gouvernemental, le patriarche a affirmé qu’on ne peut l’imputer exclusivement au chef de l’État, mais que ce dernier, en raison de ses responsabilités, doit « s’y investir de toutes ses forces ». Sur le plan externe, a-t-il dit en substance, une conférence internationale est souhaitable dans la mesure où une concertation s’impose entre les parrains régionaux et internationaux des forces politiques locales, dont certaines veulent d’un règlement, tandis que d’autres, comme l’Iran, souhaitent le maintien du statu quo. Toutefois, le chef de l’Église maronite s’est défendu de plaider en faveur d’une « internationalisation » de la crise. « Nous n’avons jamais parlé d’internationalisation, mais d’une conférence internationale », a-t-il précisé.

Le rôle du Hezbollah dans le blocage

« Tout le monde sait qu’il joue un rôle dans le blocage », a-t-il déclaré en réponse à une question sur le Hezbollah, tout en assurant que le siège patriarcal « ne cherche pas à créer un problème » avec ce parti. Se référant à l’accord de Taëf, notamment sur la question de désarmement des milices, ainsi qu’aux résolutions internationales 1559 et 1701, le patriarche a confirmé qu’il existe un volet international à la crise libanaise, ajoutant : « L’accord de Taëf n’a pas été appliqué dans sa lettre et son esprit. » Le chef de l’Église maronite a révélé avoir invité à plusieurs reprises le Hezbollah à en discuter ouvertement à Bkerké, mais qu’à ce stade, le parti pro-iranien n’a pas accédé à cette demande. Au sujet du comité bipartite pour le dialogue entre Bkerké et le Hezbollah, composé d’un laïc et d’un évêque (NDLR), M. Harès Chéhab et Mgr Samir Mazloum, le patriarche a précisé que ses rendez-vous avec les représentants du Hezbollah « sont des rencontres amicales non destinées à aller en profondeur ».

Conscient de la disparité dans les positions respectives de la France et des États-Unis au sujet du Hezbollah, le chef de l’Église maronite a quand même souhaité que ces deux pays accordent leurs violons en ce qui concerne le Liban. « Je rencontre demain (aujourd’hui) David Hale, a-t-il dit, nous souhaitons que ces positions soient unifiés pour le bien du Liban. » Au sujet de la présence au Liban des réfugiés syriens et palestiniens, et de l’impact éventuel de la naturalisation d’une partie de ces derniers, Béchara Raï a été direct : « Le système politique du Liban repose sur la démographie », a-t-il dit. L’équilibre démographique entre chrétiens et musulmans est important dans la mesure où le Liban a été créé par une

culture de rencontre « d’inspiration chrétienne », a-t-il ajouté. « Ce n’est pas une question de nombre, a-t-il commenté, mais de culture. En la perdant, nous perdons tout. ».

En ce qui concerne plus particulièrement la situation des réfugiés syriens, il a précisé craindre « une répétition avec eux du modèle palestinien », ajoutant que leur retour en Syrie ne doit pas être lié à un règlement politique de la crise syrienne.

Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a tenu hier un conférence de presse sur le réseau Zoom devant une dizaine de journalistes français de l’Association de la presse diplomatique française (APDF). Une conférence lors de laquelle il est revenu sur sa demande d’un statut de neutralité pour le Liban et d’une conférence internationale sous les auspices de l’ONU qui serait...
commentaires (3)

Courageux le patriarche comment ça se fait que le Hezbollah n'a pas encore fait sauter Bkerke , il sait que ca sera sa fin ???

Eleni Caridopoulou

18 h 16, le 15 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Courageux le patriarche comment ça se fait que le Hezbollah n'a pas encore fait sauter Bkerke , il sait que ca sera sa fin ???

    Eleni Caridopoulou

    18 h 16, le 15 avril 2021

  • Sans accord politique il n'y aura jamais de retour des Syriens; Bachar n'y tient pas il préfère exproprier !

    Beauchard Jacques

    11 h 43, le 15 avril 2021

  • C’est un bon début ! Le retard doit être rattrapé par d’autres initiatives aussi bienheureuses en attendant de renverser un par un tous ces prédateurs sans scrupules.

    Wow

    00 h 31, le 15 avril 2021

Retour en haut