Rechercher
Rechercher

Société - 13 avril

Des collectifs antipouvoir commémorent à Beyrouth le 46e anniversaire de la guerre civile

Les différents groupes ont lu une « prestation de serment », mettant en avant l’identité libanaise et la neutralité.

Des collectifs antipouvoir commémorent à Beyrouth le 46e anniversaire de la guerre civile

« Pour sauver le Liban, composez le 1559 », lit-on sur ces pancartes brandies par des manifestants au sit-in symbolique commémorant le 46e anniversaire du début de la guerre civile, le 13 avril 1975. Photo Matthieu Karam

Plusieurs dizaines de contestataires se sont rassemblés, hier place des Martyrs, au centre-ville de Beyrouth, pour un sit-in symbolique commémorant le 46e anniversaire du début de la guerre civile libanaise, le 13 avril 1975. Issus de plusieurs collectifs antipouvoir, les manifestants, dont certains ont rechigné à se couvrir le visage d’un masque en guise de prévention du Covid-19, arboraient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Les Libanais libres : neutralité, souveraineté, stabilité », « Le Liban avant tout », « Le Liban pour nous tous », ou encore, « Pour sauver le Liban, composez le 1559 », en référence à la résolution 1559 du Conseil de sécurité des Nations unies pour le désarmement et la dissolution de toutes les milices libanaises.

Au nombre des manifestants également, des représentants d’un mouvement dont la principale revendication est le désarmement du Hezbollah, rapporte notre journaliste Matthieu Karam. « Pour un Liban libre, l’Iran dehors », ont-ils scandé. D’autres manifestants ont appelé à faire du Liban un État fédéral. « Terroristes, terroristes, le Hezbollah est terroriste », ont encore chanté les manifestants.

D’autres collectifs, comme « Les blouses blanches », représentant des médecins, « Bkerké 2020 » qui soutient les appels du patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, à la neutralité, ou « le Conseil de la révolution du Cèdre » étaient également présents sur les lieux. Chaque groupe a déposé une gerbe de fleurs devant la statue des Martyrs, avant de lire une « prestation de serment » commune, mettant en avant « l’identité libanaise » et la neutralité. Avec ce texte, imprimé sur une grande pancarte installée sur la place, les protestataires se sont engagés à « lutter contre l’injustice et la corruption ». Ils ont réclamé une justice indépendante et « une seule armée, ayant le monopole des armes », et rejeté « toute tutelle ou hégémonie étrangère ».



Plusieurs dizaines de contestataires se sont rassemblés, hier place des Martyrs, au centre-ville de Beyrouth, pour un sit-in symbolique commémorant le 46e anniversaire du début de la guerre civile libanaise, le 13 avril 1975. Issus de plusieurs collectifs antipouvoir, les manifestants, dont certains ont rechigné à se couvrir le visage d’un masque en guise de prévention du Covid-19,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut