Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Rapport

Syrie : la société civile russe vilipende la politique de Poutine

Un rapport publié vendredi dernier par plusieurs activistes et organisations basés en Russie dénonce pour la première fois les exactions commises contre la population syrienne au cours de ces dix dernières années par toutes les parties impliquées dans le conflit et aspire à sensibiliser l’opinion publique locale sur les crimes perpétrés ou appuyés par Moscou.

Syrie : la société civile russe vilipende la politique de Poutine

Ariha, dans la province d'Idlib, après une frappe aérienne russe le 30 janvier 2020. Archives AFP

Il existe une autre voix russe. C’est l’un des messages forts qui ressort de la publication, le 2 avril dernier, du tout premier rapport sur le conflit syrien préparé par des activistes et des organisations clés de la société civile russe, à savoir la principale ONG du pays, Mémorial, la directrice du Comité d’assistance civique, Svetlana Gannushkina, l’avocat issu du groupe Mères de soldats de Saint Pétersbourg, Alexander Gorbachev, et le Mouvement de la jeunesse pour les droits humains.

Le document final est le premier du genre, un véritable pavé dans la mare tant le sujet est tabou dans le pays et tant peu d’espaces existent aujourd’hui en Russie pour remettre en question le récit officiel du Kremlin, celui d’une guerre « juste » menée contre le terrorisme. Intitulé Une décennie dévastatrice : les violations des droits humains et du droit humanitaire dans la guerre syrienne (A Devastating Decade: Violations of Human Rights and Humanitarian Law in the Syrian War), le rapport revient en profondeur, en 200 pages, sur les violations des droits humains commises par toutes les parties prenantes au conflit, dix ans après le déclenchement du soulèvement populaire syrien. Toutefois, s’il souligne de manière détaillée les crimes perpétrés par l’Etat Islamique (EI), s’il ne lésine pas non plus sur ceux des groupes armés affiliés à l'opposition, il se démarque avant tout par sa critique sans détour de la politique mise en œuvre par Moscou, intervenu militairement à la rescousse du régime de Bachar el-Assad à partir de l’automne 2015 et responsable de bombardements indiscriminés contre les populations civiles, ainsi que d’un soutien massif à un pouvoir pratiquant détention arbitraire, torture et disparition forcée à grande échelle.

Pour mémoire

« À chaque fois que les Russes font pression sur lui, Assad appelle les Iraniens à l’aide »

Ce travail de recherche, un engagement de longue haleine sur une période de deux ans, est, entre autres, le résultat de 150 entretiens exhaustifs conduits avec des survivants du conflit basés au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas ou encore en Russie. La démarche des organisations à l'initiative de ce projet est claire : sensibiliser l’opinion publique russe aux violations commises en Syrie en son nom. « Malheureusement, l'écrasante majorité des personnes interviewées ne voit pas la Russie comme un sauveur, mais comme une force étrangère destructrice dont l’intervention politique et militaire a aidé à consolider le criminel de guerre qui dirige le pays », écrivent les auteurs.

« C’est un rapport essentiel, en premier lieu parce que ceux qui en sont à l'origine sont des citoyens russes. C’est ce qui le distingue de publications précédentes sur le même sujet par d’autres organisations », résume à L’Orient-Le Jour Fadel Abdel Ghany, le directeur du Syrian Network for Human Rights. « Ce rapport pourrait permettre à l’opinion publique de demander des comptes au sujet de la politique menée par Moscou en Syrie, restée tabou jusqu'à présent. Cela pourrait également permettre non seulement une plus large reconnaissance internationale des crimes de la Russie, mais aussi et surtout de ceux commis par le régime avec le soutien multiforme de Poutine », ajoute-t-il.

« Amers et honteux »

Si la population russe s'était dans un premier temps montrée favorable à l'intervention de son armée en Syrie, cette attitude s’est érodée au fil des années. Selon un sondage conduit par le centre analytique Levada, basé à Moscou, près de 72% des Russes approuvaient en octobre 2015 les frappes aériennes contre l’EI, raison invoquée par Moscou pour justifier son engagement. Deux ans plus tard, en 2017, presque la moitié des personnes interrogées déclarait souhaiter la fin de l’intervention. En 2019, ce chiffre s'élevait à 55%.

Pour mémoire

Pourquoi ils sont restés loyaux à Assad

« C’est un conflit lointain, un pays avec lequel les gens ont peu de connexions émotionnelles et dont on ne connaît pas les contours financiers. Les Russes n’ont pas de raisons de soutenir cette intervention là-bas. Mais en même temps, la couverture par les médias d’Etat n’évoque que les opérations contre l’EI et d’autres groupes armés assimilés à des terroristes, et abondent sur l'assistance humanitaire fournie par la Russie aux Syriens », explique Ekaterina Sokirianskaia, membre de Mémorial, en réponse à une question posée par l’OLJ au cours de la conférence de presse en ligne organisée le 2 avril.

Si un grand nombre de Russes observent à présent d’un œil circonspect les activités de leur gouvernement, ils semblent mus par des considérations plus pragmatiques qu’humanistes. Alexeï Navalny, figure de proue de l’opposition à Vladimir Poutine, aujourd’hui en prison, ne s’est jamais réellement emparé du dossier syrien et s’est contenté d’exposer les coûts élevés de la campagne militaire russe comparés aux faibles revenus des citoyens ordinaires dans les villes de province.

Agents de l’étranger

Le rapport publié vendredi dernier tranche avec le caractère essentiellement géopolitique qui a prévalu jusqu’ici dans l’approche des relations syro-russes et donne la priorité à la question de la solidarité avec la population civile. « Nous nous sommes sentis à la fois amers et honteux face à la façon dont les Syriens interviewés voient les Russes. [...] Nous espérons également que les militants de la société civile, les journalistes, les experts indépendants et les défenseurs des droits humains russes porteront plus d’attention à la situation de ces droits en Syrie » afin que les Syriens n’assimilent pas uniquement Moscou à une présence militaire mais aussi à la « solidarité de ses citoyens compatissants », écrivent les rédacteurs du rapport.

Pour mémoire

Syrie : voyage au bout de la déshumanisation

Une prise de position d’autant plus courageuse que les objecteurs de conscience russes opèrent dans un cadre particulièrement répressif qui n’a cessé de se dégrader depuis 2012, sous l’effet d’une série de lois baptisée « agents de l’étranger », obligeant les organisations, journalistes ou encore blogueurs recevant un financement extérieur à s'enregistrer en tant que tels auprès du ministère de la Justice et à marquer leurs publications de ce terme infamant. Depuis le 30 décembre dernier, un sort similaire est réservé à tout individu qui s’engage, au sens large, en politique et reçoit un financement de l’étranger. Cet arsenal législatif vient s’ajouter à la violence qui guette à tout moment les opposants dans un pays où les assassinats politiques sont nombreux.

Les défenseurs des droits humains doivent redoubler de patience pour attirer l’attention de leurs concitoyens sur les actes commis par leurs « représentants » par-delà les frontières nationales. Pour ceux qui ont pu et voulu s’y intéresser, la tragédie syrienne fait sombrement écho à celle de la Tchétchénie. « La Tchétchénie et la Syrie sont évidemment deux conflits de nature différente. Le premier relève d'un conflit interne, ce qui n’est pas le cas du second. Pour autant, en ce qui nous concerne, nous défenseurs des droits humains, il existe plusieurs parallèles non moins évidents », dit Ekaterina Sokirianskaia qui insiste, entre autres, sur le désintérêt de l’opinion publique par le passé, en particulier au commencement de la deuxième guerre de Tchétchénie (1999-2009). « Nous avions l’impression de nous heurter à un mur de l'oubli que nous avons tenté de percer. Mais nous pensons, du moins maintenant, qu'un nombre croissant de personnes en Russie évaluent adéquatement ce qui s'est passé à l'époque et ce qui doit être résolu à l'avenir. À un moment donné, nous allons devoir réexaminer la situation en Tchétchénie. Et cela vaut également pour la Syrie ».


Il existe une autre voix russe. C’est l’un des messages forts qui ressort de la publication, le 2 avril dernier, du tout premier rapport sur le conflit syrien préparé par des activistes et des organisations clés de la société civile russe, à savoir la principale ONG du pays, Mémorial, la directrice du Comité d’assistance civique, Svetlana Gannushkina, l’avocat issu du groupe...

commentaires (6)

Je me demande comment Bachar el Assad est encore vivan , c'est grâce aux russes ?

Eleni Caridopoulou

20 h 20, le 06 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Je me demande comment Bachar el Assad est encore vivan , c'est grâce aux russes ?

    Eleni Caridopoulou

    20 h 20, le 06 avril 2021

  • On ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs ...On aimerais bien voir des ONG occidentales pointées du doigt les crimes de la coalition internationale en Syrie et en Irak ! Sauf si ces ONG ne fonctionnent que sur ordre ...

    nabil zorkot

    14 h 14, le 05 avril 2021

  • Depuis 2012 les informations sur la Syrie provenaient en grande partie dans les médias Français, Anglo-Saxons et même arabes d’une seule et même source: l’Observatoire Syrien Des Droits de L’Homme(OSDH) dont le directeur est Rami Abdel Rahmane EXPERT en programmes «FAISEURS D’OPINION» . Ce site est BASE NON PAS EN SYRIE mais à LONDRES – refuge (!! OUI ) privilégié des Frères Musulmans ennemis jurés du régime des Assad - ce qui devrait déjà chez les JOURNALISTES ET LEURS SUPPORTS MEDIATIQUES être un facteur de PRUDENCE .Or on continu de constater le nombre impressionnant de médias qui reprennent les informations sans PRENDRE LA PEINE de les vérifier sur le TERRAIN et DANS TOUTE LA SYRIE . Et voilà que des ONG dites Russes qui apparaissent. Cherchez la FEMME comme on dit !! Rien de nouveau….

    aliosha

    11 h 28, le 05 avril 2021

  • poutine,erdogan,assad et khamenai ? les personnages cles autour desquels tourne le monde, contre lesquels la democratie et le droit de l'homme ne peuvent Absolument rien. surtout pas la pseudo nouvelle approche de joe biden

    gaby sioufi

    10 h 33, le 05 avril 2021

  • Quand la Russie de Poutine ressemble a l Allemagne nazie......

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 10, le 05 avril 2021

  • VIVE SAINT VLADIMIR , LE SEUL VRAI LEADER CHRÉTIEN QUI EXISTE ENCORE SUR CETTE PLANÈTE !

    Chucri Abboud

    02 h 03, le 05 avril 2021

Retour en haut