Rechercher
Rechercher

Sport - Jeux de Tokyo

Le relais de la flamme olympique sera lancé demain à Fukushima

Le coup d’envoi du relais de la flamme olympique des Jeux de Tokyo est l’occasion de montrer les progrès de la reconstruction à Fukushima, dix ans après la catastrophe dans le nord-est du Japon, espèrent des participants, même si l’ombre du Covid-19 pèse sur l’événement. Le départ du relais sera donné demain jeudi à une vingtaine de kilomètres de la centrale accidentée de Fukushima Daiichi, où un puissant séisme de magnitude 9,0 et un gigantesque tsunami le 11 mars 2011 avaient provoqué la fusion des cœurs de trois réacteurs. La catastrophe a fait près de 18 500 morts et disparus, principalement dans le tsunami.

Dix ans plus tard, la reconstruction est loin d’être terminée, mais les participants au relais de la flamme olympique, reporté comme les Jeux d’un an à cause de la pandémie, pensent que l’événement peut montrer au monde entier les progrès accomplis. « Vu de loin, le temps peut sembler s’être arrêté à Fukushima », mais « je pense que la perception des gens changera quand ils verront les spectateurs tout le long du parcours et la passion des coureurs », pense Hanae Nojiri, présentatrice d’une chaîne de télévision locale et participante au relais.

Mais la pandémie, qui empêchera les spectateurs venus de l’étranger d’assister aux JO cet été, a aussi forcé les organisateurs à réduire l’ampleur des festivités autour de la flamme olympique à Fukushima et à fermer au public la cérémonie d’ouverture et le premier tronçon du relais. De strictes mesures sanitaires seront aussi en place tout le long du parcours, qui doit être arpenté par quelque 10 000 coureurs à travers tout l’archipel nippon. Des spectateurs pourront se tenir au bord des routes, mais n’auront pas le droit d’acclamer les participants et les organisateurs ont prévenu qu’ils pourraient supprimer certaines sections si elles provoquent des attroupements trop grands. Yumiko Nishimoto, à la tête d’un projet citoyen pour planter 20 000 cerisiers dans la région, se dit cependant déterminée à ne pas laisser le coronavirus gâcher cette occasion de montrer au public « les aspects à la fois positifs et négatifs » de la reconstruction.

Organisateurs et autorités japonaises veulent faire de ces JO les « jeux de la reconstruction » et vantent les retombées positives pour la région. Mais certaines zones, représentant au total 2 % de la superficie du département, restent interdites d’accès à cause des radiations et les communautés peinent à se reconstituer. « Le relais va passer près de ces endroits où les gens ne peuvent pas revenir, et on ne peut pas dissimuler cela, note Hanae Nojiri. C’est la réalité et il faut le comprendre. » Mais « beaucoup d’habitants vivent avec le sourire et vont de l’avant, et je veux que les gens voient ça aussi », ajoute-t-elle.

William McMichael, un Canadien enseignant à l’université de Fukushima qui vit sur place depuis 2007, aspire également à voir évoluer la perception de sa région d’adoption. « Il y avait alors un fossé énorme entre ce qui se racontait de Fukushima dans le monde entier et ce qui s’y passait réellement », dit-il, se souvenant de la vaste « friche nucléaire » parfois décrite depuis l’extérieur. Quand il portera la flamme au troisième jour du relais, il souhaite que « les habitants réalisent que le monde pense toujours à eux » et se félicite que Fukushima joue un rôle actif dans les Jeux malgré la pandémie. Fukushima doit accueillir des compétitions olympiques de baseball et de softball, pendant lesquelles l’attention de la planète sera braquée sur le département.

Dix ans après, « Fukushima s’est relevé », constate Hanae Nojiri, qui espère que « cette attitude positive » laissera entrevoir au monde, face à la crise sanitaire sans précédent, une lueur d’espoir.

Source : AFP


Le coup d’envoi du relais de la flamme olympique des Jeux de Tokyo est l’occasion de montrer les progrès de la reconstruction à Fukushima, dix ans après la catastrophe dans le nord-est du Japon, espèrent des participants, même si l’ombre du Covid-19 pèse sur l’événement. Le départ du relais sera donné demain jeudi à une vingtaine de kilomètres de la centrale accidentée de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut