Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Premier jour de réouverture des commerces, 51 décès en 24h

Le ministère de la Santé approuve en urgence le vaccin chinois Sinopharm.

Premier jour de réouverture des commerces, 51 décès en 24h

Le président de l'Association des commerçants de Saïda et du sud, Ali Chérif, lors d'une tournée dans la ville au premier jour de la réouverture des commerces au Liban. Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah

Au premier jour de la réouverture des commerces après presque deux mois de fermeture, le Liban a enregistré 51 décès et 1.888 nouveaux cas de contamination au Covid-19 au cours des dernières 24h, selon le bilan du ministère de la Santé publié lundi soir. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 17,9%, un chiffre qui reste très élevé. Au total, 376.921 personnes ont contracté le virus depuis février 2020, parmi lesquelles 4.743 sont décédées, alors que 294.170 ont été guéries. Parmi les cas toujours actifs, 2.192 personnes sont hospitalisées, dont 898 en soins intensifs. Ce nombre peu élevé de nouvelles contaminations officiellement enregistrées s'explique par le faible nombre de tests effectués hier, dimanche, jour de fermeture pour de nombreux laboratoires.

"Une bouffée d'oxygène"

Ce matin, le Liban a entamé une nouvelle étape de son déconfinement progressif avec la réouverture des commerces. Initialement prévue pour le 8 mars dans le cadre de la troisième phase de déconfinement, soit deux mois tout juste après l'entrée en vigueur du bouclage, cette réouverture a été avancée d'une semaine, sous la pression des organismes économiques qui craignent un effondrement total. Commerces et centres commerciaux peuvent dès lors rouvrir, selon des dispositions spécifiques. Cette décision a été prise malgré le des chiffres de contamination et d'hospitalisations qui demeurent élevés, et la prudence et le respect des mesures sanitaires restent donc de mise. Par ailleurs, alors que l'obtention de permissions de circulation sur la plateforme Impact n'est désormais requise que pour certains déplacements, notamment pour se rendre au supermarché, à la banque ou dans les centres commerciaux, un couvre-feu est en vigueur de 20h à 5h.

Lire aussi

L’épidémie a un an : qu’est-ce qui explique cette descente aux enfers ?

Dans le cadre de cette nouvelle étape du déconfinement, les commerces et souks ont ainsi ouvert leurs portes à Saïda (Liban-sud), dans le respect des mesures protectrices et du protocole sanitaire, rapporte notre correspondant sur place, Mountasser Abdallah. Les employés ont pu effectuer des tests PCR aux frais de leur employeur, grâce à un accord passé avec l'hôpital gouvernemental de la ville. "Les commerçants se sont engagés à appliquer les gestes barrières pour protéger leurs clients. Les grands commerces continueront à réclamer l'inscription de leurs clients sur la plateforme en ligne pour éviter tout afflux massif", a affirmé Ali Chérif, président de l'Association des commerçants de Saïda. "Nous étions étouffés par le bouclage. On nous a imposé un confinement des plus difficiles. L'ouverture de nos magasins est une bouffée d'oxygène pour nous et nos familles, pour vivre une vie décente", a confié pour sa part l'un des commerçants de la ville à L'OLJ.

"Rouvrir les écoles"

Envisageant la suite du plan de déconfinement, le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le Dr Firas Abiad, est pour sa part revenu sur la réouverture des écoles. Il a reconnu la nécessité de cette réouverture, alors que les établissements scolaires sont fermés depuis plus de deux mois, "pour le bien-être social et psychologique des élèves", soulignant toutefois les risques que cela comporte au vu de la situation sanitaire dans le pays et l'importance de prendre des mesures de protection "adéquates". Les écoles sont supposées rouvrir, selon le plan prévu par les autorités, dans une semaine.

Don de 50.000 doses du vaccin Sinopharm

Parallèlement à cet allègement des mesures, la campagne de vaccination lancée le 15 février se poursuit, et plus de 40.000 nouvelles doses produites par Pfizer/BioNTech ont été réceptionnées samedi soir à Beyrouth. En tout, 102.000 doses du vaccin Pfizer-BioNTech sont arrivées au Liban depuis le 13 février, sur un total de 2,1 millions attendues d'ici la fin de l'année. D'autres cargaisons doivent ainsi continuer à arriver progressivement au cours des prochains mois, parallèlement à celles du vaccin AstraZeneca/Oxford, achetées directement auprès du groupe pharmaceutique et via la plateforme Covax. Des doses du vaccin russe Spoutnik V devraient également être réceptionnées dans les prochaines semaines et les autorités libanaises ont accordé leur approbation d'urgence pour le vaccin chinois. L'ambassadeur de Chine au Liban, Wang Kejian, a indiqué à ce sujet lundi que, "à la suite d'une demande des autorités libanaises, le gouvernement chinois a décidé d'offrir 50.000 doses du vaccin Sinopharm".

Lire aussi

Un marché noir du vaccin au Liban ? Beaucoup de rumeurs et si peu de réponses


Par crainte de corruption et de clientélisme, la campagne de vaccination est contrôlée de manière indépendante par la Banque mondiale et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). Elles sont chargées de surveiller le bon respect des mesures prévues dans la stratégie de vaccination, notamment le respect des phases de priorité et de la bonne inscription sur la plateforme. Actuellement, dans le cadre de la première phase de vaccination, seules les personnes âgées de plus de 75 ans et le corps médical reçoivent leur injection contre le coronavirus. Mais cette campagne a été marquée dès ses débuts par un scandale, après la vaccination au Parlement de plusieurs députés, ainsi que du président de la République Michel Aoun et ses proches collaborateurs à Baabda, la semaine dernière, hors des mesures prévues.

Sur ce plan, le président de l'Ordre des médecins, Charaf Abou Charaf, a dit lundi espérer que "le comportement folklorique qui a prévalu lors de la première phase de la campagne de vaccination cesse". Il a également appelé à adopter "le principe de transparence et d'équité de manière claire, et de respecter les priorités" mises en place par le comité national en charge de la campagne, en s'inscrivant sur la plateforme électronique dédiée à cet effet.


Au premier jour de la réouverture des commerces après presque deux mois de fermeture, le Liban a enregistré 51 décès et 1.888 nouveaux cas de contamination au Covid-19 au cours des dernières 24h, selon le bilan du ministère de la Santé publié lundi soir. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 17,9%, un chiffre qui reste...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut