Rechercher
Rechercher

Économie - Birmanie

Risque de pénurie d’argent à cause du coup d’État

Dès l’aube, ils sont nombreux à faire la queue devant leur agence bancaire à Rangoun dans l’espoir de pouvoir retirer leurs économies, alors qu’une limite stricte sur les retraits a été imposée, alimentant les rumeurs d’une pénurie d’argent après le coup d’État en Birmanie. L’essentiel des banques, y compris privées, sont restées fermées depuis de nombreux jours, leurs employés ayant rejoint le mouvement de désobéissance civile. Une situation qui devient tendue à l’approche du jour de paie en Birmanie ce vendredi. Seules quelques agences de banques publiques restent ouvertes à Rangoun, permettant de retirer de l’argent mais de manière très limitée. Obtenir une place dès le matin est crucial, « certaines personnes séjournent dans des hôtels à proximité pour faire la queue tôt pour les jetons », raconte un client.

L’économie birmane était déjà confrontée avant le coup d’État à des vents contraires liés au coronavirus et aux mesures de confinement. Désormais, les généraux sont frappés de sanctions par les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et l’Union européenne, et l’économie dans son ensemble risque également de subir une baisse des investissements étrangers, réticents à travailler avec la dictature. L’agence de notation Fitch a rapidement révisé à la baisse les estimations de croissance pour 2021 de 5,6 % à 2 %, citant « des risques politiques élevés ». Une pause potentielle sur les entrées de devises étrangères a sonné l’alarme pour l’ONG Justice for Myanmar, qui affirme que les généraux pourraient commencer à puiser dans les réserves de la Banque centrale birmane, d’une valeur de 6,7 milliards de dollars. Jusqu’à présent, les sanctions américaines ont inclus un gel de leurs avoirs de 1 milliard de dollars.


Dès l’aube, ils sont nombreux à faire la queue devant leur agence bancaire à Rangoun dans l’espoir de pouvoir retirer leurs économies, alors qu’une limite stricte sur les retraits a été imposée, alimentant les rumeurs d’une pénurie d’argent après le coup d’État en Birmanie. L’essentiel des banques, y compris privées, sont restées fermées depuis de nombreux jours, leurs...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut