Rechercher
Rechercher

Société - Droits de l’homme

Arrêté samedi à l’AIB, l’activiste Michel Chamoun comparaît aujourd’hui devant les SR de l’armée

Le jeune homme a été interpellé à plusieurs reprises depuis le soulèvement d’octobre 2019.

Arrêté samedi à l’AIB, l’activiste Michel Chamoun comparaît aujourd’hui devant les SR de l’armée

Michel Chamoun sur son lit d’hôpital après avoir été blessé au dos et à la main droite par des balles en caoutchouc tirées par les forces de l’ordre lors d’une manifestation au centre-ville, le 19 janvier 2020. Photo tirée de sa page Facebook

L’activiste Michel Chamoun doit comparaître ce matin devant les services de renseignements de l’armée, à Rihaniyé, suite à une note d’information déposée à son encontre par un indic qui l’accuse de préparer « une opération » contre les forces régulières. Samedi matin à 7h, Michel Chamoun, qui s’apprêtait à prendre l’avion pour Dubaï, a été empêché de voyager.

« Je devais me rendre pour trois jours aux Émirats arabes unis afin de signer un contrat de travail. Arrivé aux douanes, j’ai été arrêté. Je ne savais pas pourquoi. Je suis resté bloqué à l’aéroport durant des heures. Mon avocat, Ralph Tannous, qui travaille au bureau du bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf, n’a pas eu l’autorisation de me rejoindre, mais grâce à son intervention, je n’ai pas dormi en prison », raconte Michel Chamoun à L’Orient-Le Jour.

« Comme c’était le week-end, j’aurais pu rester deux jours en détention, le temps qu’un juge vienne ou que je puisse m’entretenir avec les officiers en charge », poursuit-il, précisant qu’une interdiction de voyager a été émise à son encontre.

Lire aussi

Un dentiste convoqué... pour avoir donné à manger aux protestataires

Le jeune homme est un farouche opposant au pouvoir. Depuis le soulèvement du 19 octobre 2019, il participe à tous les mouvements de protestation et ne mâche pas ses mots contre la classe politique. Très actif sur les réseaux sociaux, il n’épargne personne de ses critiques, notamment le chef de l’État Michel Aoun et son gendre Gebran Bassil.

« J’ai appris par la suite que je suis accusé par un informateur des services de renseignements de l’armée de fomenter une opération contre l’armée libanaise et les forces de l’ordre », souligne ce père de famille de 29 ans qui fait état de plusieurs tentatives d’intimidation à son égard.

« Jeudi dernier, moins de 48 heures avant mon interpellation à l’aéroport, ma voiture, en stationnement à Ghazir et qui est généralement conduite par ma femme, a reçu une balle tirée par un inconnu. Une autre balle a été placée sur le marchepied du 4x4 », raconte-t-il. « Ce jour-là, la police, l’armée, les services de renseignements sont tous venus sur place. Personne ne m’a informé qu’il y avait une notice ou un mandat contre moi », s’étonne-t-il.

Pour mémoire

Vague de répression parmi les militants ayant pris part aux manifestations de Tripoli

Michel Chamoun, entrepreneur originaire de Hammana (caza de Baabda) et habitant Kfarhabab (caza de Kesrouan), a été interpellé à plusieurs reprises depuis octobre 2019. « Il m’est arrivé de m’enfuir de chez moi et de dormir hors de la maison pour éviter d’être interpellé. Tous les mois, je suis convoqué à un poste de gendarmerie ou par les services de renseignements de l’armée pour tout genre d’accusations farfelues. Tantôt “je mets la paix civile en danger” , tantôt j’encourage les “dissensions communautaires...” », soupire-t-il.

Le 19 janvier 2020, Michel Chamoun a été blessé au dos et à la main droite par des balles en caoutchouc tirées à bout portant dans sa direction par un gendarme lors des violences qui avaient ponctué une manifestation au centre-ville de Beyrouth. Ce jour-là, Michel a perdu deux doigts.

« J’ai juste une seule peur, celle d’être tué », confie ce papa d’une petite fille.


L’activiste Michel Chamoun doit comparaître ce matin devant les services de renseignements de l’armée, à Rihaniyé, suite à une note d’information déposée à son encontre par un indic qui l’accuse de préparer « une opération » contre les forces régulières. Samedi matin à 7h, Michel Chamoun, qui s’apprêtait à prendre l’avion pour Dubaï, a été empêché de...

commentaires (2)

C’est grâce aux protecteurs des chrétiens que ces derniers sont devenus des cibles faciles aux fossoyeurs du pays. Avant leur arrivée aucun de ces voyous n’osait espérer fouler notre fief. Le plus étrange dans tout ça est le dévouement de l’armée qui harcèle les opposants et contribue à semer la terreur dans l’esprit des libanais libres alors qu’ils sont sensés les protéger de leurs ennemis. Qui donne l’ordre d’interpeler des citoyens à l’aéroport? Qui est derrière cette collaboration honteuse? Où est donc l’armée que ce peuple chérie et continue à porter à bout de bras pour les protéger ? Général, vous devez être impitoyable avec ces brebis galeuses qui ternissent l’image de cette institution et saccagent les droits des libanais par la lâcheté et la trahison sous leurs uniformes que les citoyens paient pour les protéger et les aider à se libérer de leurs tortionnaires. Ne dites surtout pas que ce sont des actes individuels, vous êtes là pour sanctionner tous les traitres dans vos rangs sans pitié car vous êtes le garant de nôtre sécurité.

Sissi zayyat

11 h 38, le 22 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • C’est grâce aux protecteurs des chrétiens que ces derniers sont devenus des cibles faciles aux fossoyeurs du pays. Avant leur arrivée aucun de ces voyous n’osait espérer fouler notre fief. Le plus étrange dans tout ça est le dévouement de l’armée qui harcèle les opposants et contribue à semer la terreur dans l’esprit des libanais libres alors qu’ils sont sensés les protéger de leurs ennemis. Qui donne l’ordre d’interpeler des citoyens à l’aéroport? Qui est derrière cette collaboration honteuse? Où est donc l’armée que ce peuple chérie et continue à porter à bout de bras pour les protéger ? Général, vous devez être impitoyable avec ces brebis galeuses qui ternissent l’image de cette institution et saccagent les droits des libanais par la lâcheté et la trahison sous leurs uniformes que les citoyens paient pour les protéger et les aider à se libérer de leurs tortionnaires. Ne dites surtout pas que ce sont des actes individuels, vous êtes là pour sanctionner tous les traitres dans vos rangs sans pitié car vous êtes le garant de nôtre sécurité.

    Sissi zayyat

    11 h 38, le 22 février 2021

  • Le LIBAN est malheureusement une dictature qui n a rien a envier a ses voisins de la region.....

    HABIBI FRANCAIS

    05 h 20, le 22 février 2021

Retour en haut