Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Institutions

Le président algérien dissout l’Assemblée et opère un remaniement de façade au gouvernement

Le président algérien dissout l’Assemblée et opère un remaniement de façade au gouvernement

Le journaliste Khaled Drareni lors de sa libération vendredi soir. Ryad Kramdi/AFP

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a procédé hier à un remaniement partiel de son gouvernement, très attendu, mais sans changement d’équipe majeur, à la veille du 2e anniversaire du mouvement de protestation populaire du Hirak, a indiqué un communiqué de la présidence.

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, pourtant critiqué, reste à son poste ainsi que les détenteurs des ministères régaliens, selon la liste publiée par la présidence de la République. Sont partants le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, et son collègue de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, très critiqué pour sa gestion du dossier de la relance de l’industrie automobile. Les ministres des Ressources en eau, du Tourisme, de l’Environnement et des Travaux publics quittent également le gouvernement. En revanche, le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, symbole de la répression judiciaire contre l’opposition et les militants du Hirak, garde son portefeuille, comme le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer, qui a la haute main sur les médias.

M. Tebboune avait auparavant dissous l’Assemblée populaire nationale (APN), la Chambre basse du Parlement, ouvrant la voie à des élections législatives anticipées dans les six mois. Aucune date n’a encore été fixée pour le scrutin. Mais la classe politique table sur le mois de juin.

Dans un discours-programme à la nation, le chef de l’État avait annoncé jeudi soir la dissolution de la Chambre basse du Parlement et l’organisation d’élections législatives anticipées.

Pour répondre à la rue, M. Tebboune a également décrété jeudi une grâce présidentielle en faveur d’une soixantaine de détenus d’opinion, un geste d’apaisement adressé au mouvement de protestation populaire du Hirak. Depuis, près de 40 prisonniers ont été libérés.

Selon les derniers chiffres du Comité national de libération des détenus (CNLD) avant ces libérations, quelque 70 personnes étaient détenues en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles. Parmi les personnes déjà libérées, figurent l’opposant Rachid Nekkaz et le journaliste Khaled Drareni, devenu un symbole du combat pour la liberté de la presse. « Mon combat (pour la liberté de la presse) va se poursuivre », a-t-il affirmé à la chaîne francophone TV5, dont il est le correspondant en Algérie.

L’Union européenne a salué « l’excellente nouvelle de la libération d’un grand nombre de détenus par grâce présidentielle en Algérie ». « Une décision qui reconnaît l’importance de la liberté d’expression et du pluralisme dans le processus démocratique. »

Après plusieurs rassemblements en province la semaine dernière, des appels à manifester lundi dans tout le pays, notamment à Alger, pour l’anniversaire du Hirak, circulent sur les réseaux sociaux. Le Hirak a dû suspendre en mars ses manifestations hebdomadaires en raison de l’épidémie de coronavirus.

Source : AFP


Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a procédé hier à un remaniement partiel de son gouvernement, très attendu, mais sans changement d’équipe majeur, à la veille du 2e anniversaire du mouvement de protestation populaire du Hirak, a indiqué un communiqué de la présidence.Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, pourtant critiqué, reste à son poste ainsi que les détenteurs des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut