Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Liban Pop

Lara Bou Abdo se lance ce soir dans l’aventure « The Voice France »

À seulement 16 ans, la Libanaise est l’une des benjamines de la dixième saison du concours. « Je veux donner une voix au Liban à l’étranger », dit l’artiste. 

Lara Bou Abdo se lance ce soir dans l’aventure « The Voice France »

Lara Bou Abdo, à découvrir dans « The Voice France », ce soir, sur TF1. Photo DR

The Voice : la plus belle voix est de retour sur TF1 ! Après son coup d’envoi il y a deux semaines, la dixième saison du télé-crochet promet déjà de belles découvertes, qui ne devraient pas laisser le public local indifférent. Parmi les 122 talents sélectionnés pour passer les auditions à l’aveugle, première étape du concours, une des benjamines de la compétition défend les couleurs du pays du Cèdre. Du haut de ses 16 ans, Lara Bou Abdo, petit bijou brut, rejoint dès ce soir la liste des Libanais qui ont marqué ce concours au fil des saisons, tout comme Matteo et Enzo S l’an dernier. Et pour ce talent, l’audition à l’aveugle est une grande première.

« Comme beaucoup d’enfants, j’ai grandi en regardant The Voice France chaque samedi soir en famille, confie Lara Bou Abdo à L’Orient-Le Jour. C’est donc un rêve de petite fille qui se réalise. » La jeune fille ne chante que depuis quatre ans. « C’est ma sœur qui m’a découverte la première et j’ai eu la chance d’être énormément soutenue par ma famille, car je sais que ce n’est pas le cas avec tous les parents. J’avais tenté un parcours professionnel dans le sport, surtout le tennis et le badminton, mais je ne m’y suis pas vraiment retrouvée. Avec la musique, par contre, mon âme a trouvé sa place. C’est mon moyen d’exprimer ce que je ressens. Mon rêve serait de vivre de ma passion », explique la candidate. Étudiante à l’école de la Sainte Famille française à Fanar, Lara a pu suivre en parallèle des cours de chant dans différentes écoles, et être coachée par différents professeurs. De Mozart Chahine à Gaby Farah en passant par l’ex-candidat de The Voice Marc Hatem (Music Factory), elle a pu se produire également avec la troupe 8e art et lors d’événements estudiantins ou caritatifs. Rien, toutefois, qui ne ressemble à la scène de The Voice. « Au départ, j’ai été contactée via Instagram et j’ai cru qu’il s’agissait d’une blague, surtout que je n’avais que trois vidéos en ligne dans lesquelles je chantais, raconte Lara avec enthousiasme. Puis j’ai pu parler avec Bruno Berbères, directeur de casting, et j’ai été prise dans des rounds interminables d’audition en ligne. C’était vraiment difficile. » « Avec les problèmes de connexion internet, j’ai dû dépenser une fortune pour mes 60 GB de données mobiles ! plaisante-t-elle. Quand le verdict final est tombé, je n’y croyais plus. »

Lire aussi

Quand le Libanais Ali déclame son amour pour Paris

La suite n’est pas facile pour la jeune artiste qui se voit d’abord refuser son visa pour la France, avant que l’équipe de casting intervienne pour faciliter son voyage. « Sans eux et sans ma sœur qui m’a accompagnée à Paris, je n’aurais sans doute pas pu participer à l’émission, raconte l’artiste, fan d’Adele et d’Amy Winehouse. Je me souviens également être arrivée avec plus d’une heure de retard en studio. J’étais très malade aussi. Et le stress m’a totalement envahie le jour du tournage, alors que lors des répétitions, j’étais plutôt sereine. »

Une aventure humaine

Tournée en pleine pandémie de coronavirus, l’émission a dû procéder à d’importants changements cette année pour respecter les gestes barrières. Les candidats se produisent ainsi devant les quatre jurés et devant des internautes. Il n’y a donc pas de public dans la salle.

« En général, je préfère qu’il y ait un public. Cela fait monter l’adrénaline et je pense chanter mieux devant les gens, mais il a fallu faire avec, indique Lara. Sans oublier les tests PCR, le port du masque, etc. » Pascal Guix, le producteur artistique de The Voice, avait déclaré au Parisien que les participants n’avaient pas non plus droit au soutien physique de leurs proches, sauf pour les personnes mineures comme Lara. « Cela a été une équation compliquée, car c’est une aventure très humaine, et si les candidats se sentent bien, ils donnent une meilleure prestation, avait précisé Pascal Guix. Mais nous avons renforcé l’équipe de coordinateurs de talents qui les accompagnent du début jusqu’à la fin pour qu’ils ne se sentent pas seuls. » Pour son passage ce soir devant les coaches Florent Pagny, Amel Bent, Marc Lavoine et le nouveau venu Vianney, Lara a choisi d’interpréter un titre qui la sort de sa zone de confort. « C’est une chanson que j’avais proposée lors des auditions en ligne sans savoir que ce serait celle que je présenterais sur la scène de The Voice », explique Lara, assurant se retrouver sur un registre musical sentimental et émotionnel. « Quand je chante, c’est toujours pour faire passer un message, dit-elle, et le message de ma participation à The Voice est de donner une voix au Liban à l’étranger. »

Lire aussi

Hiba Tawaji : « Rien au monde, pour moi, ne remplace le Liban »

Les chaises des coaches se retourneront-elles ce soir pour la voix soft rock de Lara ? La réponse tombera sur TF1, à partir de 22h05, heure de Beyrouth. Mais, aujourd’hui, la jeune Libanaise assure que se produire sur la scène de The Voice est déjà pour elle un exploit, et qu’elle a entamé l’aventure sans préférence pour un coach et sans préjugé. « J’apprécie beaucoup la musique de Florent Pagny et de Marc Lavoine, assure-t-elle. Quand à Amel Bent, c’est une chanteuse que je suis, et sa chanson Ma Philosophie m’a longtemps accompagnée. » Viser la lune, Lara, ça ne devrait pas lui faire peur…


The Voice : la plus belle voix est de retour sur TF1 ! Après son coup d’envoi il y a deux semaines, la dixième saison du télé-crochet promet déjà de belles découvertes, qui ne devraient pas laisser le public local indifférent. Parmi les 122 talents sélectionnés pour passer les auditions à l’aveugle, première étape du concours, une des benjamines de la compétition défend...

commentaires (1)

Sublime à 16 ans...

Antoun S

09 h 51, le 21 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Sublime à 16 ans...

    Antoun S

    09 h 51, le 21 février 2021

Retour en haut