Rechercher
Rechercher

Politique - Parlement

Le débat houleux autour du prêt de la BM reporté à la semaine prochaine

Des questions « constitutionnelles » non tranchées attendent des clarifications de l’organisation internationale et du ministère des Affaires sociales, assure Élie Ferzli.

Le débat houleux autour du prêt de la BM reporté à la semaine prochaine

Les commissions conjointes réunies hier au Parlement. Photo ANI

À l’heure où les estimations de la Banque mondiale font état de 45 % de la population libanaise vivant sous le seuil de pauvreté et 22 % sous le seuil d’extrême pauvreté, un prêt de 246 millions de dollars de cette même instance, destiné à fournir une assistance alimentaire et scolaire à près de 200 000 familles, a fait l’objet d’un débat houleux hier au Parlement. La crise économique et financière que subit le pays, aggravée par la pandémie du coronavirus, rend ces aides indispensables. Mais la réunion qui s’est tenue hier par les commissions parlementaires des Finances, des Affaires sociales, du Travail et de la Santé, en présence du ministre des Finances Ghazi Wazni, s’est terminée par un report de la décision d’approuver le projet d’entente avec la BM.

Les points soulevés par les députés sont nombreux, et certains d’entre eux, notamment les élus du Hezbollah, parlent de « violations constitutionnelles ». Les irrégularités qu’ils évoquent concernent principalement la procédure de transfert de ce dossier au Parlement, qui aurait dû passer par une adoption préalable en Conseil des ministres. Or depuis la démission du cabinet de Hassane Diab en août, le Conseil ne s’est plus réuni, pour quelque raison que ce soit. « Il s’agit d’une entorse constitutionnelle à laquelle il faudra trouver une solution », affirme à L’Orient-Le Jour Élie Ferzli, vice-président de la Chambre qui présidait la session.

Lire aussi

La BDL veut contrôler la redistribution par les banques des aides financières en devises

Serait-il possible que cette aide si urgente soit rejetée en raison de tels arguments ? Un gouvernement d’expédition des affaires courantes peut-il prendre de telles décisions ? « Il s’agit effectivement de questions qu’il faudra régler, mais une issue n’est pas exclue, le débat est reporté à la semaine prochaine », répond-il.

L’autre point qui a alimenté le débat découle de l’insistance de la Banque mondiale à confier la gestion de la distribution des coupons d’approvisionnement au Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM), et non à un interlocuteur libanais, notamment le ministère des Affaires sociales qui est en charge des aides alimentaires habituellement, dans un signe clair de manque de confiance dans les autorités officielles. Feignant la surprise, des députés ont crié aux atteintes « à la dignité du peuple libanais », parmi eux le député Hezbollah Hassan Fadlallah.

Pour sa part, M. Ferzli a souligné « ne pas vouloir commenter cette question », précisant que les députés attendent certaines clarifications de la part de la BM et du ministère des Affaires sociales avant de poursuivre le débat… la semaine prochaine. Parmi les détails qui devront être abordés et qui ne sont toujours pas clairs, le taux de change qui sera adopté dans le cadre de ce projet (puisque le prêt est en dollars et que les aides sont prévues en livres).

Et la dignité ?

Les députés du Hezbollah étaient particulièrement loquaces hier après la réunion des commissions. Le député Ali Fayad a estimé que l’accord entre le Liban et la Banque mondiale « contient de nombreuses violations constitutionnelles ». « Il est vrai que le pays souffre d’un manque de liquidités en devises fortes, mais nous devons prendre en compte certaines règles qui ne doivent pas être enfreintes », a poursuivi le député, sans plus de détails, selon des propos rapportés par le site el-Nashra.

Le député Hassan Fadlallah, lui aussi membre du groupe parlementaire du Hezbollah, a critiqué « les lacunes constitutionnelles et juridiques » entourant cette aide, mettant en garde contre un « gaspillage de fonds au détriment des principaux bénéficiaires ». « Il est vrai que les institutions de l’État sont dans un piteux état et qu’il y a un manque de confiance de la part des bailleurs de fonds, mais cela justifie-t-il que l’on se place sous l’autorité de la Banque mondiale et qu’on annule le rôle de l’État, au détriment de la souveraineté du pays et la dignité de son peuple ? » s’est exclamé M. Fadlallah. « Le gouvernement sortant aurait dû jouer son rôle pour que l’accord respecte la Constitution, les lois et la souveraineté », a-t affirmé.

Lire aussi

Prêt de la BM : "L'accord contient de nombreuses violations constitutionnelles", selon des députés du Hezbollah


« Nous demandons que l’aide soit distribuée en dollars », a plaidé pour sa part Hadi Abou el-Hessen, député de la Rencontre démocratique, à l’issue de la réunion, à l’heure où la BDL est accusée de vouloir redistribuer en livre libanaise à un taux inférieur à celui du marché noir le montant alloué par la BM en dollars. Il a ajouté que « le projet de prêt de la Banque mondiale doit s’accompagner de l’arrêt de la contrebande de marchandises et de devises fortes et d’un projet de rationalisation des subventions ». « Le gouvernement sortant tente d’éluder la question du plan de rationalisation des subventions et de refiler la patate chaude au prochain cabinet, mais on ne gère pas les affaires courantes avec une telle légèreté », a-t-il prévenu.

« Nous souhaitons que le projet de prêt de la BM pour aider les familles les plus nécessiteuses soit approuvé par le Parlement, en espérant que le gouvernement et les ministères compétents géreront cette question ainsi que celle de la rationalisation des subventions, jusqu’à ce que le gouvernement soit formé et l’initiative française mise en œuvre », a-t-il conclu.

De son côté, le député Mohammad Hajjar du courant du Futur a profité de l’occasion pour rappeler que « la crise aiguë que vivent les Libanais est causée par l’absence d’un gouvernement en exercice aux prérogatives complètes, qui peut se réunir et prendre des décisions ».

Enfin, le député Alain Aoun du Courant patriotique libre a estimé que ce prêt est une partie d’un plan global qui serait un filet de sécurité social, à un moment où la rationalisation des subventions de données essentielles sera un coup de plus porté au pouvoir d’achat d’une population en pleine paupérisation.


À l’heure où les estimations de la Banque mondiale font état de 45 % de la population libanaise vivant sous le seuil de pauvreté et 22 % sous le seuil d’extrême pauvreté, un prêt de 246 millions de dollars de cette même instance, destiné à fournir une assistance alimentaire et scolaire à près de 200 000 familles, a fait l’objet d’un débat houleux hier au...

commentaires (13)

Et Bien soyons heureux que nos "Défenseur" et nos "Résistants" sont là pour nous avertir que le projet de la BM est anti-constitutionnelle et fait entrave a la justice... Waw ! Vraiment ? Vous êtes encore plus ridicule que je ne le croyais les Résistants ! Quand est-ce que le Hezbollah a respecté la constitution libanaise ? Si nos chers Hezbollahi respectaient la constitution libanaise, ils déposeraient leurs armes. Ils ne feraient plus de contrebande. Ils ouvriraient leurs livres, comptables. Ils montreraient patte blanche. etc... Un ridicule consommé. Ils utilisent la constitution uniquement selon leurs intérêts et celles de l'Iran ! Et entre temps, la famine prend de l'expansion. Bravo a nos "Résistants" Nos Zéros Nationaux !

Marwan Takchi

17 h 51, le 17 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Et Bien soyons heureux que nos "Défenseur" et nos "Résistants" sont là pour nous avertir que le projet de la BM est anti-constitutionnelle et fait entrave a la justice... Waw ! Vraiment ? Vous êtes encore plus ridicule que je ne le croyais les Résistants ! Quand est-ce que le Hezbollah a respecté la constitution libanaise ? Si nos chers Hezbollahi respectaient la constitution libanaise, ils déposeraient leurs armes. Ils ne feraient plus de contrebande. Ils ouvriraient leurs livres, comptables. Ils montreraient patte blanche. etc... Un ridicule consommé. Ils utilisent la constitution uniquement selon leurs intérêts et celles de l'Iran ! Et entre temps, la famine prend de l'expansion. Bravo a nos "Résistants" Nos Zéros Nationaux !

    Marwan Takchi

    17 h 51, le 17 février 2021

  • Feignant la surprise, des députés ont crié aux atteintes « à la dignité du peuple libanais », est ce les responsables politiques font parti du peuple libanais si c est le cas il n ont qu imposer un impot de solidarité car les milliardaires aux liban se cachent au lieu de demander la charité aux instances internationales meme en pret en sachat qu il faut rembourser cet argent un jour pauvre liban gouverné par des irresponsables

    youssef barada

    15 h 22, le 17 février 2021

  • Sérieux, ils n'ont pas honte ? je sais c'est une question qui ne doit plus se poser depuis longtemps. Violation de la souveraineté ... mais de quelle souveraineté nous parlons? ils ne comprennent pas que l'argent ne passe pas par l'état !!! mais tout le monde sait que si tel était le cas autant distribuer l'argent à des voyous et des pilleurs ... c'est vrai que notre classe politique dans son immense majorité n'est faite que de voyous.

    Zeidan

    13 h 52, le 17 février 2021

  • Des blocages partout, pour des raisons futiles. Le pays a besoin d'une protection internationale.

    Esber

    12 h 42, le 17 février 2021

  • ATTEINTE A LA DIGNITE DE QUI... DES ALIBABAS REPUTES INTERNATIONALEMENT. AUCUNE AIDE AMIE OU INTERNATIONALE NE DEVRAIT ETRE CONFIEE AUX CORROMPUS ET VOLEURS REPUTES MAIS DEVRAIT ETRE DONNEE VIA L,ONU QUI SUPERVISERA LES DISTRIBUTIONS OU LES EMPLOIS DE CES AIDES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 26, le 17 février 2021

  • Manque à gagner pour les corrompus

    charles s gennaoui

    11 h 13, le 17 février 2021

  • Voilà comment on mène un pays à la ruine totale se gargarisant de souveraineté et de constitution alors que depuis belle lurette ces deux piliers de l’état souverain ont été sciés sciemment pour le mettre à genoux et que le seul sauveur soit leur allié de toujours l’Iran pour maintenir sa mainmise et ENFONCER le clou dans sa chair. Je suis sidérée de voir que non seulement on sollicite des aides mais en plus on pose des conditions pour les recevoir. Chehhad wou mcharate. Comme par hasard ce sont les vendus qui montent au créneau pour bloquer toute assistance à ce pays meurtri et on continue à les laisser faire. Ceci est la preuve vivante de leur entêtement et le blocage de la formation d’un nouveau gouvernent s’ils n’obtenaient pas le tiers bloquant. Bloquer dans les formes est leur plus grand atout et Aoun veut leur préserver ce droit qui nous mène droit en enfer. Enfin ces aides ne devraient en aucune façon tombées dans leurs mains quitte à ce que nous crevions de faim. Ils sont aux aboies et attendent le moindre dollar pour se remplumer. Ça sera en livres libanaises puis qu’hier encore ils protestaient contre la circulation de cette monnaie étrangère et surprise, aujourd’hui il la réclament pour des fins politiques et personnelles. Il est temps d’ouvrir un procès en bonne et due forme contre ces vendus pour non assistance à peuple en danger, séquestration et barbarie.

    Sissi zayyat

    11 h 09, le 17 février 2021

  • dites, ne sont ils pas mignons nos 128- 10 ? a defendre notre independenc et notre constitution ? Si si, ils sont trop mignons eux qui ont bafoue, foule de leurs sales pieds a toutes les occasions possibles lois, constitution, independence, dignite et fierte, quoique etant depourvu de ces 2 dernieres.

    gaby sioufi

    10 h 59, le 17 février 2021

  • Les aides urgentes de la Banque Mondiale doivent privilégier le circuit le plus court.

    LTEIF Salim

    10 h 56, le 17 février 2021

  • Pour être digne, ça se mérite. Quelle mascarade...

    Bachir Karim

    10 h 49, le 17 février 2021

  • Des personnes meurent de faim et ces irresponsables se déchirent sur les soit disants vices de procédure. Mais je suis d’accord avec la proposition de distribuer en dollars et par des ONG. Sinon la moitié de la somme allouée s’envolera...

    mokpo

    07 h 56, le 17 février 2021

  • Voilà l’exemple type de ce reste de notre république bananière : le peuple meurt de faim et les politiciens voleurs discutent de la meilleure façon de détourner cette aide à leur profit direct ou indirect

    Liberté de Penser

    07 h 35, le 17 février 2021

  • "Cela justifie-t-il que l’on se place sous l’autorité de la Banque mondiale et qu’on annule le rôle de l’État, au détriment de la souveraineté du pays et la dignité de son peuple ?". Le Hezbollah qui défend la souveraineté du Liban: c'est la meilleure de l'année! Quant à la dignité du peuple libanais, parlons-en! Ainsi le parti prétendu "de Dieu" préfère voir les libanais continuer à mourir de faim plutôt qu'accepter une aide assortie de garanties qu'une partie n'ira pas remplir les poches de ministres ou fonctionnaires.

    Yves Prevost

    07 h 17, le 17 février 2021

Retour en haut