Rechercher
Rechercher

Politique - Société civile

Le collectif TMT appelle au désarmement du Hezbollah

« Le mur de la peur est cassé », lance l’activiste Nawal Méouchi, membre de Tajammoh mouwakabat al-thaoura.

Le collectif TMT appelle au désarmement du Hezbollah

Chibli Mallat et Hana Jaber, deux membres du collectif TMT, lors du sit-in organisé à Paris en hommage à Lokman Slim. Photo DR

C’est un communiqué au vitriol qu’a récemment publié le collectif TMT (Tajammoh mouwakabat al-thaoura – Rassemblement pour l’accompagnement de la thaoura) contre les armes du Hezbollah, appelant à unir les efforts pour que le parti chiite dépose son arsenal militaire et restitue ainsi au pays sa souveraineté.

Fondé par des intellectuels, dont l’avocat Chibli Mallat, TMT réunit des dizaines de groupes issus de la société civile dans l’esprit d’une coordination pour tenter de trouver une alternative à la classe dirigeante. Le rassemblement a dédié sa déclaration à la mémoire de l’intellectuel Lokman Slim, un farouche opposant du Hezbollah assassiné au Liban-Sud, fief du parti pro-iranien. Me Mallat ainsi que Hana Jaber, autre membre de TMT et chiite de confession, ont d’ailleurs participé jeudi au sit-in organisé à Paris (place du Panthéon), en hommage à l’activiste disparu.

« L’armement du Hezbollah est devenu un instrument pour faire plier les Libanais et assassiner les figures éminentes parmi eux », indique la déclaration de TMT, soulignant plus généralement qu’« il sert les intérêts de l’Iran ». « Cet armement nous a entraînés dans des conflits avec certains pays arabes (…) et nous a soustraits au droit international, bafouant constamment les résolutions internationales, notamment les résolutions 1559, 1680 et 1701 », peut-on encore lire. « Nous appelons haut et fort à la constitution d’un large ralliement national, pour faire face à l’occupation et la tutelle iraniennes via son bras armé au Liban, afin d’aboutir à un État libre et indépendant, dont la souveraineté s’étendrait sur tout son territoire, et dans lequel les Libanaises et les Libanais seraient, sans discrimination, à égalité devant la loi », poursuit le communiqué, tout en insistant : « Nous sommes convaincus que l’effondrement du Liban est dû à la mainmise du Hezbollah sur le destin du pays. Nous œuvrons pour que le Liban retrouve son indépendance complète (…), pour que le droit de déclarer la guerre et de conclure la paix soient exclusivement limités à l’exécutif, et pour que les armes soient détenues uniquement par l’armée et les forces de sécurité légales. »

L’édito de Michel Touma

L’esprit du Cèdre et son antithèse

« Le mur de la peur est cassé, lance à L’Orient-Le Jour Nawal Méouchi, membre de TMT, en réponse à une question sur le ton du communiqué. Nous tentons de convaincre les forces nationales et internationales d’œuvrer pour l’intérêt du Liban, en l’occurrence permettre au pays de recouvrer sa souveraineté. » Ce n’est pas simplement à coups de déclarations virulentes que les membres de l’organisation cherchent à atteindre leur objectif. « Nous nous réunissons chaque semaine via Zoom. Nous menons des contacts avec des ONG, notamment Human Rights Watch et Amnesty International. Nous étudions des dossiers et organisons de nombreux webinaires avec des acteurs politiques et économiques américains, suisses, hollandais et d’autres européens », indique Nawal Méouchi, persuadée que la conjugaison des efforts pourrait aboutir « à la mise en place d’un cadre d’action afin de libérer le Liban ». « L’armée syrienne n’est-elle pas sortie du territoire en avril 2005 alors que quelques mois plus tôt ceci était impensable ? » interroge l’activiste, confiante. « Le Hezbollah doit remettre ses armes à l’armée libanaise et revoir sa doctrine », martèle-t-elle.

Le logo de Tajammoh mouwakabat al-thaoura.

Intimidations et menaces de mort

Un autre membre de TMT, l’ancien président du Conseil d’État Chucri Sader, affirme dans le même esprit que le problème crucial au Liban est l’armement illégal. « Il est impossible de cohabiter avec un détenteur d’armes, et il ne peut y avoir de discussions avant la remise de ces armes », estime-t-il. « La corruption et les autres problèmes nationaux sont les conséquences de la suprématie armée du Hezbollah », ajoute M. Sader, faisant assumer à l’entente de Mar Mikhaël la responsabilité dans « la couverture de ces armes ». « Or, selon la Constitution, il y a une seule autorité, celle de l’État », rappelle l’ancien magistrat, accusant le président de la République Michel Aoun de « défendre des armes anticonstitutionnelles et de violer ainsi la Loi fondamentale ». Et Chucri Sader de déplorer que « le chef de l’État se soit détourné du discours et de la position fermes qu’il tenait auparavant contre les armes du Hezbollah ».

Lire aussi

Comment lire l’assassinat de Lokman Slim

Dans son communiqué, TMT évoque aussi les élections législatives. Le rassemblement estime « illégale » une participation du Hezbollah au prochain scrutin (prévu en mai 2022) s’il ne renonce pas aux armes. Il accuse le parti chiite de « menacer (…) le droit des Libanais à voter librement à travers des intimidations et des menaces de mort ». Chucri Sader et Nawal Méouchi précisent à cet égard que TMT inclut diverses personnalités issues de tous les coins du pays, du Sud au Nord, parfaitement aptes à se porter candidats.

Toujours au motif de détention d’armes illégales, les signataires du document refusent au parti pro-iranien le droit de disposer de portefeuilles ministériels dans le gouvernement en gestation. Ils demandent par ailleurs aux organisations mondiales et aux États qui veulent soutenir le Liban de ne pas fournir leurs aides via le ministère de la Santé. Motif invoqué : ledit ministère « est aux mains du Hezbollah ».


C’est un communiqué au vitriol qu’a récemment publié le collectif TMT (Tajammoh mouwakabat al-thaoura – Rassemblement pour l’accompagnement de la thaoura) contre les armes du Hezbollah, appelant à unir les efforts pour que le parti chiite dépose son arsenal militaire et restitue ainsi au pays sa souveraineté.Fondé par des intellectuels, dont l’avocat Chibli Mallat, TMT réunit...

commentaires (13)

La seule solution est de desarmer le Hezbollah!

Pierre Hadjigeorgiou

08 h 38, le 17 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • La seule solution est de desarmer le Hezbollah!

    Pierre Hadjigeorgiou

    08 h 38, le 17 février 2021

  • Ils osent enfin de s’exprimer librement et dire la vérité. Ils représentent un espoir pour le Liban! Qu’ils soient protégés...

    Alexandre Husson

    22 h 44, le 16 février 2021

  • Désarmer le Hezbollah n'est pas la solution. Il faut demander aux Nations Unies de placer le Liban sous mandat international et instaurer une autorité militaire qui commencera par mettre aux arrêts nos dirigeants.

    carlos achkar

    18 h 55, le 16 février 2021

  • Tant que certains pensent à faire appel aux forces externes pour éliminer leurs adversaires internes, le processus vers un Liban inclusif n’aboutira jamais. Une vraie nation doit être capable de fédérer les différences et d’unir ses composantes dans un projet intégrateur et non exclusif.

    SAFA Alain

    15 h 39, le 16 février 2021

  • Est ce qu'il y a encore une constitution au Liban ? Tout est dans les mains du Hezbollah et vous pensez qu'ils rendront les armes? Ils préfèrent détruire le beau Liban que rendre leurs armes , le partit du Diable . J'ai aussi entendu que la moitié de l'armée et aux mains du père noël ??????

    Eleni Caridopoulou

    13 h 22, le 16 février 2021

  • The arms of Hezbollah have an influence on all aspects of daily life in Lebanon be it economic ,social or relating to security . Try as he might hezbollah won't be able to legitimize those arms they are incompatible wirh the existence of a sovereign state.

    EL KHALIL ABDALLAH

    11 h 40, le 16 février 2021

  • Dès lors que HB est désarmé, il sera obligatoirement sous la loi et non celui qui la bafoue en se servant de ses armes. Même s’il est élu par ses partisans sous sa coupe il ne pourra plus bloquer à l’envi et détruire le pays quand ça le chante. L’Iran aura sûrement recours à d’autres alliés avec le feu vert du HB qui cédera le pays à ces ennemis d’hier pour le voir détruit une fois qu’il est désarmé. D’où nos conseils répétés et notre espoir de voir enfin les frontières contrôlées de très près et dès à présent par l’armée pour faire avorter leur projet déjà vu en Syrie qu’ils mettront à exécution sans vergogne. Après tout ce pays n’a jamais été le leur ils l’ont montré à plusieurs occasions. Espérons que notre armée sera à la hauteur de ce défi en rangs serrés.

    Sissi zayyat

    11 h 27, le 16 février 2021

  • de collectif en tajamoh, de groupement pour... en defense de..... et on n'a toujours pas remedie a un fait desolant, celui qui ne ""veut pas"" la naissance d'une force, une vraie- ou quelques unes- de vraies - qui agiraient comme fer de lance contre la mafia ambiante. est ce que cela confirme malheureusement que le "peuple" libanais n'a encore rien appris? que les zaims mafieux restent son phare? que des lors que ces phares s'etaient eteints qqs semaines apres le 17 oct, ce meme peuple s'est degonfle ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 47, le 16 février 2021

  • On a beau gesticuler, le million de shiites pauvres voteront pour le Hezb et Amal et les reconduiront au pouvoir. Pour les affaiblir, il faut cibler leur peuple. Comme Hariri a hissé 100,000 majoritairement sunnites (x 5 avec leur famille) = 500,000 personnes hors de la pauvreté et ds la classe moyenne en les eduquant, on a besoin d'un Hariri Shiite qui donne des bourses. Le plus triste c'est que l'Iran nous controle a hauteur de juste 1 petit milliard par an. Imaginez 1 milliard pour les bourses de shiites. Dans 10 ans, le Hezbollah et amal disparaitront naturellement...

    Le Liban d'abord

    10 h 21, le 16 février 2021

  • Maintenant commence la Thaoura, la vraie ! Contrairement a ce que pensent certains, les armes du Hezbollah sont TOUT le problème. Une fois tout le monde a pied d’égalité devant la loi, en moins d'un mandat le paysage politique changera complètement car le peuple aura le choix et le pouvoir de faire sauter les députés véreux, les ministres corrompus et les magistrats pourris. C'est garantie que tous se tiendront a carreau et le pays se rétablira en moins de deux. Les armes du Hezbollah auraient du être, des le début de la fronde populaire, le but essentielle de celle-ci et rien d'autre. Le reste auraient suivis naturellement. Nous nous sommes égosillés a le dire mais personne n'a voulu écouter. Il faut urgemment établir un front commun généralisé et entreprendre une désobéissance civile complète et totale, quitte a bloquer tout le pays jusqu’à ce que le Hezbollah remette ses armes a l’armée sans aucunes conditions. Mais tous du Nord au Sud comme cela s'est passe lors du 14 Mars 2005. Les Libanais a l’étranger sont prêt a aider leur compatriote comme il l'ont fait au début de la fronde ou lors de l'explosion du 4 Août. Ils seront présent parole de scout!

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 06, le 16 février 2021

  • C’est une chose excellente que de définir comme objectif central et prioritaire le règlement de l’anomalie constituée par l’armement du Hezbollah car bien entendu un état digne de ce nom ne peut exister à l’ombre d’armes qui échappent à son contrôle. Évidence que Mr Macron refuse de voir. Cependant ce serait une erreur de se focaliser uniquement sur la question des armes du Hezbollah ou de dissocier cette question de la lutte contre la corruption. Le Hezbollah appartient à un Axe dont l’un des membres a non seulement occupé militairement le Liban pendant 30 ans mais lui a confié le Sud en interdisant à l’armée de s’y déployer, a confié les rouages des administrations publiques à son protégé Amal, et a confié certes dans une moindre mesure le secteur privé à l’ultralibéralisme haririen, clientéliste et corrompu. C’est ce pouvoir profond importé par l’ennemi assadien qui a constitué le terreau propice pour la prolifération des armes du Hezbollah en dehors du contrôle de l’état. Tout combat contre les armes du Hezbollah sans révolution pour renverser le pouvoir profond est stérile et ne fera que renforcer et le Hezbollah et le pouvoir profond et l’ennemi Assadien et son Axe de l’Imposture.

    Citoyen libanais

    08 h 02, le 16 février 2021

  • "Elémentaire, mon cher Warson!". Certes, nul besoin de longues études en politique pour arriver aux mêmes conclusions, mais au Liban, où l'on nous répète ans cesse que blanc est noir et que les armes du Hezbollah sont légitimes et nécessaires, même les lapalissades doivent être constamment répétées.

    Yves Prevost

    06 h 54, le 16 février 2021

  • IL N,EST PAS DEVENU UN INSTRUMENT D,ASSASSINAT MAIS IL... PRETENDUMENT PAR MANDAT DIVIN RELAYE PAR LA PERSE... IL LE FUT ET IL L,EST ENCORE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    06 h 41, le 16 février 2021

Retour en haut