Rechercher
Rechercher

Campus - Initiative

Depuis Nice, Kids Health Fund soutient les enfants libanais atteints de cancer

L’association cofondée par une jeune Libanaise étudiant en France organisera bientôt un webinaire sur les répercussions des explosions du port et de la pandémie sur les traitements pédiatriques du cancer.


Depuis Nice, Kids Health Fund soutient les enfants libanais atteints de cancer


Lynn Hokayem (à gauche) a visité les hôpitaux Saint-Georges et Rizk, et rencontré la docteure Roula Farah (au milieu), présidente de l’association Chance (Children Against Cancer). Photo DR

Lynn Hokayem, 19 ans, étudiante en gestion des affaires à l’École de commerce Edhec de Nice (France), a profité d’un projet universitaire qu’elle devait réaliser en première année pour créer Kids Health Fund (KHF), une association à but non lucratif dont l’objectif est d’assurer un soutien psychologique aux enfants atteints de cancer au Liban. Elle raconte : « Quand notre professeur nous a annoncé que l’objectif était de créer une association soutenant une cause qui nous tient à cœur et dont la finalité s’inscrit dans les objectifs de développement durable de l’ONU, j’ai tout de suite su que je voulais aider mon pays, même si, à ce moment-là, je n’avais pas encore en tête les enfants atteints de cancer. »

Avec quatre de ses camarades de différentes origines, Ah Yeon Lim (Corée du Sud), vice-présidente de l’association, Marine Galliano Bondurand et Éliott Poisonnier (France), respectivement trésorière et vice-trésorier, et Abdelouahab Cachucha (Maroc), secrétaire, l’étudiante libanaise crée son association et travaille pour la mettre sur les rails.

Pour mémoire

Depuis le service de pédiatrie de la Quarantaine, l’Unicef appelle au soutien des enfants sinistrés

Voulant « avoir un réel impact », les étudiants choisissent l’unité d’hématologie-oncologie pédiatrique de l’hôpital Saint-Georges à Achrafieh pour démarrer leurs actions. Un choix naturel, selon Lynn Hokayem, vu les importants dommages que cet établissement a subis lors des explosions du port de Beyrouth. « Les enfants qui sont pris en charge par ce département ont vécu ce jour-là une expérience traumatisante, en plus de leur maladie », rappelle-t-elle en confiant que le 4 août 2020, ses premières pensées sont allées vers « les hôpitaux libanais et le personnel médical qui s’est démené pour sauver la vie des autres ».

Une collaboration avec des acteurs locaux

Rentrée au Liban après la mise en place du dernier confinement en France, l’étudiante a visité les hôpitaux Saint-Georges et Rizk, et rencontré la docteure Roula Farah, présidente de l’association Chance (Children Against Cancer) qui assure aux enfants atteints de cancer l’accès aux traitements et aux systèmes de soutien dont ils ont besoin. « Avec Chance, nous essayons de trouver des solutions pour améliorer le vécu des enfants cancéreux en leur apportant un soutien moral et psychologique, et en essayant de récolter des fonds, bien que la crise sanitaire nous empêche d’organiser des événements de collecte en ce moment », explique Lynn Hokayem, qui a rencontré des enfants dont le traitement est pris en charge par Chance.

Les étudiants planifient l’organisation prochaine d’un webinaire sur l’impact des explosions du port sur les enfants qui luttent contre le cancer ainsi que sur les répercussions de la pandémie sur leur traitement médical. « Nous y inviterons des experts, parmi lesquels un pédopsychologue », ajoute la jeune présidente de KHF.

Lire aussi

Au Liban, les universités privées en mode survie


Revenant sur les difficultés rencontrées pour créer cette association, Lynn Hokayem précise : « L’ouverture d’un compte bancaire n’a pas été facile du fait que je me trouvais au Liban et que seuls les trésoriers étaient à Nice. À cela, se sont ajoutés les problèmes administratifs survenus lors de la validation de KHF par la préfecture. »

Alors que pour elle, « retourner définitivement au Liban après l’obtention du diplôme dans l’état actuel des choses » ne semble pas être souhaitable, la jeune étudiante confie être déterminée à représenter son pays à l’étranger de la « meilleure façon possible », que ce soit à travers son engagement associatif ou lors de compétitions de basket-ball, puisqu’elle faisait partie de l’équipe nationale de basket pour les filles de moins de 18 ans.

Pour soutenir KHF ou Chance, ou pour en savoir plus, visiter : https ://www.leetchi.com/fr/c/lNG68Nyw ou

https ://chanceassociation.org/home




Lynn Hokayem, 19 ans, étudiante en gestion des affaires à l’École de commerce Edhec de Nice (France), a profité d’un projet universitaire qu’elle devait réaliser en première année pour créer Kids Health Fund (KHF), une association à but non lucratif dont l’objectif est d’assurer un soutien psychologique aux enfants atteints de cancer au Liban. Elle raconte : « Quand...

commentaires (1)

Bravo !

MGMTR

14 h 43, le 11 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Bravo !

    MGMTR

    14 h 43, le 11 février 2021

Retour en haut