Rechercher
Rechercher

Sport - Foot

Le Mondial des clubs à l’ombre du Covid-19 et de l’ogre Bayern Munich

Le Qatar accueille le tournoi du 4 au 11 février courant.

Malgré la progression de la pandémie de Covid-19 sur son sol, le Qatar accueille du 4 au 11 février le Mondial des clubs de foot, avec le Bayern Munich en grandissime favori. Pour la Fédération internationale de football association (FIFA), cette compétition est un test de crédibilité pour son protocole sanitaire mis en place pour protéger les équipes. Pour le Qatar, une façon de montrer au monde son savoir-faire en matière d’organisation, à moins de deux ans du Mondial 2022.

Selon un format créé en l’an 2000, cette Coupe du monde des clubs oppose les vainqueurs des compétitions majeures de clubs des six confédérations de la FIFA, plus le champion en titre du pays organisateur. Sauf que cette année, il n’y aura que six équipes en lice, au lieu de sept : Auckland, vainqueur de la Ligue des champions d’Océanie, a déclaré forfait en raison de la quarantaine que la délégation néo-zélandaise aurait dû subir à son retour au pays.

Depuis le sacre du Bayern en 2013, le trophée n’a plus jamais échappé aux représentants européens : le Real Madrid (2014, 2016, 2017 et 2018), Barcelone (2015) et Liverpool (2019) ont inscrit leur nom au palmarès. Cette année encore, le champion d’Europe fait figure de grand favori. Avec Robert Lewandowski (meilleur joueur FIFA en 2020), Manuel Neuer (meilleur gardien du monde) et ses stars Thomas Müller, Joshua Kimmich ou Kingsley Coman, le Bayern Munich peut parachever un grand chelem historique, en ajoutant un sixième titre aux cinq déjà gagnés : championnat et Coupe d’Allemagne, Ligue des champions, Supercoupes d’Allemagne et d’Europe.

La formule veut que les représentants de l’Europe et de l’Amérique du Sud entrent directement en demi-finales. Le Bayern y rencontrera lundi prochain le vainqueur du quart de finale entre les Qataris d’al-Duhail et les Égyptiens d’al-Ahly, programmé demain jeudi. Dans l’autre demi-finale (dimanche), les Brésiliens de Palmeiras, qui ont remporté samedi dernier la Copa Libertadores, seront également favoris, quel que soit le vainqueur du quart de finale entre les Mexicains des Tigres et les Sud-Coréens d’Ulsan Hyundai (jeudi).

Cette édition 2020 était programmée comme chaque année en décembre, mais elle a été décalée en raison de la pandémie de coronavirus. La prochaine, au Japon en décembre 2021, devrait être la dernière dans le format actuel. La FIFA espère lancer ensuite sa première Coupe du monde des clubs à 24 équipes.

Le mode d’emploi du tournoi

Le tournoi débutera demain donc, directement au 2e tour, par deux rencontres de quarts de finale. Les demi-finales seront disputées dimanche et lundi prochains. La finale aura lieu le 11 février, juste après le match pour la troisième place. Une rencontre pour la cinquième place se tiendra, elle, le 7 février. Le tournoi se déroulera dans deux stades construits pour le Mondial 2022 au Qatar, Ahmad ben Ali et Education City, et servira de vitrine au petit État gazier avant d’accueillir le plus grand rendez-vous sportif de son histoire.

La faveur faite au Bayern Munich et à Palmeiras, qui débutent le tournoi en demi-finales, s’explique par la mainmise des clubs européens (douze victoires) et sud-américains (quatre succès) sur le palmarès. Le Real Madrid détient le record de titres, soit quatre, devant les trois sacres du FC Barcelone et les deux des Corinthians. Parmi les joueurs, l’Allemand Toni Kroos a même remporté cinq éditions, ajoutant un titre avec le Bayern à sa série madrilène. L’édition 2019, déjà au Qatar, avait vu Liverpool remporter la finale (1-0) face aux Brésiliens de Flamengo, pour soulever le trophée plaqué or de 50 cm et 5,2 kg, représentant un globe maintenu par six piliers.

Un changement supplémentaire par match sera autorisé en cas de suspicion de commotion cérébrale, conformément aux recommandations – faites en décembre

dernier – de l’International Board (IFAB), le garant des lois du jeu. Alors que le rugby autorise les remplacements temporaires, l’IFAB a opté pour un remplacement permanent afin de mettre le joueur à l’abri d’un deuxième choc, d’éviter toute pression pour qu’il reprenne le match et de donner davantage de temps pour évaluer sa santé. Cette expérimentation, initialement prévue lors du tournoi olympique reporté d’un an à l’été 2021, s’ajoute aux cinq remplacements autorisés par ailleurs.

Pandémie oblige, il n’y aura pas de supporteurs venus de l’étranger, médias et délégations devront subir une quarantaine, mais les stades ne seront pas vides : la vente est ouverte aux spectateurs locaux pouvant présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures, étant vaccinés « depuis au moins sept jours » ou « ayant contracté le Covid-19 après le 1er octobre 2020 ».

L’été 2021 aurait donc dû voir la première édition de la Coupe du monde des clubs élargie à 24 équipes, projet phare du patron de la FIFA, Gianni Infantino, contrarié par le chamboulement des calendriers. Pour laisser de la place à l’Euro et à la Copa America, décalés d’un an, l’instance mondiale a finalement maintenu pour l’heure son format initial.

Source : AFP


Malgré la progression de la pandémie de Covid-19 sur son sol, le Qatar accueille du 4 au 11 février le Mondial des clubs de foot, avec le Bayern Munich en grandissime favori. Pour la Fédération internationale de football association (FIFA), cette compétition est un test de crédibilité pour son protocole sanitaire mis en place pour protéger les équipes. Pour le Qatar, une façon de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut