Rechercher
Rechercher

Santé - Commentaire

Covid-19, quels changements en 2021 ?

Covid-19, quels changements en 2021 ?

Un patient effectuant un test PCR. Aziz Taher/Reuters

À la crise politico-économique, la plus grave dans l’histoire contemporaine du pays, vient se greffer la catastrophe sanitaire que représente l’explosion du Covid-19. Le Liban occupe aujourd’hui la 43e place à l’échelle mondiale et la quatorzième place dans le classement régional en termes du nombres de contaminations, avec plus de 300 000 cas cumulés depuis le début de la pandémie (soit plus de 4,4 % de la population), au nombre desquels plus de 120 000 actifs, près de 1 000 cas critiques, plus de 3 000 décès et un taux de positivité record frôlant les 22 % des tests effectués au cours des deux dernières semaines.

Autant d’indices de mauvaise santé, alors que le secteur médical, public et privé, déjà affaibli par la crise économique et par la double explosion du 4 août 2020, est saturé et ses effectifs sont réduits. Malgré les efforts fournis pour augmenter les capacités d’accueil des hôpitaux, les unités de Covid-19 sont surchargées, notamment les soins intensifs.

Le bouclage, bien que nécessaire, a été imposé tardivement. Son efficacité reste encore à prouver au vu de l’échec des expériences précédentes.

Dans ce contexte gravissime, de nouvelles perspectives et une lueur d’espoir se profilent-elles à l’horizon ? Comment faire face à la pandémie en 2021 et quelles sont les perspectives d’avenir ?

Sur le plan médical, des progrès sont notés dans la prise en charge de la maladie, donnant l’espoir de jours meilleurs. Des chercheurs du monde entier travaillent à une vitesse record pour trouver les meilleurs moyens de traiter et de prévenir le Covid-19, évaluer la possibilité d’efficacité des médicaments déjà existants et aller à la recherche de nouvelles thérapies contre le virus et ses conséquences. Déjà, depuis le 15 juin 2020, l’Agence européenne des médicaments a déclaré qu’elle était en discussion avec les développeurs de 132 traitements potentiels contre le Covid-19.

Lire aussi

Nipah, ce virus émergent qui fait peur

En effet, des milliers d’études et d’essais cliniques sont lancés à travers le monde depuis un an et ont permis d’acquérir une meilleure connaissance de la maladie et donc une amélioration de sa prise en charge globale.

Une chose est claire : le Covid-19 n’est pas seulement une maladie respiratoire. Il peut affecter d’autres organes du corps, comme le cœur, ce qui rend le traitement difficile et complexe. Il y a eu beaucoup de progrès sur ce front, et les experts prévoient que cela se poursuivra dans la nouvelle année.

Nouvelles stratégies

Les nouvelles stratégies et approches thérapeutiques du Covid-19 se concentrent à la fois sur les nouveaux médicaments et sur la façon et le moment opportun de leur administration. Les médicaments actuellement utilisés appartiennent à trois catégories : les antiviraux, qui empêchent le virus de se multiplier ; les modulateurs immunitaires, qui aident le système immunitaire à combattre le virus ou à l’empêcher de réagir de manière excessive ; ainsi que certains médicaments utilisés pour d’autres pathologies, mais dont l’utilité et l’efficacité contre le Covid-19 ont été démontrées à des degrés différents.

Amélioration de la prise en charge médicale

Outre les traitements médicamenteux, les progrès des soins médicaux et infirmiers ont contribué à la baisse globale des taux de mortalité liés au Covid-19. Les prestataires de soins ont appris à mieux aider les patients.

Lorsqu’un patient a besoin d’une thérapie respiratoire, à titre d’exemple, les spécialistes ont réussi à positionner les patients sur le ventre, une technique connue sous le nom de « pronation », pour améliorer la distribution de l’oxygène dans le corps. Ils fournissent également de l’oxygène via des masques faciaux et des sondes nasales. Les techniques avancées de ventilation non invasive s’améliorent et retardent le recours à l’intubation invasive.

Vaccins

La fin de 2020 a été marquée par le progrès effectué au niveau des vaccins et le lancement des campagnes de vaccination dans certains pays. Le Liban devrait commencer sa campagne vaccinale dans les prochaines semaines, comme l’a annoncé le ministère de la Santé.

Les experts espèrent en outre trouver, au cours des prochains mois, des réponses à certaines questions-clés sur les vaccins, notamment sur la durée de la protection qu’ils confèrent, sur leur capacité à bloquer la transmission du SARS-CoV-2. De plus amples informations sur la sécurité à long terme des vaccins devraient également être disponibles dans les prochains mois.

Nouvelle étape

Dans le processus de recherche, d’autres molécules qui sont toujours à l’étude semblent être efficaces. Elles pourraient bientôt venir renforcer l’arsenal. En attendant les nouveaux protocoles qui devraient être annoncés dans la nouvelle année et tant que la majorité de la population ne sera pas vaccinée et que des réponses sur la capacité du vaccin à arrêter la transmission du virus n’ont pas encore été données, les précautions préconisées l’an dernier pour lutter contre le Covid-19 doivent rester de mise en 2021, à savoir le port du masque, le respect de la distanciation sociale et le lavage des mains. Il faut aussi éviter les rassemblements. Et ce dans l’espoir de voir la progression de la pandémie ralentir et revenir à un rythme de vie normal, comme à la fin de l’année 2019.

Le Dr Naji J. Abirached est cardiologue et directeur médical de l’Hôpital libanais-Jeïtaoui – CHU.


À la crise politico-économique, la plus grave dans l’histoire contemporaine du pays, vient se greffer la catastrophe sanitaire que représente l’explosion du Covid-19. Le Liban occupe aujourd’hui la 43e place à l’échelle mondiale et la quatorzième place dans le classement régional en termes du nombres de contaminations, avec plus de 300 000 cas cumulés depuis le début de la...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut