Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

La Banque mondiale va financer la distribution des vaccins au Liban d'ici début février

Le financement de 34 millions de dollars fournira des vaccins à plus de 2 millions de personnes, précise l'institution.

Logo de la Banque mondiale. Photo d'archives Andrew Caballero-Reynolds, AFP

La Banque mondiale a annoncé jeudi qu'elle allait financer, d'ici le début du mois de février, au Liban, une opération de distribution de vaccins contre le Covid-19 alors que le pays fait face à une augmentation sans précédent du nombre de cas d'infections. "Il s'agit de la première opération financée par la Banque mondiale pour acquérir des vaccins Covid-19", a-t-elle indiqué dans un communiqué, précisant que le financement de 34 millions de dollars fournira des vaccins à plus de 2 millions de personnes.

"Plus de 65 ans"
Le Liban enregistre un nombre record de quelque 5.500 cas par jour depuis le début de l'année, souligne l'institution internationale. Les vaccins devraient arriver au Liban d'ici le début du mois de février. Le taux de positivité pour les quatorze derniers jours atteint 17 %, alors que le maximum recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé est de 5 %, précise le communiqué.

Lire aussi

Douze heures dans la vie d’une infirmière libanaise au temps du Covid

Les 34 millions de dollars font partie d'un projet sanitaire de 95,8 millions (The Lebanon Health Resilience Project) de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD).  Outre le bilan humain, la pandémie aggrave la crise économique au Liban, fait valoir la banque mondiale qui ne précise pas quel est le laboratoire pharmaceutique qui fournira le vaccin. 

Le vaccin sera déployé en priorité auprès des agents de santé à haut risque, la population de plus de 65 ans, le personnel épidémiologique et de surveillance et la population de 55 à 64 ans souffrant de comorbidités.  "Un accès juste, large et rapide aux vaccins Covid-19 est essentiel pour protéger des vies et soutenir la reprise économique", a commenté le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, cité dans le communiqué.

"Première opération importante"
"Il s'agit d'une première opération importante et j'ai hâte de continuer à soutenir de nombreux autres pays dans leurs efforts de vaccination", a-t-il ajouté. Le déploiement du vaccin au Liban se fera en coordination avec notamment le gouvernement libanais.

Dimanche matin, le ministre libanais sortant de la Santé, Hamad Hassan, a signé la version finale du contrat avec la société américaine Pfizer pour l'achat de plus de 2.100.000 vaccins anti-coronavirus Pfizer-BioNTech qui doivent progressivement arriver au Liban à partir du début du mois de février.

Le petit pays de six millions d'habitants a recensé officiellement 264.467 cas, dont 2. 084 décès. Et il a continué de battre des tristes records, recensant mercredi un pic de 64 décès. Le ministre des Finances sortant, Ghazi Wazni, avait déclaré mi-janvier que le gouvernement consacrait 75 milliards de livres libanaises (environ 49 millions de dollars au taux officiel) aux familles en difficulté durement touchées par le confinement. Cette annonce intervenait alors que la Banque mondiale avait approuvé une autre aide d'urgence de 246 millions de dollars sous forme de transferts d'argent et d'accès aux services sociaux à environ 786.000 Libanais vivant dans la pauvreté et victimes des crises économique et sanitaire sévères que traverse le Liban.

Lire aussi

Prêt de la Banque mondiale au Liban : une avancée en demi-teinte

Pour faire face à la propagation du virus, qui ne faiblit pas, la commission nationale de lutte contre le coronavirus a recommandé mercredi une prolongation de deux semaines du bouclage strict du pays, censé se terminer le 25 janvier mais qui n'a toujours pas permis de baisser le nombre de contaminations et décès quotidiens, alors que le secteur hospitaliser est saturé. Un Conseil supérieur de défense a été convoqué jeudi à Baabda pour édicter cette prolongation.


La Banque mondiale a annoncé jeudi qu'elle allait financer, d'ici le début du mois de février, au Liban, une opération de distribution de vaccins contre le Covid-19 alors que le pays fait face à une augmentation sans précédent du nombre de cas d'infections. "Il s'agit de la première opération financée par la Banque mondiale pour acquérir des vaccins Covid-19", a-t-elle indiqué dans...

commentaires (2)

Si la vaccination est pas gérée par des ONG ou si elle n’est pas supervisée par un organisme étranger, les vaccins seront détournés et vendus par la clique au pouvoir.

mokpo

20 h 34, le 21 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Si la vaccination est pas gérée par des ONG ou si elle n’est pas supervisée par un organisme étranger, les vaccins seront détournés et vendus par la clique au pouvoir.

    mokpo

    20 h 34, le 21 janvier 2021

  • FINANCER JE VEUX BIEN. MAIS PAS EN SUPERVISER LA DISTRIBUTION ? Brrrr! ca me donne la chaire de poule.leur faire confiance aux incapables irresponsables ?(je ne vise pas du tout les hommes et femmes en blanc ) comment m'assurer que le vaccin a bien ete preserve aux temperatures requises ( -70 ) dans chacun des centres de vaccination ? comment m'assurer de son transport sous cette temperature a ces centres ? les "assurances" des irresponsables seront elles suffisantes pour tranquiliser ?

    gaby sioufi

    12 h 06, le 21 janvier 2021

Retour en haut