Rechercher
Rechercher

Crises

La BM approuve un prêt de 246 millions de dollars au Liban pour financer le « filet de sécurité sociale »

La BM approuve un prêt de 246 millions de dollars au Liban pour financer le « filet de sécurité sociale »

L’entrée du siège de la Banque mondiale à Washington. Photo d’archives AFP

La Banque mondiale (BM) a approuvé mardi une aide d’urgence de 246 millions de dollars sous forme de transferts d’argent et d’accès aux services sociaux à environ 786 000 Libanais vivant dans la pauvreté et victimes des crises économique et sanitaire sévères que traverse le Liban. Ce prêt a été approuvé par le conseil des administrateurs de la BM, avec le soutien d’une majorité des États membres de l’institution, a annoncé mardi le ministère des Finances libanais. Le procès-verbal de l’accord de prêt, qui en stipule les conditions d’obtention et d’utilisation, avait été signé par le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, en décembre, précise le communiqué du ministère. Cet accord doit désormais être entériné par le Parlement libanais, qui se réunit vendredi.

Outre les transferts directs aux ménages défavorisés, l’aide vise à soutenir le développement d’un système national de filets de sécurité sociale pour permettre une meilleure réponse aux crises « aggravées et sans précédent » que subit le pays, a affirmé l’institution internationale. Le Liban connaît depuis l’automne 2019 sa pire crise économique et financière depuis des décennies. Elle a entraîné une baisse de 19,2 % du PIB en 2020, une inflation à trois chiffres et une paupérisation à grande échelle, estime la BM (le Fonds monétaire international tablant sur une contraction du PIB de 25 %). Selon l’institution, 45 % de la population vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté et 22 % sous le seuil d’extrême pauvreté.

Captation injustifiée

La crise économique a été aggravée par une instabilité politique qui perdure depuis octobre 2019 et la pandémie de coronavirus qui a contraint le pays à décréter plusieurs confinements depuis mars 2020. Le gouvernement a imposé dès aujourd’hui un confinement strict assorti d’un couvre-feu total pendant onze jours en vue de contenir la propagation exponentielle du Covid-19 depuis les fêtes de fin d’année. Outre les restrictions imposées pour lutter contre la pandémie depuis l’hiver dernier, la crise au Liban a également été aggravée par la double explosion meurtrière du 4 août 2020 – dont les causes n’ont toujours pas été élucidées. Le pays est officiellement en défaut de paiement auprès de ses créditeurs depuis mars, et aucun système de sécurité sociale, d’allocation chômage ou de pension de retraite n’est prévu par l’État.

Si l’aide allouée par la Banque mondiale est plus que vitale pour de nombreux Libanais, les modalités de son déblocage telles qu’elles ont été modifiées à la demande du gouvernement libanais font déjà polémique. Dans un document explicatif publié sur son site, la Banque mondiale a en effet indiqué que les aides, débloquées en dollars, seront cependant reversées aux bénéficiaires en livres à un taux de change équivalent à 1,6 fois celui de 3 900 livres pour un dollar imposé par la Banque du Liban aux agents de change via l’application Sayrafa. Soit un taux de 6 240 livres pour un dollar, qui est largement inférieur au taux de 9 000 livres récemment atteint sur le marché noir et qui est répercuté par de nombreux changeurs autorisés. Même si l’organisation prévoit d’ajuster ce taux tous les trimestres en fonction de l’inflation, la mesure s’apparente à une captation injustifiée par l’État d’une partie de l’aide destinée aux ménages en difficulté, et a déjà été présentée comme telle par plusieurs experts sur les réseaux sociaux. L’organisation a, de son côté, justifié cette décision en mettant en avant la nécessité de s’aligner sur les modalités de versement des autres programmes d’aide, dans la

perspective d’une possible harmonisation voire consolidation à l’avenir.

Lundi, l’ONG Save the Children avait déjà averti que le confinement total qui démarre aujourd’hui risquait d’aggraver les souffrances des familles vulnérables si le gouvernement n’offre pas d’assistance.


La Banque mondiale (BM) a approuvé mardi une aide d’urgence de 246 millions de dollars sous forme de transferts d’argent et d’accès aux services sociaux à environ 786 000 Libanais vivant dans la pauvreté et victimes des crises économique et sanitaire sévères que traverse le Liban. Ce prêt a été approuvé par le conseil des administrateurs de la BM, avec le soutien d’une...

commentaires (3)

J'ai du mal à m'empêcher de penser aux mains des looser qui se frottent à l'idée de penser à comment récupérer le magot. Mais je ne doute pas de leur ingéniosité. Ils vont vite trouver. Ils font faire fonctionner leur expérience.

Citoyen

22 h 06, le 14 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • J'ai du mal à m'empêcher de penser aux mains des looser qui se frottent à l'idée de penser à comment récupérer le magot. Mais je ne doute pas de leur ingéniosité. Ils vont vite trouver. Ils font faire fonctionner leur expérience.

    Citoyen

    22 h 06, le 14 janvier 2021

  • quelle est la partie qui va effectuer le change $/LL ? je suggere un moyen d'en faire profiter des citoyens lambda plutot que les autorites mafieuses ou les bureaux de change . PS. je sais , je sais tres bien que ce serait injuste ET d'ailleurs,ds la pratique impossible a appliquer. NB.ma suggestion est aussi farfelue que des centaines de DECISIONS prises par les autorites

    gaby sioufi

    10 h 45, le 14 janvier 2021

  • Si on calcule bien, c'est près du tiers de l'argent destiné aux familles nécessiteuses qui est ainsi volé par l'Etat!

    Yves Prevost

    07 h 10, le 14 janvier 2021