Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

Nouveau record macabre : 64 morts en une journée

La commission nationale chargée du suivi du coronavirus a recommandé une prolongation de deux semaines du confinement total.

Nouveau record macabre : 64 morts en une journée

Un patient attendant d’être admis dans un hôpital de Beyrouth. Photo Marc Fayad

Une semaine après le début du confinement généralisé, entamé jeudi dernier, le Covid-19 continue d’endeuiller des dizaines de familles. Hier, 64 décès et 4 332 nouvelles contaminations ont été signalés, avec un taux de positivité de 20,8 % aux tests PCR effectués au cours des deux dernières semaines. Des chiffres qui font grimper à 264 467 le nombre cumulé des contaminations depuis la détection du premier cas en février dernier, au nombre desquelles 2 084 décès et 157 202 guérisons, selon le bilan du ministère de la Santé. Parmi les cas toujours actifs, 2 282 personnes sont hospitalisées dont 855 en soins intensifs, soit 106 hospitalisations et 56 admissions de plus en soins intensifs.

Le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, qui avait contracté le virus la semaine dernière, a, pour sa part, annoncé être sorti de l’hôpital Saint-Georges de Hadath, où il était hospitalisé.

Lire aussi

Douze heures dans la vie d’une infirmière libanaise au temps du Covid

Pour faire face à la propagation du virus, qui ne faiblit pas, deux pistes sont envisagées. D’une part, la prolongation de deux semaines supplémentaires du confinement renforcé qui devrait se poursuivre jusqu’à lundi à l’aube. La commission nationale chargée du suivi du Covid-19, qui s’est réunie hier, a émis une recommandation dans ce sens qu’elle a soumise à la commission interministérielle chargée de lutter contre la pandémie. Celle-ci devra se réunir ce matin à 9h30, sous la présidence du Premier ministre sortant Hassane Diab, pour plancher sur cette recommandation, ainsi que sur les façons d’assurer le respect des mesures sanitaires. La commission se penchera également sur l’efficacité des mesures prises pour les passagers arrivant au Liban et sur la question des exemptions accordées aux secteurs considérés comme « essentiels », selon une source proche du dossier. Hamad Hassan devrait par ailleurs demander à ce qu’une coopération soit établie avec des laboratoires universitaires afin d’évaluer la prévalence des nouveaux variants du virus dans le pays. La réunion de la commission interministérielle sera suivie, à midi, de celle du Conseil supérieur de défense qui devra édicter cette prolongation. Une recommandation qu’approuve le ministre sortant de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, qui avait estimé dans une interview accordée au quotidien Nida’ al-Watan, que la période de bouclage prévue jusque-là est « insuffisante ».

Cellules médicales localisées

La seconde piste est celle de la mise en place d’une stratégie visant à créer des cellules médicales sur l’ensemble du territoire afin de pouvoir traiter les patients à la maison. Cette idée, qui a été soumise au ministre de l’Intérieur, était encore sous étude hier en soirée par la commission chargée de l’élaborer. Dans le cadre de cette stratégie, « un protocole pour le traitement des personnes à domicile a été élaboré », explique à L’Orient-Le Jour Charaf Abou Charaf, président de l’ordre des médecins de Beyrouth, qui fait partie de cette commission. « Ce service sera assuré à travers les centres de soins communautaires et les dispensaires dans les régions, en coopération avec les médecins et les infirmières dans ces centres, poursuit-il. Cela est susceptible de faire baisser d’au moins 40 % la pression faite sur les hôpitaux. Ainsi, on pourra décider sur place des patients dont l’état de santé nécessite une hospitalisation. Si un cas nécessite seulement de l’oxygène, il sera transporté au centre de soins communautaires où il sera pris en charge par l’équipe soignante. Au cas où le patient doit être hospitalisé, il sera transporté par la Croix-Rouge libanaise vers l’établissement hospitalier qui l’accueillera à la suite d’une coordination avec les hôpitaux et ce pour éviter que les ambulanciers ne fassent la tournée des hôpitaux pour trouver un lit vacant. »

Lire aussi

Iman Shankiti : Nous voyons aujourd’hui les conséquences des rassemblements de fin d’année

Cette stratégie est le fruit d’une collaboration entre l’ordre des médecins, le syndicat des infirmières et infirmiers du Liban, la Croix-Rouge libanaise et le ministère de l’Intérieur. « Cette stratégie doit être finalisée incessamment et devra commencer à être appliquée à partir du début de la semaine prochaine », assure le Dr Abou Charaf.

« Dédales clientélistes »

Par ailleurs, évaluant la première semaine du bouclage renforcé, le président du syndicat des importateurs de produits alimentaires au Liban, Hani Bohsali, a relevé que la demande pour les denrées alimentaires avait fortement baissé ces derniers jours, en raison des difficultés d’accès à ces produits. Il a dès lors appelé à ce que « toute prolongation du bouclage prenne en compte le fait que les citoyens doivent pouvoir continuer à accéder aux denrées ». Il a encore mis en garde contre une affluence de clients dans les supermarchés lors de la réouverture après une période de temps prolongée.

Du côté de la vaccination dont les premières doses devraient arriver au début du mois prochain, le président de la commission parlementaire de la Santé, Assem Araji, a souligné que pour la distribution des vaccins, « nous devons apprendre de nos erreurs et laisser les scientifiques faire leur travail, sur base de critères scientifiques uniquement ». « Ce plan ne doit pas s’enliser dans les dédales populistes et clientélistes (...) », a-t-il mis en garde sur son compte Twitter.

Lire aussi

Les hôpitaux de campagne, « un projet mort-né »


De son côté, le Dr Nagi el-Saghir, chef du département d’hématologie-oncologie au Centre médical de l’Université américaine de Beyrouth, a estimé que « le Liban devrait importer près de 10 millions de doses et vacciner la population dans un délai de trois à six mois pour arrêter la catastrophe et pouvoir retourner à un rythme de vie normale d’ici à la fin de l’année courante ». « Nous ne pouvons plus tarder ni compter sur l’immunité de horde en dehors de la vaccination, sinon nous risquons de perdre 20 à 30 mille vies supplémentaires pour l’atteindre », a-t-il insisté dans une interview accordée à l’Agence nationale d’information. Et d’insister sur la nécessité de prolonger le bouclage d’un mois « pour permettre aux hôpitaux et aux corps médical et infirmier de respirer ».

Une semaine après le début du confinement généralisé, entamé jeudi dernier, le Covid-19 continue d’endeuiller des dizaines de familles. Hier, 64 décès et 4 332 nouvelles contaminations ont été signalés, avec un taux de positivité de 20,8 % aux tests PCR effectués au cours des deux dernières semaines. Des chiffres qui font grimper à 264 467 le nombre cumulé des...
commentaires (3)

J'espère que le vaccin ira au peuple et pas aux Ali Baba ??????

Eleni Caridopoulou

12 h 28, le 21 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • J'espère que le vaccin ira au peuple et pas aux Ali Baba ??????

    Eleni Caridopoulou

    12 h 28, le 21 janvier 2021

  • "... la distribution des vaccins ne doit pas s’enliser dans les dédales populistes et clientélistes ..." - ha ha ha ha ha ha ha

    Gros Gnon

    07 h 23, le 21 janvier 2021

  • En cas de prolongation du confinement, il faudra tout de même laisser un jour ou deux de "vacances" pour permettre aux citoyens qui ont fait des provisions alimentaires pour onze jours, de les renouveler.

    Yves Prevost

    07 h 06, le 21 janvier 2021

Retour en haut