Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Syrie

Trois soldats tués dans une attaque contre leur barrage près du Golan

Un soldat syrien brandit le drapeau national dans la ville de Quneitra, sur les hauteurs du Golan syrien, le 27 juillet 2018. Photo d'archives AFP

Trois soldats syriens ont été tués dimanche soir par des assaillants non identifiés qui ont pris pour cible leur barrage militaire dans le sud de la Syrie, près de la ligne de démarcation avec la partie du Golan occupée par Israël, selon une ONG. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) n'était pas en mesure d'identifier les responsables de l'attaque qui a eu lieu dans la province de Qouneïtra. Le sud syrien, reconquis en 2018 par le pouvoir de Bachar el-Assad, est régulièrement le théâtre d'attentats visant les forces gouvernementales, souvent menés par d'anciens rebelles antirégime.

"Trois membres des forces du régime ont été tués dans une attaque menée par des assaillants non identifiés", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abd el-Rahmane, précisant que les assaillants avait fait exploser une bombe puis utilisé leurs mitraillettes contre un "barrage militaire dans la région de Rouaïhaniya, près de la zone tampon démilitarisée" sur le Golan.

Citant des sources médicales, le quotidien pro-régime Al-Watan a fait état de son côté de deux soldats tués et deux blessés dans "l'attaque d'un groupe terroriste contre un barrage de l'armée" à Qouneïtra. Selon des experts, certaines factions armées du Sud bénéficiaient autrefois d'un soutien du voisin israélien, qui voit particulièrement d'un mauvais oeil l'implantation près de sa frontière de forces prorégime, notamment celles soutenues par Téhéran ou le Hezbollah libanais. Depuis 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 380.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

Trois soldats syriens ont été tués dimanche soir par des assaillants non identifiés qui ont pris pour cible leur barrage militaire dans le sud de la Syrie, près de la ligne de démarcation avec la partie du Golan occupée par Israël, selon une ONG. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) n'était pas en mesure d'identifier les responsables de l'attaque qui a eu lieu dans la...