Rechercher
Rechercher

Liban

Des hackers piratent les comptes d'Al-Qard al-Hassan, organisme de microcrédit du Hezbollah

"L'extorsion par le Hezbollah des fonds de l'Etat a conduit à l'effondrement économique libanais", dénoncent dans une vidéo les cyberpirates qui affirment avoir rendues publiques des informations sur les clients de cet organisme.

L'association al Qard al Hassan, affiliée au Hezbollah. Photo Commerce du Levant

Al-Qard al-Hassan, la plus grande organisation de microcrédits du pays, affiliée au Hezbollah, a été piratée, de l'aveu même de l'organisme lundi.

Selon la chaîne Al-Horra et le journaliste libanais Thaer Ghandour, un groupe de cyber-pirates aurait ainsi infiltré les comptes de "toutes les branches" de l'organisme, obtenu des enregistrements des caméras installées dans ses diverses branches et fait fuiter des informations sur les déposants et les clients ayant souscrit des prêts. Un message d'avertissement au parti chiite que les hackers considèrent être responsable de la crise financière et économique au Liban. Le groupe de cyber-pirates, qui se fait appeler "Spiderz", a publié des listes des emprunteurs et des déposants, ainsi que les détails des prêts (valeur et taux de remboursement) et le budget des agences en 2019 et 2020.

Dans le Commerce du Levant

Al-Qard al Hassan, la microfinance résistante

"Mafias, milices et argent"

Dans une vidéo publiée sur Youtube qui commence par l'explosion du port de Beyrouth, Spiderz justifie son piratage de l'organisme de microcrédit. "Ce sont les mafias, les milices et l'argent qui gouvernent le Liban aujourd'hui", affirment les hackers, avec des photos du président de la République Michel Aoun, du Parlement, Nabih Berry, et du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à la clé. "L'économie du Hezbollah fonctionne en parallèle de l'économie libanaise. L'extorsion par le Hezbollah des fonds de l'Etat a conduit à l'effondrement économique libanais", dénoncent-ils. "Al-Qard al-Hassan n'est pas une société caritative, c'est une banque du Hezbollah, hors du système financier libanais officiel", estiment-ils encore. Ils ont également appelé tous les emprunteurs et déposants qui traitent avec Al-Qard al-Hassan, à ne pas payer et retirer leur argent, à boycotter l’économie parallèle du Hezbollah. "Suivez-nous, nous allons divulguer de nouveaux secrets sur l’organisation Al-Qard al-Hassan", annoncent-ils.

Fondée en 1983 et enregistrée en tant qu’organisation non gouvernementale depuis 1987, Al-Qard al-Hassan collecte d’un côté des dépôts non rémunérés conformément aux principes de la finance islamique, en dollars ou en livres, et octroie de l’autre des microcrédits à plus de 200 000 emprunteurs. Mais cette institution basée dans la banlieue sud, qui emploie près de 500 salariés et compte une trentaine d’agences sur l’ensemble du territoire, opère totalement en marge du système financier. Considérée comme un pilier économique du Hezbollah, elle fait partie des entités sanctionnées par le Trésor américain depuis 2007, ce qui ne l’empêche pas d’être la plus grande organisation de microcrédits du pays. L’effondrement du secteur bancaire traditionnel dans un Liban en crise depuis plus d’un an n’a fait d’ailleurs que renforcer son attractivité.

"Des comptes dans des banques libanaises"

Al-Qard al-Hassan a confirmé lundi au site web Al-Ahed, affilié au Hezbollah, qu'une intrusion "limitée" avait eu lieu mais qu'elle "n'a atteint que le réseau extérieur, sans constituer de danger ou de menace pour les déposants ou les clients ayant souscrit des crédits". Selon des sources informées de l'organisme qui se sont confiées à Al-Ahed, "cette intrusion ne permet pas à ses auteurs de prendre possession des comptes ou de les modifier". "Les informations relatives à ces comptes se trouvent dans un réseau interne verrouillé et qu'on ne peut pas atteindre", assurent ces sources.

Lire aussi

Le marché noir florissant du dollar dans la banlieue sud de Beyrouth

Al-Qard al-Hassan "a des comptes dans plusieurs banques opérant au Liban - un fait qui contredit ce qui a été annoncé par le secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah, selon lequel le Hezbollah n'a pas de comptes dans les établissements libanais", affirme pour sa part le journaliste Thaer Ghandour, qui énumère plusieurs établissements bancaires du pays où le parti chiite aurait, selon les fuites, ces comptes.


Al-Qard al-Hassan, la plus grande organisation de microcrédits du pays, affiliée au Hezbollah, a été piratée, de l'aveu même de l'organisme lundi.Selon la chaîne Al-Horra et le journaliste libanais Thaer Ghandour, un groupe de cyber-pirates aurait ainsi infiltré les comptes de "toutes les branches" de l'organisme, obtenu des enregistrements des caméras installées dans ses diverses...

commentaires (7)

Tous les cancers du Monde sont chez nous...on est gangrené. HELP!

Marie Claude

07 h 58, le 02 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Tous les cancers du Monde sont chez nous...on est gangrené. HELP!

    Marie Claude

    07 h 58, le 02 janvier 2021

  • Mon Dieu.....

    Eleni Caridopoulou

    17 h 37, le 29 décembre 2020

  • Fourberie des Perses...

    Jack Gardner

    16 h 55, le 29 décembre 2020

  • Excellent, Bonne continuation et surtout Bon Courage!!

    Wlek Sanferlou

    13 h 17, le 29 décembre 2020

  • Ces cyberpirates ont dû commencer par le Banque Centrale , puis toutes les autres banques qui existent au Liban depuis 1945 ; la ça devient plus plausible ......Le Hezbollah n'existe que depuis le début des années 90 or notre classe mafieuse est déjà bien installée .

    aliosha

    12 h 33, le 29 décembre 2020

  • Une bonne nouvelle en ce mardi. Au fait, Qu'en pense AOUN qui, soit disant, veut combattre la corruption?? Eh oui comme d'hab...silence radio. Même s'ils ne disent rien, ne font rien...La base CPL lit la presse et voit la TV, les réseaux sociaux. Nous ne sommes plus à l'époque où l'on pouvait tout cacher ou déformer. Qu'en pense HARIRI qui essaie d'arrondir les angles? Il perd du terrain tous les jours ce type aussi. Qu'en pense M MACRON qui , à ce jour encore, ménage cette organisation? A ce jour, nous avons l'affaire du port qui attend des clarifications? A qui apparatient ces explosifs? Nous avons l'affaire de la victime de Kahalé où toutes les preuves sont disponibles mais pas la volonté d'élulcider. Nous avons les officiers à la retraite assassinés récemment. Nous avons ici, apparemment, des éléments pouvant ouvrir une enquête sur cette banque "hors la loi". Evidemment, les responsables préfèrent arrêter ceux qui ont cassé la photo de Aoun au ministère des AE lors de la manif. Là, c'est un crime insupportable , en effet...Faut lancer interpol et l'onu sans doute pour avoir cassé cette photo??? Pauvre pays

    RadioSatellite.co

    12 h 23, le 29 décembre 2020

  • Chaque jour ,de nouvelles initiatives comme celle la nous rapproche de la liberation du Liban du parti du diable......

    HABIBI FRANCAIS

    11 h 56, le 29 décembre 2020