Rechercher
Rechercher

Société - Narcotrafic

Quinze tonnes de Captagon saisies en juillet en Italie liées au Hezbollah

Les autorités italiennes évoquaient dans un premier temps le rôle du groupe État islamique dans cette opération, avant qu'elles ne reviennent sur leurs conclusions et pointent du doigt le parti chiite et le régime syrien.

Quinze tonnes de Captagon saisies en juillet en Italie liées au Hezbollah

Des policiers et douaniers italiens devant des conteneurs contenant des milliers de pilules de Captagon, après leur saisie dans le port de Salerne. Photo d'archives AFP / Guardia di Finanza de Napoli

Les autorités italiennes ont établi un lien entre les quinze tonnes de Captagon saisies en juillet dans le port de Salerne, dans le sud de l'Italie, et les activités du Hezbollah. Au moment de cette saisie, la police italienne avait indiqué que ces amphétamines avaient été produites en Syrie par le groupe État islamique, mais une enquête a démontré qu'elles étaient plutôt liées au régime syrien et au parti chiite libanais, son allié. 

Le 1er juillet, près de quinze tonnes de pilules de Captagon d'une valeur estimée à un milliard de dollars, stockées dans des conteneurs "suspects", avaient été confisquées par la police italienne, dans ce qui avait été alors considéré comme "la saisie d'amphétamines la plus importante jamais réalisée par des forces de police au niveau mondial". La police italienne avait alors estimé que ces produits avaient été envoyés par le groupe État islamique en direction de l'Europe. 

Toutefois, selon l'agence de presse italienne Nova, qui cite également un reportage de la BBC sur cette affaire, l'enquête menée par l'Italie a finalement découvert que le régime syrien de Bachar el-Assad et le Hezbollah étaient à l'origine de ce trafic et que les comprimés avaient été saisis alors qu'ils étaient en route vers la Libye. Ces drogues ont été détruites par incinération, il y a quelques jours, par les autorités italiennes. 

Hommes d'affaires syriens
En juillet, des informations de presse avaient déjà établi un lien entre la production de ces drogues et des hommes d'affaires syriens haut-placés, proche de Bachar el-Assad. 

Produite initialement au Liban et acheminée en Arabie saoudite dans les années 90, cette drogue a été retrouvée dans des planques de terroristes, comme ceux responsables des attentats parisiens de 2015, notamment dans la salle de concert du Bataclan.

Le Captagon est une amphétamine tirée d'un ancien médicament psychotrope, selon un rapport de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Il est fabriqué notamment au Liban et probablement aussi en Syrie et en Irak, essentiellement à destination de l'Arabie saoudite. La police et l'armée libanaises annoncent régulièrement d'importants coups de filet contre les milieux de la drogue.

Dans ce cadre, les Forces de sécurité intérieure libanaises (FSI) ont annoncé avoir arrêté en début de semaine un homme qui avait en sa possession 2.100 pilules de Captagon. Il s'est avéré que cet homme, appréhendé au niveau d'un barrage installé dans la région de Zahlé, était visé par trois mandats d'arrêt pour narcotrafic, faux et usage de faux et usurpation d'identité. 


Les autorités italiennes ont établi un lien entre les quinze tonnes de Captagon saisies en juillet dans le port de Salerne, dans le sud de l'Italie, et les activités du Hezbollah. Au moment de cette saisie, la police italienne avait indiqué que ces amphétamines avaient été produites en Syrie par le groupe État islamique, mais une enquête a démontré qu'elles étaient plutôt liées au...

commentaires (8)

C'est vrai ou non ? Allo..

Esber

15 h 22, le 27 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • C'est vrai ou non ? Allo..

    Esber

    15 h 22, le 27 décembre 2020

  • L’agence Nova cite le Jerusalem Post qui cite le reportage de la BBC qui ne cite rien du tout. Avez-vous vérifié l’information ? Cela a l’air de tourner en rond.

    Fares Mansour

    09 h 53, le 27 décembre 2020

  • "Quinze tonnes de Captagon saisies en juillet en Italie liées au Hezbollah". Rien de surprenant: terrorisme et trafic de drogue ont toujours fait bon ménage.

    Yves Prevost

    07 h 16, le 27 décembre 2020

  • Il y a des preuves?

    Gros Gnon

    04 h 13, le 27 décembre 2020

  • Notre Emir captagone c'est mis au service du Hezbollah ??

    aliosha

    20 h 30, le 26 décembre 2020

  • Voilà où le Hezbollah trouve l'argent ?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 56, le 26 décembre 2020

  • VOILA QUI SONT LA CAUSE DE LA MISE DU LIBAN AN BAN DES NATIONS.

    CENSURER EST UN CRIME. NI REABONNEMENT NI SOUTIEN.

    17 h 26, le 26 décembre 2020

  • Des terroristes doublés de trafiquants...TFEH Au fait AOUN ??? Qu'en pense t il de ses amis?? alliés?? qu'il défend à fond?? Idem pour Bassil?? Silence radio?

    radiosatellite.online

    15 h 46, le 26 décembre 2020

Retour en haut