Rechercher
Rechercher

Crise

Audi : Le Liban est sur une pente raide dangereuse

"Le comportement de la classe politique est honteux", fustige le métropolite de Beyrouth.

Audi : Le Liban est sur une pente raide dangereuse

Le métropolite grec-orthodoxe Mgr Elias Audi. Photo d'archives al-Markaziya

Le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth Mgr Elias Audi a tiré une nouvelle fois la sonnette d'alarme concernant la crise dans laquelle est englué le Liban depuis un an, affirmant que le pays "se trouve sur une pente raide dangereuse".

"Argent pillé"

"Chaque leader ne se soucie que de ses intérêts, alors que la population mendie ses droits auprès des banques, sans que personne ne se soucie", a déploré le dignitaire chrétien lors de son homélie dominicale en l'église Saint-Georges de Beyrouth. "Le zaïm envoie ses enfants à l'étranger pour leurs études ou pour les mettre à l'abri. Il détient une seconde nationalité, puis nous donne des leçons de patriotisme sur l'importance de rester au pays. Mais ceux (parmi la population) qui ont des enfants à l'étranger ne peuvent pas les aider car leur argent est gelé de force, pour ne pas dire pillé", a encore fustigé le métropolite de Beyrouth.

Pour mémoire

Audi : Toutes les sanctions ne sont rien devant la justice divine

"Le peuple gémit de faim, les coeurs sont brisés et les responsables sont absents et se dérobent à leurs responsabilités et à la réalité, comme si ce qui se passe ne les concerne pas", a regretté Mgr Audi. "Le pays est livré à son sort, l'effondrement frappe de plein fouet les institutions de l'Etat et la population, alors qu'il se trouve encore des personnes qui provoquent des crises et se rejettent les responsabilités", a poursuivi le métropolite, en référence aux formations politiques qui se livrent à un marchandage autour de la formation du gouvernement qu'est censé mettre sur pied Saad Hariri.

Lire aussi

Raï discute avec le pape François des "dangers et défis" auxquels doit faire face le Liban

"Ces responsables reportent les échéances, dont la dernière est la formation du gouvernement qui doit se charger de faire le nécessaire pour le sauvetage du pays. Nous sommes sur une pente raide dangereuse que le Liban n'a jamais connu auparavant. L'Etat se délite et attend des miettes d'aides de l'étranger, alors que le comportement de la classe politique est honteux (...)", a conclu Elias Audi.

Le Liban connaît depuis plus d'un an une crise économique et financière grave, marquée par un effondrement de la monnaie nationale et une inflation galopante. Des aides ont été promises par la communauté internationale mais elles ne pourront être débloquées qu'au prix de réformes. Ces dernières doivent faire l'objet de décisions du gouvernement, alors qu'un nouveau cabinet est attendu depuis la démission, il y a plus de trois mois, du gouvernement de Hassane Diab, suite aux explosions du 4 août au port de Beyrouth. Saad Hariri a été désigné le 22 octobre pour mettre sur pied son équipe, mais les tractations s'enlisent face aux demandes et conditions posées par les différents partis politiques, qui veulent prendre part au prochain cabinet. Celui-ci était pourtant censé être une équipe "de mission" resserrée, comme définie dans l'initiative du président français Emmanuel Macron, le 1er septembre à Beyrouth.


Le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth Mgr Elias Audi a tiré une nouvelle fois la sonnette d'alarme concernant la crise dans laquelle est englué le Liban depuis un an, affirmant que le pays "se trouve sur une pente raide dangereuse"."Argent pillé""Chaque leader ne se soucie que de ses intérêts, alors que la population mendie ses droits auprès des banques, sans que personne ne se...

commentaires (6)

Tous ces dirigeants irresponsables, savent bien que l'état déjà failli, contribuera à la défaillance de tous les services( électricité, ogero, etc...), mais eux ne se soucient guère. Qu'est ce qu'ils attendent pour déguerpir, et laisser la place à des responsables valables et de loin conscients du désastre dans lequel, ces corrompus au pouvoir, ces assoiffés de côte-parts nous ont plongés.

Esber

19 h 14, le 29 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Tous ces dirigeants irresponsables, savent bien que l'état déjà failli, contribuera à la défaillance de tous les services( électricité, ogero, etc...), mais eux ne se soucient guère. Qu'est ce qu'ils attendent pour déguerpir, et laisser la place à des responsables valables et de loin conscients du désastre dans lequel, ces corrompus au pouvoir, ces assoiffés de côte-parts nous ont plongés.

    Esber

    19 h 14, le 29 novembre 2020

  • Mgr Elias Audi il est grand temps de citer les choses par leurs noms . Les voleurs de ce pays ont un nom citez les , nous avons tout perdu .

    Antoine Sabbagha

    18 h 37, le 29 novembre 2020

  • Chaque dimanche et chaque vendredi les dignitaires religieux prient et se lamentent contre les méfaits des zaïms. C’est bien de prier et de se lamenter, mais ça ne suffira pas. Il faut agir maintenant

    AntoineK

    18 h 15, le 29 novembre 2020

  • L'Etat se délite et attend des miettes d'aides de l'étranger, alors que le comportement de la classe politique est honteux (...)", a conclu Elias Audi. il faut nommer un chat un chat , pourquoi vous ne nommez pas les responsables qui ont pillé l état et qui ont appauvrit le peuple pour mieux le dominer car la faim est terrible on vous fait faire n importe quoi pour nourrir sa famille.

    youssef barada

    17 h 38, le 29 novembre 2020

  • Mais le Hezbollah fait les sourdes oreilles

    Eleni Caridopoulou

    17 h 09, le 29 novembre 2020

  • Bon ben, on est d’accord. Et maintenant on fait quoi?

    Gros Gnon

    17 h 02, le 29 novembre 2020