Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Raï discute avec le pape François des "dangers et défis" auxquels doit faire face le Liban

"Les autorités libanaises concernées n'ont fait preuve d'aucune solidarité ni responsabilité" après la double explosion du 4 août, déplore le chef de l'Eglise maronite. 

Raï discute avec le pape François des

Poignée de main entre le pape François (g) et le patriarche maronite, Béchara Raï. Photo ANI

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a été reçu samedi au Vatican par le pape François, avec lequel il s'est entretenu des "dangers et défis" auxquels doit faire face le Liban, déplorant en outre qu'après la catastrophe du 4 août, les autorités libanaises n'aient fait preuve "ni de responsabilité ni de solidarité". Mgr Raï a renouvelé son invitation faite au pape pour une visite au pays du Cèdre. 

Lors de sa rencontre avec le souverain pontife, le chef de l'Eglise maronite a exposé "les dangers et défis" auxquels le Liban doit faire face en raison des "développements régionaux et de la crise politique interne, surtout en ce qui concerne la formation du gouvernement". A ce sujet, le patriarche a déploré qu'en un an, trois Premiers ministres ont été désignés (Hassane Diab, qui est désormais démissionnaire, Moustapha Adib et Saad Hariri, ndlr) et qu'un seul avait réussi à former un cabinet, mais qu'il s'était heurté à un "rejet interne et extérieur". 

"Cela a provoqué une crise économique amère, qui a augmenté le taux de pauvreté et provoqué l'exode de la population", a-t-il ajouté, abordant également avec le pape la question des "retombées de l'explosion du port de Beyrouth, qui a détruit une grande partie de la capitale où vivent les chrétiens et suite à laquelle les autorités concernées n'ont fait preuve d'aucune solidarité ni responsabilité". Le patriarche a par contre salué le "grand travail" effectué, après cette catastrophe, par les "bénévoles, jeunes, ingénieurs, médecins et hommes d'affaires qui ont aidé les familles sinistrées". Mgr Raï a évoqué également le rôle joué par les différentes communautés religieuses. Les explosions du 4 août ont fait plus de 200 morts et des milliers de blessés. Elles ont été provoquées, de l'aveu des autorités, par un incendie dans un hangar contenant 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium, stockées sans précaution depuis des années. 

Pour mémoire

Raï : Tout cabinet formé à l'image des précédents mènerait à la "ruine totale" du pays

Mgr Raï a par ailleurs discuté avec le pape François de la question de la "neutralité active du Liban", son cheval de bataille depuis des mois et qui selon lui permettrait "un retour à la réelle identité du Liban, ce qui permettrait de rétablir la stabilité politique, de raviver l'économie et d'assurer l'ouverture du pays vers l'Occident autant que l'Orient".

De son côté, le pape a assuré le patriarche de la solidarité du Vatican avec le Liban et son peuple. A l'issue de l'entretien, Mgr Raï a affirmé à la presse que sa visite au Saint-Siège avait été "fructueuse" et que le pape s'était montré intéressé par une éventuelle visite au Liban. 

Le pays du Cèdre connaît depuis plus d'un an une crise économique et financière aiguë, marquée par un effondrement de la monnaie nationale et une inflation galopante. Des aides ont été promises par la communauté internationale mais elles ne pourront être débloquées qu'au prix de réformes. Ces dernières doivent faire l'objet de décisions du gouvernement, alors qu'un nouveau cabinet est attendu depuis la démission, il y a plus de trois mois, de Hassane Diab, suite aux explosions du 4 août. Saad Hariri a été désigné le 22 octobre pour mettre sur pied son équipe, mais les tractations s'enlisent face aux demandes et conditions posées par les différents partis politiques, qui veulent prendre part au prochain cabinet. Celui-ci était pourtant censé être une équipe "de mission" resserrée, comme définie dans l'initiative du président français Emmanuel Macron, le 1er septembre à Beyrouth.


Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a été reçu samedi au Vatican par le pape François, avec lequel il s'est entretenu des "dangers et défis" auxquels doit faire face le Liban, déplorant en outre qu'après la catastrophe du 4 août, les autorités libanaises n'aient fait preuve "ni de responsabilité ni de solidarité". Mgr Raï a renouvelé son invitation faite au pape pour une...

commentaires (1)

DE SON CÔTÉ, LE PAPE A ASSURÉ LE PATRIARCHE DE SA SOLIDARITÉ POUR LE PEUPLE LIBANAIS. DONC, ON A EU CE QU'ON VOULAIT....C'EST MERVEILLEUX...QU'EST CE QUE VOUS VOULEZ DE PLUS.....MERCI

Gebran Eid

11 h 27, le 29 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • DE SON CÔTÉ, LE PAPE A ASSURÉ LE PATRIARCHE DE SA SOLIDARITÉ POUR LE PEUPLE LIBANAIS. DONC, ON A EU CE QU'ON VOULAIT....C'EST MERVEILLEUX...QU'EST CE QUE VOUS VOULEZ DE PLUS.....MERCI

    Gebran Eid

    11 h 27, le 29 novembre 2020

Retour en haut