Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Conflit

Israël frappe des objectifs iraniens en Syrie

Parmi les dix morts, un chiffre rapportés par l'OSDH, figurent cinq paramilitaires "probablement de nationalité iranienne", et deux combattants de milices pro-Iran, originaires d'un pays arabe, probablement Libanais ou Irakiens.

La défense anti-aérienne syrienne interceptant des frappes, probablement israéliennes, au-dessus de Damas. Photo d'archives AFP

L'armée israélienne a mené mercredi des attaques aériennes de représailles contre des objectifs iraniens en Syrie, faisant trois morts selon Damas, après la découverte d'explosifs le long de la frontière de facto dans le nord de l'Etat hébreu.

"Ce que l'Iran et la Syrie ont fait : ils ont placé des engins explosifs improvisés près de la ligne Alpha pour frapper les troupes israéliennes. Ce que nous avons fait: nous venons de frapper des cibles de la Force iranienne al-Qods et des forces armées syriennes en Syrie", a écrit l'armée d'Israël sur Twitter. La Force al-Qods est une unité d'élite des gardiens de la révolution iraniens chargée des opérations extérieures. Israël a déclaré avoir frappé "des installations de stockage, des quartiers généraux et des complexes militaires". Les forces israéliennes ont notamment ciblé le "quartier général iranien" en Syrie, un "site secret" accueillant des "délégations de hauts responsables iraniens", la 7e division de l'armée syrien et des batteries de missiles sol-air, a déclaré son porte-parole Jonathan Conricus lors d'une conférence téléphonique.

"Nous espérons que le message est bien clair et qu'il est inacceptable pour le régime syrien de permettre, de tolérer et de faciliter l'usage par les forces iraniennes de la Syrie comme rampe de lancement pour des attaques contre Israël", a ajouté M. Conricus, précisant que les frappes s'étendaient de la frontière à la périphérie de Damas.

Au moins dix combattants, parmi lesquels trois officiers de la défense antiaérienne syrienne et des paramilitaires étrangers, ont été tués dans ces frappes,  selon un bilan fourni par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Parmi ces dix morts figurent cinq paramilitaires "probablement de nationalité iranienne, qui appartiennent à la Force al-Qods", a indiqué l'ONG. Il y a aussi deux combattants de milices pro-Iran, originaires d'un pays arabe, mais l'OSDH n'était pas en mesure de préciser s'il s'agit de Libanais ou d'Irakiens. Les frappes israéliennes ont visé deux positions de la défense antiaérienne de l'armée syrienne, près de l'aéroport de Damas et au sud-ouest de la capitale, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Les bombardements ont aussi visé des positions et des entrepôts d'armes et de munitions des forces iraniennes et pro-iraniennes près de la capitale, notamment dans les environs de Sayeda Zeinab et Kesswa.

Dans la matinée, l'agence de presse officielle syrienne Sana avait, elle, annoncé qu'au moins trois militaires avaient tués dans ces frappes aériennes. Citant une "source militaire", l'agence Sana évoque une "agression aérienne" menée par "l'ennemi sioniste" contre "la région du Sud". "L'agression a tué trois militaires et blessé un soldat, provoquant des dégâts matériels", indique Sana. La source précise que les batteries de la défense antiaérienne syrienne ont été activées pour contrer les frappes israéliennes, "abattant un certain nombre de missiles". Dans un premier temps, rapportant "des bruits d'explosions", l'agence Sana avait indiqué que la défense antiaérienne affrontait "une agression israélienne dans le ciel de la région de Damas".

"Une équipe syrienne" 
Selon Israël, les engins explosifs découverts près de la frontière de facto, côté israélien, avaient été "placés par une équipe syrienne menée par des forces iraniennes". 

Israël a effectué des centaines de frappes aériennes et de missiles sur la Syrie depuis le déclenchement de la guerre dans ce pays en 2011, ciblant les forces iraniennes et les troupes du Hezbollah déployées en territoire syrien, ainsi que les troupes gouvernementales syriennes.

Déclenché par la répression de manifestations pro-démocratie, le conflit syrien s'est complexifié au fil des ans, impliquant une multitude de puissances étrangères et de groupes armés. La guerre a fait plus de 380.000 morts et des millions de déplacés.

L'Etat hébreu reconnaît rarement les frappes qu'il effectue, mais il le fait lorsqu'il dit répondre à des attaques spécifiques sur le territoire israélien. Israël et la Syrie, qui sont toujours techniquement en guerre, sont séparés par une frontière de facto au niveau du plateau du Golan, qu'Israël occupe depuis la fin de la Guerre des Six jours en 1967.

"Présence iranienne" 
Israël "considère le régime syrien comme responsable de toutes les actions perpétrées contre son territoire et continuera à opérer lorsque c'est nécessaire contre la présence iranienne en Syrie", a indiqué l'armée.

L'Iran est un allié essentiel du président syrien Bachar el-Assad et l'a soutenu pendant toute la guerre en Syrie.

Les frappes de mercredi sont intervenues quelques heures avant l'arrivée en Israël du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo pour des entretiens qui devraient notamment porter sur le dossier iranien. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu considère Donald Trump comme le meilleur allié qu'Israël ait jamais eu à la Maison Blanche.

Le New York Times a affirmé lundi que M. Trump avait sondé la semaine dernière plusieurs de ses principaux collaborateurs sur la possibilité de mener "dans les prochaines semaines" une action contre un site nucléaire iranien. Selon le journal, ces collaborateurs ont "dissuadé le président d'aller de l'avant avec une frappe militaire".

Donald Trump, qui ne reconnaît pas avoir été battu par le démocrate Joe Biden lors de l'élection présidentielle du 3 novembre, mène depuis longtemps une politique qu'il qualifie de "pression maximale" contre l'Iran. M. Trump a retiré les Etats-Unis de l'accord international sur le dossier nucléaire iranien conclu en 2015, l'estimant insuffisant, et a rétabli des sanctions contre Téhéran.

D'après des experts israéliens, M. Netanyahu est inquiet de la possibilité que le président élu Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama, n'engage un rapprochement diplomatique avec l'Iran et n'opère un retour des Etats-Unis dans l'accord nucléaire international.


L'armée israélienne a mené mercredi des attaques aériennes de représailles contre des objectifs iraniens en Syrie, faisant trois morts selon Damas, après la découverte d'explosifs le long de la frontière de facto dans le nord de l'Etat hébreu."Ce que l'Iran et la Syrie ont fait : ils ont placé des engins explosifs improvisés près de la ligne Alpha pour frapper les troupes...

commentaires (3)

Israël se bat comme toujours à fleurets mouchetés contre l'Axe de l'Imposture Khameneï Assad milices chiites multinationales, mais on voit bien que dans ses tout petits coups chirurgicaux il est terriblement efficace. S'il voulait vraiment qu'il n'y ait plus de présence iranienne en Syrie il pourrait largement arriver à ses fins. Ne soyons pas dupes, Israël est très content d'avoir l'Axe de l'Imposture à ses portes, Israël est très content de l'Imposture de l'Axe qui consiste à faire semblant de le combattre pour en réalité perpétuer le régime assadien, pièce fondamentale pour l'objectif ultime de l'Axe qui est le Grand Remplacement des sunnites syriens et iraquiens par des chiites. Israël n'a absolument rien contre ni l'objectif intermédiaire indispensable du maintient du régime assadien, ni encore moins contre l'objectif ultime du Grand Remplacement.

Citoyen libanais

08 h 17, le 19 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Israël se bat comme toujours à fleurets mouchetés contre l'Axe de l'Imposture Khameneï Assad milices chiites multinationales, mais on voit bien que dans ses tout petits coups chirurgicaux il est terriblement efficace. S'il voulait vraiment qu'il n'y ait plus de présence iranienne en Syrie il pourrait largement arriver à ses fins. Ne soyons pas dupes, Israël est très content d'avoir l'Axe de l'Imposture à ses portes, Israël est très content de l'Imposture de l'Axe qui consiste à faire semblant de le combattre pour en réalité perpétuer le régime assadien, pièce fondamentale pour l'objectif ultime de l'Axe qui est le Grand Remplacement des sunnites syriens et iraquiens par des chiites. Israël n'a absolument rien contre ni l'objectif intermédiaire indispensable du maintient du régime assadien, ni encore moins contre l'objectif ultime du Grand Remplacement.

    Citoyen libanais

    08 h 17, le 19 novembre 2020

  • L’axe de la résistance vous dites. Hé ben à part des lancements de roquettes sur les civils ou des actes terroristes c’est pas brillant sur le terrain…. Il y en a qui nous disaient que ça empêchait Israël, la Turquie et même excusez du peu, les USA de dormir et que cette soi-disant résistance apprenait a rien moins qu’aux russes l’art de la guérilla Pshhhhhttt.

    Liban Libre

    12 h 28, le 18 novembre 2020

  • BA3DON 3AM YISRAHOU OU YIMRAHOU DANS LE CIEL SYRIEN MALGRE LES S300.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    12 h 19, le 18 novembre 2020

Retour en haut