Rechercher
Rechercher

Formation du gouvernement

"Plus on tarde, plus le bateau coule", avertit Le Drian

"Si le Liban ne mène pas les réformes qu'il convient de mener alors c'est le pays lui-même qui risque la dislocation", déclare le chef de la diplomatie française à la veille des consultations parlementaires.

Le ministre français des Affaires étrnagères, Jean-Yves Le Drian. AFP / Ludovic MARIN

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian a demandé mercredi au Liban de se doter rapidement d'un nouveau gouvernement, à la veille de consultations parlementaires organisées pour désigner un Premier ministre dans un pays en proie à une grave crise politique.

"Plus on tarde, plus le bateau coule. Il n'y a plus beaucoup de temps pour réagir. Si le Liban ne mène pas les réformes qu'il convient de mener, alors c'est le pays lui-même qui risque la dislocation", a averti le ministre devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat. "La population libanaise ne peut pas être victime des incuries et des impérities de ses dirigeants", a ajouté le ministre. "Les vieilles tendances, les répartitions par clans, par confession ont repris le dessus alors que l'urgence est au-delà", a déploré M. Le Drian. Au Liban, les dirigeants sont abonnés aux marchandages interminables pour former un gouvernement, selon un système imposant un équilibre entre les différentes communautés.

Plus tôt dans la journée, le président Michel Aoun, conspué par une partie de la rue, avait déclaré qu'il incomberait au prochain Premier ministre de sortir le pays de la crise en lançant des réformes et luttant contre la corruption.

Le leader du courant du Futur, Saad Hariri, qui a été trois fois Premier ministre, est donné comme favori pour ce poste, alors que le Courant patriotique libre, fondé par le chef de l'Etat, ainsi que les Forces libanaises, son rival sur la scène chrétienne, s'opposent à sa nomination, chacun pour des considérations différente. La plupart des députés sunnites soutiennent la nomination de M. Hariri. Le Hezbollah ne s'est pas prononcé, mais son principal allié, le mouvement Amal appuie la désignation de M. Hariri, laissant croire à une approbation implicite du Hezbollah.

Il y a un an, M. Hariri et son gouvernement ont démissionné sous la pression d'un soulèvement populaire inédit, déclenché le 17 octobre 2019 pour dénoncer l'ensemble de la classe politique accusée de corruption et d'incompétence.


Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian a demandé mercredi au Liban de se doter rapidement d'un nouveau gouvernement, à la veille de consultations parlementaires organisées pour désigner un Premier ministre dans un pays en proie à une grave crise politique.

"Plus on tarde, plus le bateau coule. Il n'y a plus beaucoup de temps pour réagir. Si le Liban ne...

commentaires (7)

Quel bateau? C’est un sous-marin torpillé qui prend l’eau depuis longtemps et les requins tournent autour pour empêcher quiconque de s’en approcher pour sauver ses occupants

Sissi zayyat

11 h 48, le 22 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Quel bateau? C’est un sous-marin torpillé qui prend l’eau depuis longtemps et les requins tournent autour pour empêcher quiconque de s’en approcher pour sauver ses occupants

    Sissi zayyat

    11 h 48, le 22 octobre 2020

  • Lamentable,irresponsable,criminels,,écœurant,hideux,repoussant,degeulasse,abominable,immonde,lache,vil,sale,répugnant,nauséabond,ignoble........Que dire de plus...... Le bateau a déjà coulé,il faut sauver les survivants Mr Le Drian

    El Khoury,ziad

    03 h 57, le 22 octobre 2020

  • IL N,Y A PLUS DE BATEAU. IL Y A UNE EPAVE ABANDONNEE GRACE AU CPL ET AUX MERCENAIRES IRANIENS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 11, le 21 octobre 2020

  • Mr Le Driand avec tous mes respects le bateau a déjà coulé, il inutile de continuer à vous égosiller car ils sont sourds et ne vous entendent pas. Il faut maintenant passer aux choses sérieuses et commencer à geler les comptes bancaires de ces gens. Vous verrez là on commencera à discuter. Vous ne me croyez pas, demandez conseil aux américains ils ont l’expérience. Pourquoi croyez vous que comme par miracle, du jour au lendemain ils se sont mis à tracer les frontières du Sud. En leur donnant des carottes vous perdez votre temps et le notre et n’allez aboutir à rien.

    Liban Libre

    20 h 42, le 21 octobre 2020

  • Ne te fatigue pas, Yves, ils ne comprennent même pas le sens de ces paroles. Il est temps d’activer la phase des sanctions. Pour tous! Ça ne nous sauvera pas pour autant, mais ça aura l’avantage de remettre ces messieurs-dames à leur place, et leur faire ressentir le malheur dans lequel ils ont plongé le peuple...

    Gros Gnon

    20 h 30, le 21 octobre 2020

  • Merci M Le Drian de rappeler aux libanais qu il est urgent d agir, ca ne sert à rien de crier tres fort les dirigents de ce pays , font comme si tout va bien c est la faute à coronna . il faut un coupable c est tout trouvé . de toute facon il ne faut pas faire d illusion on prend les memes et on recommence. je pense il faut sévir , la France peut juger les corrompus libanais ou au moins bloquer leurs soldes en France comme ils ont bloquer l argent du peuple pour l appauvrir pour mieux le dominer et le condamner à l exil.

    youssef barada

    19 h 42, le 21 octobre 2020

  • Mais non, Mr Le Drian: le pays n'est plus en mode de bateau qui coule!... On est passé en mode sous-marin ou la classe dirigeante est réfugiée dans un sas hermétique bien ventilé et approvisionné alors que le reste de l'équipage Libanais s'est déjà noyé ou au bord de l'asphyxie...En résumé, merci de vos conseils, mais ne vous fatiguez plus: vous avez affaire à une clique sclérosée, aux moeurs et coutumes médiévales, corrompue jusqu'à la moelle, sans aucun sens moral ni droits humanitaires élémentaires....Vous pouvez amener un cheval à la rivière, mais vous ne pouvez pas le forcer de boire, hélas!

    Saliba Nouhad

    19 h 32, le 21 octobre 2020