Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Le centenaire de la République

Ô ignares de la République,

À l’aube de notre centenaire, vous avez montré au monde votre incompétence,

100 ans d’histoire où notre pays a sombré à cause de votre ignorance,

Mon peuple meurtri par tant de cruauté,

Se soulève aujourd’hui pour vous jeter au banc des accusés !

Ce 4 août 2020, vous nous avez traumatisés,

Nos larmes ne vous suffisaient plus, c’est notre sang que vous avez fait couler.

Ô ignares de la République,

À jamais maudits pour vos manigances politiques.

Mon peuple, brave fort et déterminé

S’est précipité sur les lieux du drame pour sauver ceux que vous avez oubliés,

L’âme de Beyrouth aux facultés euphoriques,

Est maintenant victime d’un choc post-traumatique.

Ô ignares de la République,

À la solde des puissances étrangères,

Tel un bétail sans aucune orientation,

Vous reniflez la terre en quête du moindre gain monétaire,

Convaincus que notre Liban est votre cour de récréation.

Ô ignares de la République,

Plus d’une centaine de morts et des milliers de blessés,

Un port et une capitale complètement dévastés,

Une bombe à retardement en plein cœur du pays,

Bien évidemment, le dernier de vos soucis.

Ô ignares de la République,

Synonyme de drame,

Sans aucun état d’âme,

Nous sommes la joie et le désir d’exister,

Vous êtes un mélange de dégoût et d’immoralité.

Ô ignares de la République,

Oligarques dans vos royaumes clientélistes,

Accrocher au pouvoir en maîtres népotistes,

Vous gravitez sur le trône jusqu’à défier les lois de la physique,

Pendant que Beyrouth agonise d’une réaction chimique.

Ô ignares de la République,

Notre port d’attache est bien ancré,

Nos voiliers sont sur le point d’accoster,

Écoutez le vent nous souffler à l’oreille :

« N’oubliez jamais ce qui s’est passé la veille. »

Ô ignares de la République,

Quand comprendrez-vous que notre sang n’est pas du colorant ?

Que notre sueur ne s’incline pas devant le parfum de l’oppresseur,

Que notre pays se relèvera à chaque fois que vous nous plongerez dans l’obscurité,

Cent ans qu’on vous tient tête, nous le peuple libanais.

Ô ignares de la République,

Beyrouth est au bord de l’implosion,

Asphyxié par votre gestion de la nation,

Nous sommes aujourd’hui endeuillés,

Mais demain nous serons révoltés.

Ô ignares de la République,

Notre espoir est notre liberté,

Notre pays est notre identité,

Beyrouth est une ville éternelle,

Et nous répondrons à son appel.

Ô ignares de la République,

L’histoire ne vous pardonnera pas,

Le Liban ne vous pardonnera pas,

Le Cèdre ne vous pardonnera pas,

Ô ignares de la République,

Nous ne vous pardonnerons pas !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Ô ignares de la République,

À l’aube de notre centenaire, vous avez montré au monde votre incompétence,

100 ans d’histoire où notre pays a sombré à cause de votre ignorance,

Mon peuple meurtri par tant de cruauté,

Se soulève aujourd’hui pour vous jeter au banc des accusés !

Ce 4 août 2020, vous nous avez traumatisés,

Nos larmes ne...

commentaires (1)

> CETTE PHRASE SEULE "made my day ".

gaby sioufi

10 h 32, le 17 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • > CETTE PHRASE SEULE "made my day ".

    gaby sioufi

    10 h 32, le 17 octobre 2020