Rechercher
Rechercher

Tracé des frontières entre le Liban et Israël

Netanyahu : Les négociations pourraient constituer "une première brèche pour une véritable paix"

Schenker et Kubis reçus par Berry.

Netanyahu : Les négociations pourraient constituer

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Photo d'archives AFP

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé jeudi que les négociations entre le Liban et Israël sur le tracé de leur frontière maritime commune, qui ont débuté la veille sous le parrainage de l'ONU et la médiation des États-Unis, pourraient constituer "une première brèche pour conclure une véritable paix", ajoutant néanmoins qu'il ne pourrait y avoir de paix "tant que le Hezbollah contrôle le Liban".

Mercredi, le Liban et Israël, deux voisins officiellement toujours en guerre, ont engagé des pourparlers inédits sous l'égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime et lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures, Beyrouth espérant clore le dossier "dans un délai raisonnable". Le deuxième round de ces discussions aura lieu le 26 octobre prochain.

"Nous avons débuté hier des discussions avec le Liban autour de la frontière maritime qui auront des répercussions économiques (...) J'appelle le gouvernement libanais à poursuivre ces contacts pour clore ce dossier. Cela pourrait être constituer une première brèche, un jour, dans le futur, pour conclure une paix véritable", a déclaré M. Netanyahu lors d'un discours à la Knesset, le Parlement israélien, au cours d'une séance consacrée à la ratification de l'accord de normalisation entre Israël et les Émirats arabes unis, selon des déclarations rapportées par des médias israéliens. Les autorités libanaises insistent sur le fait que les discussions autour de la frontière maritime sont d'ordre technique, et qu'il ne s'agit pas d'une normalisation des relations avec Israël. Néanmoins, le Premier ministre israélien a prévenu qu'il n'y aura pas de paix avec le Liban "tant que le Hezbollah contrôle le pays". "Ils disent que l'on fait la paix avec les ennemis. Non, on fait la paix avec ceux qui ont cessé d'être des ennemis. Par exemple, tant que le Hezbollah contrôle le Liban, il ne peut y avoir de véritable paix avec ce pays", a-t-il déclaré.

Lire aussi

Négociations sur les frontières, un long chemin semé d’embûches

Schenker et Kubis reçus par Berry
Dans un communiqué commun, le gouvernement américain et le bureau du coordinateur spécial pour le Liban de l’ONU ont indiqué que "durant cette rencontre initiale, les représentants ont tenu des discussions productives, et réaffirmé leur engagement à poursuivre les négociations dans le courant du mois".

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’était félicité par la voix de son porte-parole du lancement de ces négociations. "Les Nations unies sont pleinement engagées à soutenir les parties dans les discussions, par l'intermédiaire de leurs représentants et comme elles l'ont demandé, s'efforçant de parvenir à un résultat convenu entre elles", a affirmé Stéphane Dujarric lors d'un point presse.

Lors de ce premier round de discussions, le médiateur et facilitateur américain était représenté par le secrétaire d’État adjoint pour le Moyen-Orient, David Schenker, et par le diplomate John Desrocher qui doit bientôt prendre la relève, alors que l’ONU était représentée par le coordinateur spécial des Nations unies au Liban, Jan Kubis.

Au lendemain de cette première séance, M. Schenker et M. Kubis ont été reçus par le président de la Chambre, Nabih Berry, qui avait annoncé, au nom du Liban, la conclusion d'un accord-cadre sur le mécanisme des discussions. Les deux responsables ne se sont pas exprimés à l'issue de leur entretien.
Le secrétaire d’État adjoint a également été reçu par le leader druze Walid Joumblatt à Clemenceau. Mercredi, il s'était entretenu avec le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï. Une réunion avec le président Michel Aoun est prévue demain.

Le secrétaire d’État adjoint pour le Moyen-Orient, David Schenker, reçu par Nabih Berry. AFP



Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé jeudi que les négociations entre le Liban et Israël sur le tracé de leur frontière maritime commune, qui ont débuté la veille sous le parrainage de l'ONU et la médiation des États-Unis, pourraient constituer "une première brèche pour conclure une véritable paix", ajoutant néanmoins qu'il ne pourrait y avoir de paix "tant...

commentaires (10)

L on constate qui veut la paix entre Israel et le Liban,et qui souhaite la guerre......

HABIBI FRANCAIS

10 h 45, le 16 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • L on constate qui veut la paix entre Israel et le Liban,et qui souhaite la guerre......

    HABIBI FRANCAIS

    10 h 45, le 16 octobre 2020

  • Les hydrocarbures ,Tiens une autre source d argent et une autre raison pour perpétuer collusion , vol , et corruption Allez hop. En avant tous azimut .....

    Robert Moumdjian

    03 h 19, le 16 octobre 2020

  • Mettre dans la même phrase; "brèche" et "paix" n'augure pas de bonnes intentions. D'ailleurs, Israël n'a de bonnes intentions qu'envers Israël. En préambule de chaque réunion avec l'ennemi, la partie libanaise devrait rappeler toute la destruction, à fois réitérées, que notre pays a subie de la part de ce pays agresseur. Des dégâts qui se chiffrent en centaines de milliards. Il ne serait pas de trop que ledit pays se plie aux exigences libanaises dès la prochaine réunion, en guise d'une petite réparation pour tout le mal qu'ils nous ont causé d'une façon méthodique et avec insistance depuis 1975 à ce jour.

    MGMTR

    23 h 21, le 15 octobre 2020

  • Pourquoi ces discutions ont lieu maintenant alors qu’il n’y a pas d’état ni de président? Pourquoi sont ils si pressés de conclure des accords à la hâte avec des négociants qui sortent d’on ne sait où? Pourquoi un président du parlement a décidé lui même de cet accord et de quel droit? Ils veulent leur vendre cet accord contre la permission de tenir le pays et pour longtemps. Les libanais n’auront qu’à préparer leurs baluchons ou alors de pleurer et souffrir en silence. Ça sent très très mauvais Pour le sort du Liban et des libanais. Hier encore ils brûlaient les drapeaux américains et israéliens et aujourd’hui ils sont devenus copains comme cochons.

    Sissi zayyat

    19 h 53, le 15 octobre 2020

  • La paix-stabilité -prospérité ne viendra jamais au Liban tant qu’il y a des vautours qui courent après chaque miette. Ces derniers se présentent et se présenteront perpétuellement par la force providentielle qui sauvera les personnes démunies de leur pauvreté avec leur moulins à paroles, illusions et quelques appâts. J’appelle à tous les gens de la société civile (restaurateur, vendeur, supermarché, boucher) qui traite avec la famille de politiciens connus comme corrompus d’arrêter de traiter avec qui que ça soit de leur membre. C’est comme cela qu’on les fera partir avec une pression grandissante.

    Alors...

    18 h 56, le 15 octobre 2020

  • « Beyrouth espérant clore le dossier "dans un délai raisonnable»: Pourquoi cette précipitation ? Maintenant qu’il ne reste que le secteur des hydrocarbures, seule richesse du pays, vous allez vous partager les parts de ce gâteau ENCORE, Berry and CO QUELQUE SOIT le deal. A n’en pas douter, incompétents que vous êtes, vous allez être les PIRES négociateurs de l’histoire car les USA et Israël et l’ONU vous tiennent pas la gorge. Pourquoi à votre avis cette blague de Hezbollah et Berry et leur mafia tiennent elle encore debout ? On a vu en Amérique latine avec le trafic de stupéfiants que les Usa ont tous fait pour l’abolir. Pourquoi pas au Liban hein ??? Et on se demande pourquoi les médecins et toute personnes saines d’esprits partent après avoir crever leur yeux sur leur Etudes.

    Alors...

    18 h 49, le 15 octobre 2020

  • Le deuxième round de ces discussions aura lieu le 26 octobre prochain... à ce rythme il est vrai que la paix pourra toujours attendre, la première rencontre "ils" ont décidé de l'attribution des sièges de chacun, pour la deuxième rencontre , le temps d'un café, viendra la mise en place de l'ordre du jour... ensuite le "père" de tous les Libanais pérorera, avec emphase, des progrès accomplis sous sa mandature ... à l'image de son discours du 27/02 où il déclarait sans vergogne qu’il s’agissait d’une nouvelle ère qui s’ouvrait pour le Liban, qui s’apprêtait à entrer dans le club des pays producteurs de pétrole et de gaz.....

    c...

    17 h 30, le 15 octobre 2020

  • Un si petit pays comme le Liban et tout le monde le veut : la Syrie, l'Iran et Israel

    Eleni Caridopoulou

    17 h 30, le 15 octobre 2020

  • Y'en a un qui doit faire des cauchemars dans son bunker...de même que son Tonton Suprême à Téhéran... - Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 24, le 15 octobre 2020

  • QUAND ON SIGNE DES ACCORDS AVEC UN VOISIN, QU,ILS SOIENT UNIQUEMENT MARITIMES OU AUTREMENT, C,EST QU,ON RECONNAIT DE FACTO CE VOISIN. TOUTE AUTRE INTERPRETATION FRUIT DE FANATISME IMPORTE PERSIQUE N,EST QUE DU BLA BLA...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 11, le 15 octobre 2020