Rechercher
Rechercher

Formation du gouvernement libanais

Hariri va s'entretenir lundi avec Aoun et Berry

Tout accord sur la formation du cabinet doit respecter la logique de la Constitution et du Pacte national, souligne Raï.

Hariri va s'entretenir lundi avec Aoun et Berry

Le président de la Chambre, Nabih Berry, le président Michel Aoun et Saad Hariri, alors Premier ministre, en 2018 au palais de Baabda. Photo d'archives Ani

Le leader du courant du Futur, l'ex-Premier ministre Saad Hariri, qui s'est déclaré candidat pour diriger le prochain gouvernement, va s'entretenir lundi avec le chef de l'Etat, Michel Aoun, et le président de la Chambre, Nabih Berry, trois jours avant les consultations parlementaires contraignantes en vue de la nomination d'un nouveau Premier ministre.

Selon notre correspondante Hoda Chedid, M. Hariri promeut l'idée de diriger un gouvernement de spécialistes pour une durée de six mois, chargé de mettre en oeuvre le programme de réformes sur lequel l’ensemble des forces politiques se sont accordés dans le cadre de l'initiative du président français Emmanuel Macron.

Jeudi soir, Saad Hariri, qui disait jusque-là ne pas être candidat à la présidence du Conseil, surtout après la récusation du Premier ministre désigné Moustapha Adib il y a deux semaines, a créé la surprise en annonçant finalement qu'il était candidat à ce poste, une candidature "naturelle", selon ses propres termes. Il a dit vouloir entrer en contact avec les différentes formations politiques afin de les sonder sur son annonce, alors que les consultations parlementaires contraignantes pour désigner le prochain Premier ministre ont été fixées au 15 octobre par le chef de l'Etat.

Selon des informations de la chaîne locale OTV, très proche du Courant patriotique libre, fondé par Michel Aoun, M. Hariri s'est entretenu ce dimanche par téléphone avec le chef de l'Etat. Les deux hommes ont convenu d'un entretien lundi à 11 heures au palais présidentiel de Baabda. Selon notre correspondante Hoda Chedid, cet entretien sera l'occasion de "briser la glace" entre les deux hommes après la démission de Saad Hariri de son poste de Premier ministre le 29 octobre 2019, dans la foulée du déclenchement de la révolte populaire du 17 octobre. Dans ce sillage, M. Hariri devrait également s'entretenir longuement de sa candidature avec le chef du CPL, Gebran Bassil, afin d'assurer une couverture chrétienne à sa nomination. Selon des informations de la chaîne locale LBCI, le groupe parlementaire des Forces libanaises se donne jusqu'à mercredi, veille des consultations parlementaires, pour arrêter sa décision concernant la désignation du prochain PM. Selon ces informations, les FL réclament toujours un gouvernement indépendant des forces politiques. Samedi, le comité politique du CPL avait réagi à l'annonce de la candidature de Saad Hariri, dénonçant son "moi ou personne".

Notre correspondante a indiqué que le leader du Futur s'est également entretenu avec M. Berry par téléphone. Les deux hommes se sont accordés sur la tenue d'un entretien lundi.

Ce dimanche, Saad Hariri devrait s'entretenir avec les ex-PM Najib Mikati, Fouad Siniora et Tammam Salam.

Lire aussi

Hariri embarque... pour aller où ?

Pour rappel, le processus, initié par Moustapha Adib, de formation d'un cabinet de "mission" conformément à l'initiative française avait été principalement entravée par l'attachement du tandem Hezbollah-Amal à nommer les ministres chiites, notamment pour le portefeuille des Finances. Selon des sources proches de ce tandem citées par Hoda Chedid, ce dernier est toujours attaché à cela, même dans le cadre d'un gouvernement de spécialistes.

Ces entretiens au sommet interviennent quelques jours avant des consultations parlementaires qui doivent avoir lieu jeudi. Mais selon le journaliste Salem Zahran, proche du 8 Mars, un report de ces consultations est probable "à moins que Macron n'entre en jeu".

Selon des sources du groupe des députés joumblattistes citées par la LBCI, ces derniers, qui devraient se réunir dans les deux prochains jours, n'ont encore acté aucune décision.

De son côté, Baha' Hariri, frère de Saad Hariri, qui souhaite s'imposer sur la scène sunnite locale, s'est prononcé en faveur de la formation d'un gouvernement "technocrate (...) pour une période transitoire".

Raï : Tout accord doit respecter la Constitution et le Pacte
Par ailleurs, le patriarche maronite Mgr Béchara Raï a affirmé dans la journée que tout accord autour de la formation du gouvernement doit respecter la logique de la Constitution et du Pacte national.

L'édito de Issa GORAIEB

La dérègle de trois

"Tout accord autour de la formation du prochain gouvernement doit rester dans la logique de la Constitution et du Pacte national. Ainsi, aucun camp n'a le droit d'outrepasser la Constitution, de faire des concessions à cet égard ou de ternir l'image du système démocratique", a déclaré Mgr Raï dans son homélie dominicale à Bkerké, en référence notamment à la récusation de Moustapha Adib, le 26 septembre dernier.

"La garantie de la réussite de la formation du gouvernement, c'est que tous soient déterminés à éviter les atermoiements, à mettre des conditions et à imposer des obstacles non conformes à la Constitution et au Pacte dans le but de rogner sur l'Etat et de soumettre le destin du Liban aux conflits régionaux", a-t-il ajouté, plaidant à nouveau en faveur d'un système de neutralité active qu'il promeut depuis plusieurs semaines maintenant.

"Le peuple condamne les responsables et toute la classe politique, et l'a exprimé lors de manifestations, d'un mouvement de contestation et d'une révolte qui ne s'est pas arrêtée, mais qui a été ralentie", a noté le prélat.


Le leader du courant du Futur, l'ex-Premier ministre Saad Hariri, qui s'est déclaré candidat pour diriger le prochain gouvernement, va s'entretenir lundi avec le chef de l'Etat, Michel Aoun, et le président de la Chambre, Nabih Berry, trois jours avant les consultations parlementaires contraignantes en vue de la nomination d'un nouveau Premier ministre.

Selon notre...

commentaires (8)

Et rebelote....à la case de départ....les vieux de la vieille comme toujours...

Ballin, Marie-Therese

20 h 55, le 12 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Et rebelote....à la case de départ....les vieux de la vieille comme toujours...

    Ballin, Marie-Therese

    20 h 55, le 12 octobre 2020

  • Cette photo illustre le cercle vicieux du pays.

    hrychsted

    18 h 57, le 11 octobre 2020

  • Pour les américains c'est " the groundhog day" pour les français c'est " le jour de la marmotte" pour les libanais.... c'est " la grande bouffe"... Et le peuple n'est même pas invité!!!!!!

    Wlek Sanferlou

    17 h 55, le 11 octobre 2020

  • Aucun doute que Hariri entend sauver l'économie du pays, qui est catastrophique. Est-ce qu'on l'aidera à le faire ? Et avec quels moyens ? Mettra-t-on toujours des obstacles, ou bien sont-ils tous conscients de l'extrême gravité de la situation ? L'expérience nous apprend que ce pays est tiraillé par des loups. Espérons le contraire quand-même.

    Esber

    17 h 45, le 11 octobre 2020

  • Le marchandage des mafieux va reprendre, les libanais peuvent crever la bouche ouverte vont pouvoir dormir sur leurs deux oreilles car les voleurs veillent à ce que rien ne change...

    Zeidan

    17 h 29, le 11 octobre 2020

  • De quoi va-t-il s’entretenir avec Berri et Aoun ? De livrer Ayache un des merceraires impliqués dans l’assassinat de son père ? De l’audit forensique de la BDL et des comptes de l’Etat , ministère des finances en premier? Du dossier du fuel? Du pétrole ? De l‘electricité? De l’enquête l’explosion criminelle du 4 août ( qui devait être bouclée en 5 jours selon le locataire de Baabda, loin des interférences étrangères !) ? hahahahaha...

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 40, le 11 octobre 2020

  • "Naturellement" je vois pas comment vous vous en sortiriez mieux cette fois ci comme premier ministre Mr Saad Hariri. Car vous avez déjà occupé "naturellement" ce poste et "naturellement" vous faites partie des "tous oui tous". Et je vois pas pourquoi "naturellement" vous reprendriez ce poste duquel vous avez démissionné voilà déjà un an. Et puis faudrait savoir!!! Vous n'êtes pas candidat puis finalement oui... occupez de vos entreprises héritées et qui sont en faillite. Si ce doit être un Hariri "naturellement" envoyez donc votre frère Baha'. Il a l'air mieux "câblé" et il semble qu'il sache travailler lui. Au point où on en est...

    Sybille S. Hneine

    15 h 40, le 11 octobre 2020

  • NOTRE PATRIARCHE CONTINUE À PARLER DANS LE VIDE. IL A L'AIR DE BEAUCOUP AIMER LE BAVARDAGE. LE VRAI PROBLÈME SE TROUVE CHEZ LUI. IL DOIT DÉNONCER LES RESPONSABLE QUI SUPPORTENT LE HEZBOLLAH, S'IL CHERCHE VRAIMENT À FAIRE QUELQUE CHOSE POUR LE LIBAN. LA PLANÈTE ENTIÈRE CONNAIT ET RECONNAIT QUE LE HEZBOLLAH SERA AFFAIBLIE SI AOUN ET BASSIL S'ÉLOIGNE DE LUI. C'EST LÀ QU'IL FAUT CRIER MON CHER PATRIARCHE. SI NON OCCUPEZ VOUS DE VOTRE MESSE SVP.

    Gebran Eid

    15 h 13, le 11 octobre 2020