Rechercher
Rechercher

Covid-19

Les hôpitaux au bord de la saturation

Sur les 200 lits réservés à la maladie dans les unités de soins intensifs, 125 sont déjà occupés.

Les hôpitaux au bord de la saturation

L’hôpital gouvernemental universitaire Rafic Hariri est celui qui dispose de la plus grande unité de Covid-19, comptant près de 120 lits. Anwar Amro/Photo d›archives AFP

Cela fait plusieurs semaines déjà que les voix mettant en garde contre une saturation des hôpitaux pouvant accueillir des cas de Covid-19 s’élèvent de manière fréquente. Et pour cause, puisque les lits réservés à la pandémie se remplissent vite. Près de 70 % d’entre eux sont déjà occupés, comme l’avait déclaré à L’Orient-Le Jour la représentante du bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Liban, Iman Shankiti.

Le Liban dispose de 850 à 900 lits réservés au Covid-19, dont 200 en unités de soins intensifs, explique à L’OLJ Assem Araji, président de la commission parlementaire de la Santé. Selon le dernier bilan du ministère de la Santé, daté d’hier, 460 personnes contaminées au coronavirus sont hospitalisées, dont 125 en soins intensifs, sachant qu’hier 851 nouveaux cas ont été signalés, dont dix en provenance de l’étranger. Huit décès sont également à déplorer. Ce qui fait grimper à 30 838 le nombre de cas cumulés depuis l’apparition de la pandémie en février, au nombre desquels 315 décès et 12 878 guérisons.

Lire aussi

Le respect des gestes barrière peut enrayer la pandémie, pas le confinement

« Actuellement, seuls 75 lits en unités de soins intensifs sont encore vides, ce qui est grave, reprend M. Araji. Avec l’automne, qui est également la saison de la grippe et de l’influenza, nous craignons une augmentation des hospitalisations. »

Pour le parlementaire, l’un des problèmes majeurs reste dans le fait que tous les hôpitaux privés ne se sont pas dotés d’unités consacrées au Covid-19. Ce qui est compréhensible, puisque l’État tarde à s’acquitter de ses dus envers eux. À cela s’ajoute le fait que deux grands hôpitaux privés qui s’étaient déjà dotés d’unités de Covid-19 ont été durement dévastés. De ce fait, le secteur hospitalier a perdu près de 500 lits initialement réservés à la pandémie.

M. Araji souligne que le ministère de la Santé envisage de transformer certains des hôpitaux publics en établissements réservés uniquement pour le traitement du coronavirus. « Des discussions sont également menées dans ce sens avec certains établissements privés », soutient-il. Il note que le Liban compte environ 27 établissements publics dont près de la moitié accueillent des cas de Covid-19, sachant que parmi ces établissements, l’hôpital gouvernemental universitaire Rafic Hariri est celui qui dispose de la plus grande unité de Covid-19, comptant près de 120 lits.

Lire aussi

Le Covid-19 et l’explosion : une intervention dans un contexte de crises multiples

Le député estime qu’à l’heure actuelle, il est d’autant plus important de renforcer la sensibilisation, appelant la population à assumer ses responsabilités dans la lutte contre la pandémie. Cela sous-entend bien évidemment le respect des gestes barrières : port du masque, distanciation sociale et lavage fréquent des mains. « Malheureusement, la population et les entreprises ne se conforment pas à ces mesures, déplore-t-il. Sans oublier les cérémonies et les rassemblements qui se multiplient sans aucune précaution. Le gouvernement doit lui aussi assumer ses responsabilités. Le contrôle sur le terrain est partagé entre différents ministères (Travail, Tourisme, Intérieur et Santé). Ils ne font pas leur travail. En tant que commission parlementaire de la Santé, nous développons des stratégies, mais ce n’est pas à nous d’assurer son application. »

Et M. Araji de conclure : « J’espère que le scénario observé dans les pays européens nous sera épargné, d’autant que notre secteur hospitalier n’est pas en forme en raison de la crise financière, de la destruction de quatre hôpitaux depuis la double explosion au port, mais aussi parce que nous comptons près de 900 contaminations dans les secteurs médical et infirmier. La responsabilité collective est de mise, au risque de nous retrouver dans une situation difficile. »


Cela fait plusieurs semaines déjà que les voix mettant en garde contre une saturation des hôpitaux pouvant accueillir des cas de Covid-19 s’élèvent de manière fréquente. Et pour cause, puisque les lits réservés à la pandémie se remplissent vite. Près de 70 % d’entre eux sont déjà occupés, comme l’avait déclaré à L’Orient-Le Jour la représentante du bureau de...

commentaires (1)

DOMMAGE QUE LES CITOYENS NE RESPECTENT PAS LES MESURES SANITAIRES TELLES LE MASQUE ET LA DISTANCIATION. ET LES RESPONSABLES SONT DES INCOMPETENTS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

07 h 43, le 23 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • DOMMAGE QUE LES CITOYENS NE RESPECTENT PAS LES MESURES SANITAIRES TELLES LE MASQUE ET LA DISTANCIATION. ET LES RESPONSABLES SONT DES INCOMPETENTS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 43, le 23 septembre 2020