Rechercher
Rechercher

Société - Explosions de Beyrouth

Jugeant l'enquête libanaise "partiale", Amnesty réclame un "mécanisme international"

Le juge Sawan rejette la demande de libération de trois personnes sous mandat d'arrêt. 

Jugeant l'enquête libanaise

Des soldats libanais oeuvrant au déblaiement du port de Beyrouth, après la double explosion meurtrière, le 1er septembre 2020. Photo AFP / ANWAR AMRO

L'organisation Amnesty International, qui milite pour les droits de l'homme, a appelé lundi à une enquête internationale sur les causes des explosions dévastatrices du 4 août dans le port de Beyrouth, estimant que les procédures judiciaires lancées par les autorités libanaises ne sont "ni indépendantes ni impartiales". 

"Un mois après l'explosion meurtrière, il devient de plus en plus évident que les procédures lancées par les autorités libanaises pour faire la lumière sur les événements tragiques du 4 août ne sont ni indépendantes ni impartiales", a écrit Amnesty dans un communiqué. Dans ce cadre, l'ONG internationale appelle à la mise en place d'un "mécanisme international" qui garantirait le droit des victimes à "la vérité, la justice et des réparations". 

Amnesty a déploré que, malgré les appels des victimes, de leurs proches et d'organisations militant pour les droits de l'homme en vue d'une enquête internationale, les autorités libanaises, "y compris le président", ont rejeté cette option. 

Dans le Commerce du Levant

De l’arrivée du Rhosus à l’explosion du port, chronique d’une catastrophe annoncée


Le chef de l'Etat, Michel Aoun, avait estimé le 7 août qu'une enquête internationale risquait de "diluer la vérité" sur les raisons des explosions. La déflagration, qui a fait plus de 190 morts, plus de 6.500 blessés et dévasté des quartiers de Beyrouth, a été provoquée selon les explications officielles par un incendie qui s'est déclaré dans un hangar dans lequel étaient stockées, sans précaution, 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium. De nombreux responsables, M. Aoun compris, ont reconnu avoir été tenus au courant de la présence dans le port de ces matières dangereuses, ce qui a provoqué la colère des Libanais qui réclament justice. 

Manque d'indépendance et d'impartialité
Amnesty a dans ce cadre regretté que les responsables n'ont pas répondu aux appels à la reddition de comptes lancés par "des milliers de manifestants", le samedi 8 août, lors d'un énorme rassemblement à Beyrouth qui a été réprimé par "un usage excessif de la force". L'ONG rappelle que des centaines de personnes ont été blessées dans la répression de cette manifestation. 

La directrice régionale d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Lynn Maalouf, a déploré que "chaque mesure prise par les personnes haut placées au Liban montre clairement que les autorités n'ont aucune intention d'assumer leurs responsabilités concernant une enquête efficace, transparente et impartiale". Elle a souligné que la Cour de justice, devant laquelle a été déféré ce dossier à la demande du chef de l'Etat, "manque d'indépendance et d'impartialité et ne répond pas aux standards internationaux en matière de justice". Elle a notamment soulevé le fait qu'alors que de "sérieuses allégations ont été lancées contre des organes de l'Etat", la Cour de justice n'a pas de prérogatives pour juger des responsables en exercice y compris le président de la République et les ministres.

Lire aussi

Double explosion du 4 août : la négligence coupable de l’État libanais

Mme Maalouf a déclaré que seul un "mécanisme d'enquête international", qui évaluerait "les responsabilités de chacun vis-à-vis de l'explosion et les rendrait publiques", serait le moyen de garantir les droits des victimes à "la vérité et la justice". Et d'appeler à ce que cette enquête soit "complète, indépendante, impartiale et transparente". 

Interrogatoire de quatre témoins
Dans le cadre de l'enquête libanaise sur la catastrophe du 4 août, le juge d'instruction et procureur général près la Cour de justice, Fadi Sawan, a émis 25 mandats d'arrêt, entre autres contre des employés et responsables du port, son ancien directeur général Hassan Koraytem et le directeur général des douanes, Badri Daher, des représentants des services de sécurité affectés au port, ainsi que des ouvriers qui ont effectué des travaux de réparation du hangar 12. C'est lors de ces travaux que ce serait déclaré l'incendie.

Le juge Sawan a encore interrogé ce lundi quatre témoins et rejeté la demande de libération de trois personnes sous le coup d'un mandat d'arrêt. L'Agence nationale d'Information (Ani, officielle), qui rapporte cette décision, ne précise pas qui sont ces trois personnes. M. Sawan devrait interroger, dans le courant de la semaine, des ministres, anciens et actuels, impliqués dans cette affaire. 


L'organisation Amnesty International, qui milite pour les droits de l'homme, a appelé lundi à une enquête internationale sur les causes des explosions dévastatrices du 4 août dans le port de Beyrouth, estimant que les procédures judiciaires lancées par les autorités libanaises ne sont "ni indépendantes ni impartiales". "Un mois après l'explosion meurtrière, il devient de plus en...

commentaires (6)

Pardon, lire "nous" au lieu de "ne"

Shou fi

22 h 15, le 07 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Pardon, lire "nous" au lieu de "ne"

    Shou fi

    22 h 15, le 07 septembre 2020

  • Il est sûr et certain que les services secrets des pays avancés savent au moins tous les détails sur l'achat, l’acheminement et le stockage du matériel. Qu'ils ne donnent déjà les faits sur cet aspect et qu'il laisse les causes directes des 2 détonations à la justice qui ne va pas aboutir. J'espère que Lynn Maalfouf va me lire !

    Shou fi

    19 h 20, le 07 septembre 2020

  • Demander au Hezbollah de vous aidez

    Eleni Caridopoulou

    18 h 05, le 07 septembre 2020

  • Cinq semaines et non seulement cinq jours ont passé, sans que l'on sache à quoi avait abouti l'enquête administrative ! C'était seulement pour calmer la population. Le point crucial de l'enquête est de connaître qui a effectivement empêché Diab, et non seulement qui l'a contacté la veille de sa visite du hangar numéro 12 au Port, visite qui aurait évité à coup sûr l'incroyable explosion du 4 Août 2020, et ses conséquences graves et interminables sur plusieurs années

    Esber

    17 h 56, le 07 septembre 2020

  • De toutes façons, la scène de crime a été nettoyée et toutes les preuves effacées.

    Yves Prevost

    16 h 30, le 07 septembre 2020

  • Pouvons nous espérer un soupçon d’impartialité de la part de ce juge, ou fait il en sorte de gagner du temps lui aussi en écoutant les vrais responsables qui sont les politiciens et de les relâcher alors que leur responsabilité n’est plus à prouver. Lorsque ces derniers avouent qu’ils étaient au courant, qu’ils devaient se déplacer pour voir ce qu’il en est et qu’ils ont reçu des ordres leur intimant de rester à l’écart et qu’ils s’exécutent en laissant les assassins contrôler leurs munitions n’est pas une excuse acceptable. Alors pourquoi ne sont ils pas arrêtés pour savoir enfin qui est derrière ce cataclysme qui a ébranlé le pays et tué sa ville et une partie de sa population? Qu’est ce qui n’est pas clair la dedans? Quels ont été leurs motifs acceptés par le juge d’une catastrophe annoncée qu’ils n’ont pas empêché pour qu’ils soient relâchés sans être inquiétés? Vous nous rendez fous avec votre justice à deux balles et votre impartialité empruntée. Nous voulons voir les responsables de tous les crimes et vols derrière les barreaux pour enfin croire à un soupçon de justice dans ce pays. Si vous ne pouvez pas le faire, alors criez le haut et fort pour que le monde entier vous entende.

    Sissi zayyat

    16 h 13, le 07 septembre 2020

Retour en haut