Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Moustapha Adib désigné Premier ministre : "L'heure est à l'action"

Le Premier ministre désigné s'engage à former très vite une équipe d'"experts" réformatrice.

Moustapha Adib désigné Premier ministre :

Le Premier ministre désigné lors d'une tournée à Gemmayzé, peu après sa désignation, le 31 août 2020. AFP AFP

L'ambassadeur du Liban en Allemagne, Moustapha Adib, a été chargé lundi de former le prochain gouvernement après avoir été désigné Premier ministre à l'issue des consultations parlementaires contraignantes lors desquelles il a obtenu 90 voix sur les 120 députés encore en poste. Dans sa première prise de parole officielle après sa désignation, il a affirmé que l'heure était "à l'action", s'engageant à former très vite une équipe d'"experts" réformatrice.  Marié à une Française et père de cinq enfants, cet homme qui a fêté dimanche ses 48 ans, est né dans la ville de Tripoli, dans le nord du Liban.

Proposé la veille par les anciens Premiers ministres, ce proche de l'ex-PM Nagib Mikati dont il fut le directeur de cabinet, a reçu l'aval des principales formations politiques du pays, à savoir le tandem chiite (Hezbollah-Amal), le Courant patriotique libre, le courant du Futur et le parti joumblattiste. Les Forces libanaises, ainsi que le député indépendant Fouad Makhzoumi, ont, eux, nommé Nawaf Salam, ex-délégué du Liban aux Nations unies et juge à la Cour internationale de justice. Le Parlement compte 128 sièges, mais huit d'entre eux avaient démissionné dans la foulée de la double explosion meurtrière au port de Beyrouth, le 4 août dernier. Il s'agit des trois députés Kataëb - Samy Gemayel, Nadim Gemayel et Elias Hankache - des deux députés joumblattistes Marwan Hamadé et Henri Hélou, ainsi que des députés Michel Moawad (ex-bloc CPL), Neemat Frem (indépendant) et Paula Yaacoubian (société civile).

Moustapha Adib a été chargé lundi 31 août 2020 de former le prochain gouvernement libanais. Photo AFP / JOSEPH EID

Dans un bref discours tenu à l'issue d'un entretien avec le chef de l'Etat, Moustapha Adib a affirmé que l'heure était "à l'action". "En ces circonstances, notamment après la double explosion meurtrière de Beyrouth le 4 août dernier, le temps n'est plus aux paroles, aux promesses ou aux espérances. Le temps est à l'action, avec la coopération de tous, pour que le pays se rétablisse et pour que le peuple retrouve la confiance en l'avenir, car l'inquiétude est grande", a déclaré le Premier ministre désigné qui s'est engagé à former un cabinet "en un temps record". "L'opportunité qui s'offre à nous est mince. Nous voulons former une équipe de travail homogène, formé d'experts et de personnes compétentes, et lancer rapidement, en coopération avec le Parlement, les réformes nécessaires face à la crise économique et financière, avec comme point de départ un accord avec le Fonds monétaire international", a-t-il déclaré. Le Premier ministre désigné mènera, dans ce cadre, les consultations parlementaires non contraignantes mercredi à Aïn el-Tiné, le siège du Parlement étant endommagé après les explosions du port de Beyrouth.

Le Premier ministre désigné réuni avec le président Michel Aoun (c) et le président du Parlement Nabih Berry (g), peu après sa désignation, au palais de Baabda. REUTERS/Mohamed Azakir

Tournée dans les quartiers dévastés de Beyrouth

Juste après son discours, Moustapha Adib s'est dirigé vers les quartiers de Gemmayzé et de Mar Mikhaël, dévastés par cette double explosion qui a fait 190 morts selon un dernier bilan. Lors de cette tournée, il a affirmé à la presse avoir voulu effectuer cette visite "par solidarité" avec les Beyrouthins, soulignant qu'il n'y avait "pas de mots pour exprimer l'ampleur de la dévastation". "Nous espérons que la reconstruction se fera le plus rapidement possible et que les résultats de l'enquête sur les causes de l'explosion puissent être présentés rapidement devant l'opinion publique", a-t-il déclaré. Moustapha Adib s'est entretenu brièvement avec des personnes présentes dans le quartier de Gemmayzé tandis que d'autres ont refusé de lui adresser la parole et ont scandé "Révolution !" à son passage.

Lire aussi

A Gemmayzé, un accueil en demi-teinte au nouveau Premier ministre

La désignation de M. Adib devrait être rejetée par le mouvement de contestation populaire qui a exprimé aujourd'hui son refus de cette candidature, lors d'une manifestation place al-Nour, à Tripoli. Hassan Sinno, membre d'un groupe de la société civile, a averti que celle-ci refuserait tout candidat du système. "Nous ne donnerons pas de temps, comme certains d'entre nous l'ont fait par erreur à Hassane Diab, pour réussir. Nous n'avons plus le luxe du temps", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le Premier ministre désigné lors d'une tournée à Gemmayzé. Photo Ani

Tournée auprès des anciens PM
Il a ensuite entamé une tournée auprès des anciens Premiers ministres, s'entretenant d'abord avec Nagib Mikati. "Il n'y a pas de temps à perdre car les défis sont de taille", a prévenu M. Mikati. "Il faut former un gouvernement en vitesse", a-t-il ajouté. M. Adib s'est ensuite entretenu avec MM. Fouad Siniora, Tammam Salam, Saad Hariri, et son prédécesseur Hassane Diab qui a souligné l'importance d'"une formation rapide du cabinet et une poursuite des réformes lancées par son équipe".

Moustapha Adib reçu par Saad Hariri. Photo Dalati et Nohra

Moustapha Adib s'est recueilli en soirée dans le centre-ville de Beyrouth devant les tombes de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri et ses compagnons, assassinés dans un attentat à la bombe le 14 février 2005.

La désignation de M. Adib intervient quelques heures avant l'arrivée du président français, Emmanuel Macron, attendu dans la soirée à Beyrouth. M. Macron, dont c'est la deuxième visite au Liban depuis la double explosion meurtrière du 4 août, avait pressé les dirigeants libanais de constituer rapidement un "gouvernement de mission" pour sortir le pays de la crise économique et politique.

Lire aussi

Au Liban, la mission (quasi) impossible d’Emmanuel Macron

Le Premier ministre sortant, Hassane Diab, nommé par les partis au pouvoir, avait démissionné le 10 août, après cette double explosion qui a fait au moins 188 morts et dévasté des quartiers entiers de la capitale. Le drame, dû à la présence d'une énorme quantité de nitrate d'ammonium au port de Beyrouth au vu et au su des responsables, a alimenté la colère de la population qui rend la classe politique responsable par négligence et corruption.

M. Macron, comme les autres responsables étrangers qui se sont succédé à Beyrouth depuis, a souligné la nécessité de réformes en profondeur. "Ses exigences sont claires : un gouvernement de mission, propre, efficace, capable de mettre en œuvre les réformes nécessaires au Liban et donc de recevoir un soutien international fort", a souligné une source de l'Elysée.


L'ambassadeur du Liban en Allemagne, Moustapha Adib, a été chargé lundi de former le prochain gouvernement après avoir été désigné Premier ministre à l'issue des consultations parlementaires contraignantes lors desquelles il a obtenu 90 voix sur les 120 députés encore en poste. Dans sa première prise de parole officielle après sa désignation, il a affirmé que l'heure était "à...

commentaires (20)

Contrairement à Diab, Adib ne prétend même pas être indépendant et ne peut pas dissimuler ses liens avec Mikati de sinistre mémoire.

Citoyen libanais

23 h 10, le 31 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • Contrairement à Diab, Adib ne prétend même pas être indépendant et ne peut pas dissimuler ses liens avec Mikati de sinistre mémoire.

    Citoyen libanais

    23 h 10, le 31 août 2020

  • Blanc Bonnet et Bonnet Blanc! Voila le Diab et/ou Adib, cést OMO qui lave plus blanc - Pauvre Liban

    IMB a SPO

    21 h 51, le 31 août 2020

  • Il ne faut pas écouter les partis et travailler sans demander l'aide de Hezbollah

    Eleni Caridopoulou

    21 h 35, le 31 août 2020

  • Il faut quand même remercier Diab, car malgré les pressions exercées, il a démissionné, montrant son sens de la responsabilité face à la catastrophe du Port.

    Esber

    17 h 29, le 31 août 2020

  • Plus diplomate oui , mais Gemmayzé et d'autres ont refusé d'adresser la parole au nouveau Premier ministre car rien ne va changer avec cette caste politique et la justice restera injuste dans notre pays .

    Antoine Sabbagha

    16 h 38, le 31 août 2020

  • Moi je trouve qu’il a une tronche plutôt sympa. Je ne sais pas si c’est suffisant pour faire un bon PM et sauver le pays mais comme on a déjà tout perdu, mieux vaut voir une tête jeune et sympa plutôt que des boumés

    Censuré par l’OLJ

    16 h 08, le 31 août 2020

  • RÉUNION CHEZ BERRY À AIIN EL TINÉ......ÇA COMMENCE BIEN....EX-DIRECTEUR CHEZ MIKATI....DONC IL VA BIEN JUGER MIKATI, HARIRI ET LES AUTRE. C'EST LA MÊME MOULE....DIAB OU ADIB OU DABI.....C'EST LE QUARTÉ DANS LE DÉSORDRE....ÇA RAPPORTE

    Gebran Eid

    16 h 06, le 31 août 2020

  • Non, ça commence de façon tordue : "avec comme point de départ un accord avec le Fonds monétaire international" non! Comme point de départ ça doit être un groupe de ministres qui n' écoutent aucun des partis politiques mais seul l'intérêt de la patrie! Malheur car un autre cabinet Diab se prépare...

    Wlek Sanferlou

    15 h 47, le 31 août 2020

  • MACRON OU PAS, MINISTRES TOMBES DU CIEL OU PAS, SANS POUVOIRS EXCEPTIONNELS RIEN NE SERA FAIT COMME NOUS LE SOUHAITONS.

    Gaby SIOUFI

    15 h 27, le 31 août 2020

  • Lis ce wu écrit le Monde sur le 1er ministre désigné... c est plus que désolant!!! « Le profil de pur technicien de M. Adib, sans poids politique, sans réseaux, sans aura suffisante pour créer une dynamique réformiste, fait déjà craindre le pire aux commentateurs, note le correspondantdu Monde sur place. « Le système se défend alors même qu’il coule,déclarait auprès du journal Emile Hokayem, expert à l’International Institute for Strategic Studies (IISS) à Londres. Désigner Adib, c’est choisir le chef pâtissier du Titanic comme commandant de bord, alors que le navire prend l’eau. Il faudra maintenant attendre la composition du gouvernement pour avoir une meilleure idée de ce qui se passe. »

    Robert Moumdjian

    15 h 15, le 31 août 2020

  • Rien ne vas changer !! Au contraire ...

    Bery tus

    15 h 13, le 31 août 2020

  • "Le Premier ministre désigné mènera, dans ce cadre, les consultations parlementaires non contraignantes mercredi à Aïn el-Tiné." L’adresse choisie dit tout...

    Fadi Chami

    15 h 13, le 31 août 2020

  • Pour avoir une petite chance de teussir il faut absolument qu'il designe un nombre reduit de ministres sans consulter les partis politiques....et si ce gouvernement n'obtient pas l'avale des deputes... il demisionnera ..sinon il va avoir le meme sort de Diab...on a des c... ou pas..il faut les affronter tous yani tous

    Houri Ziad

    15 h 11, le 31 août 2020

  • L’anagramme de diabadib Allo… c’est toi ? Allo… c’est moi ! Oui c’est nous diabadib ! mdr

    Le Point du Jour.

    14 h 57, le 31 août 2020

  • Souhaitons lui du courage, il va en falloir, beaucoup.

    Desperados

    14 h 38, le 31 août 2020

  • tout ca me me semble cuit au presto. est-ce que M Macron a aussi déjà formé le cabinet ? des ministres en action demain matin ? oui, bon, je sais...je rêve.

    Lebinlon

    14 h 33, le 31 août 2020

  • Coup de théâtre et voilà! DIAB changé en ADIB et on est prêt pour faire le beau devant Macron! Un véritable triomphe pour la démocratie libanaise! Nous méritons Quand-même une médaille! Un nouveau Premier ministres proposé par les anciens Premiers ministres! Quel air nouveau: il représente certainement la volonté du peuple qui n’a même pas besoin de s’exprimer pour qu’on le comprenne! Programme? Quel programme? Pour quoi faire? Qui a jamais eu besoin de programme pour gouverner au Liban?

    Fady Abou Hanna

    13 h 53, le 31 août 2020

  • 90 voix sur 120. Les apparences sont sauves. Nous sommes une démocratie. Même si on interdit la presse de couvrir l’évènement... Mousse, bonne chance. Nos espoirs sont avec toi. Mais honnêtement je n’y crois pas. Je ne mets pas du tout tes qualités en doute, bien au contraire, tu es "technocratiquement" très qualifié. Je me méfie surtout des hordes de loups qui t’entourent. Si tu veux changer quelque chose, oublie les théories. Attaques bille en tête le clientélisme et les armes illégales. Le reste suivra tout seul. Allez, vas Mousse, vas, cours, voles et nous venges, et tu entreras dans l’Histoire (avec un grand ‘H’)..

    Gros Gnon

    13 h 45, le 31 août 2020

  • Entre Diab et Adib un beau jeu de lettres pour deux chefs de gouvernements inconnus et qui obéissent à la même caste politique . Choquant et triste .

    Antoine Sabbagha

    13 h 43, le 31 août 2020

  • Merci à Macron. Sans sa visite, nous aurions attendu encore 3 mois ! Espérons que sera formé rapidement un gouvernement formé de personnes honnêtes et compétentes. Mais, comme cela ne s'est jamais vu de mémoire de libanais, peut-être est-ce trop demander ?

    Yves Prevost

    13 h 43, le 31 août 2020

Retour en haut