Rechercher
Rechercher

Gouvernement

Moustapha Adib, personnalité la mieux placée pour succéder à Hassane Diab

Soutenue par les anciens Premiers ministres, la candidature de l'ambassadeur du Liban à Berlin a reçu l’aval du chef de l’Etat et du tandem chiite, et une confortable majorité parlementaire lui est ainsi assurée.

Moustapha Adib, personnalité la mieux placée pour succéder à Hassane Diab

L'ambassadeur du Liban en Allemagne, Moustapha Adib. Photo Wolfgang Kumm/DPA/AFP prise en 2013

Faute de voir formé le « gouvernement de mission » qu’il a appelé de ses vœux avant de quitter le Liban, début août, le président français Emanuel Macron aura probablement la satisfaction de serrer la main, mardi matin, à un nouveau président du Conseil désigné.

En effet, à la veille des consultations parlementaires pour la désignation d’un nouveau chef de gouvernement, les quatre anciens Premiers ministres ont annoncé dimanche, par la voix de Fouad Siniora, que leur choix pour succéder à Hassane Diab au poste de président du Conseil s’est porté sur la personne de l’ambassadeur du Liban à Berlin, Moustapha Adib. Pour ne pas « brûler » cette candidature, les anciens Premiers ministres avaient songé d’abord à ne la rendre publique qu’immédiatement avant le début des consultations parlementaires, qui s’ouvrent lundi matin à Baabda. Toutefois, la candidature de M. Adib ayant reçu l’aval du chef de l’Etat et du tandem chiite, et une confortable majorité parlementaire lui ayant été ainsi assurée, il a paru inutile de la garder secrète plus longtemps.

Le nom de M. Adib avait été avancé en même temps que les noms de Mohammad el-Hout, PDG de la Middle East Airlines, et Ghassan Oueidate, actuel procureur général de Cassation, au poste indiqué, précise notre informateur Mounir Rabih. Toutefois, avancé par Fouad Siniora, le nom de Mohammad el-Hout n’a pas reçu l’aval du chef de l’Etat. Par ailleurs, M. Oueidate, soutenu par l’ancien Premier ministre Saad Hariri, a été jugé plus utile à sa place au sommet de la hiérarchie judiciaire, d’autant que le chef de l’Etat était hostile à sa candidature.

Lire aussi

Nasrallah : Le Hezbollah prêt à discuter d'un nouveau "pacte politique" proposé par Macron

C’est donc le nom de M. Adib (49 ans), un natif de Tripoli, ancien chef de cabinet de Nagib Mikati durant la période où ce dernier était président du Conseil, puis tiré de son poste de professeur à l’Université libanaise pour être nommé, hors cadre, ambassadeur du Liban en Allemagne en 2013, qui a été retenu. La nomination de M. Adib semble ainsi être assurée, et l’on en voit immédiatement les avantages. Venu de la sphère de M. Mikati, elle épargne au pays les exclusives et rivalités opposant les chefs du courant du Futur et du Courant patriotique libre de Gebran Bassil. Ce dernier exigeait de participer au gouvernement si M. Hariri allait lui aussi y participer en personne. Rappelons que le courant du Futur avait avancé, pour la forme, les candidatures des anciens ministres Rachid Derbas, Samir el-Jisr et Raya el-Hassan au poste de Premier ministre.

M. Bassil a présidé hier une réunion du son bloc parlementaire consacrée aux consultations parlementaires d’aujourd’hui et, sans déclarer son appui à M. Adib, a affirmé que son bloc « faciliterait la tâche » de tout nouveau gouvernement qui donnerait la priorité aux réformes structurelles nécessaires au redressement de l’économie et ouvrirait la voie à une assistance internationale. Titulaire d’un doctorat en droit et diplômé en Sciences politiques, ce dernier devrait s’employer à poursuivre l’action de son prédécesseur, en formant une équipe de personnalités compétentes. Mais réussira-t-il à épargner au pays les écueils du clientélisme ? Les prochaines semaines le diront. Reste à dire que, une fois de plus, l’usage l’a emporté sur le texte, et les contacts pris dans les coulisses ont transformé les consultations parlementaires contraignantes en un exercice de pure forme.


Faute de voir formé le « gouvernement de mission » qu’il a appelé de ses vœux avant de quitter le Liban, début août, le président français Emanuel Macron aura probablement la satisfaction de serrer la main, mardi matin, à un nouveau président du Conseil désigné.

En effet, à la veille des consultations parlementaires pour la désignation d’un nouveau chef de...

commentaires (17)

Tous les protagonistes sont d'accord. C'est louche et mauvais signe. Il manquerait plus que le retour de la clique des mousquetaires qui végète là depuis trente ans. Pauvre Liban, il ne s'en sortira jamais de ce tourbillon

Citoyen

18 h 14, le 31 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Tous les protagonistes sont d'accord. C'est louche et mauvais signe. Il manquerait plus que le retour de la clique des mousquetaires qui végète là depuis trente ans. Pauvre Liban, il ne s'en sortira jamais de ce tourbillon

    Citoyen

    18 h 14, le 31 août 2020

  • Adib - Diab Blanc Bonnet - Bonnet Blanc c'est triste

    Le Point du Jour.

    15 h 13, le 31 août 2020

  • JE LE PLAINS. ON LUI RESERVE LE SORT DE DIAB.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 22, le 31 août 2020

  • Il y a 24 permutations des quatre lettres D-I-A-B: essayons les toutes, on finira par y arriver...

    Georges MELKI

    10 h 22, le 31 août 2020

  • Tant que les armes du Hezbollah et autres milices adjacentes restes incontrôlées Ni Diab, ni Adib, ni Abid ou même ... Adibou ne pourront rien faire pour améliorer la situation.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 48, le 31 août 2020

  • Le chef de l'état n'est favorable ni hostile à rien du tout, vu qu'il ne comprend rien à rien, faut chercher ailleurs les donneurs d'ordres.

    Je partage mon avis

    09 h 36, le 31 août 2020

  • Adib, (funeste et comique) anagramme de Diab. Plus ça change, plus ça reste la même chose.

    DC

    09 h 28, le 31 août 2020

  • On n'a jamais vu un diplomate, par nature à l'échine souple, faire un bon premier ministre. Il faut des qualités de chef pour faire un homme d'état! Et puis, depuis quand et où voit-on une brochette d'ex-premiers ministres, plus ou moins intègres (plutôt moins) choisir leur successeur? Ubu, Ubu, serais-tu libanais?

    TORIEL Raphael

    09 h 18, le 31 août 2020

  • Une seule question nous importe maintenant à nous libanais: Mr. Adib sera-t’il le Premier Ministre du Liban ou le “chargé d’affaires” des trois “Patrons” qui, cigare en main, l’ont désigné hier? Pourra-t’il (ou voudra-t’il) mettre en marche une véritable opération “mains propres” dans cette pourriture de gouvernement? Osera-t’il mordre les mains qui lui sont maintenant tendues?

    Fady Abou Hanna

    09 h 18, le 31 août 2020

  • Que va t'il faire ce pauvre Adib ? Ce sera probablement un gouvernement Diab II soutenu par les mêmes corrompus au pouvoir. Pauvre pays...

    La Colère de Zeus

    08 h 53, le 31 août 2020

  • Peu importe, nommé par qui. Il faut être Libanais pur, détaché et sourd aux demandes des corrompus.

    Esber

    06 h 40, le 31 août 2020

  • Excellent choix! Je souhaite plein succès à M. Adib! Quant aux tractations en coulisses, ne nous offusquons pas: ce n'est pas différent ailleurs.

    N.S.

    04 h 41, le 31 août 2020

  • Entre Diab et Adib, une simple permutation des lettres, le fond reste comme tel ! et le diable est toujours derrière ces noms au sense propre comme au sense figuré

    Aboumatta

    03 h 36, le 31 août 2020

  • Moi je retiens qu’une place d’Ambassadeur du Liban à Berlin s’est libérée? Je prends!

    Gros Gnon

    01 h 41, le 31 août 2020

  • Comme si cela allait changer quelque chose ... dommage pour le Liban designer un premier ministre haha lol ... dommage et le pire c’est de le faire quelques heures avant la venue du président français lol cela voudrait dire que l’on peut mais que l’on veut pas si c’est pas forcer par l’étrangers ... pauvre libanais et vous acceptez ça en PLUS C’EST

    Bery tus

    01 h 39, le 31 août 2020

  • Great. Un prosyrien (rappelons-nous qui avait imposé Mikati), pro-Amal comme Premier Ministre. On n'est pas sorti de l'auberge.

    Michael

    01 h 12, le 31 août 2020

  • Bon courage Monsieur car ce n'ai pas facile de faire le premier ministre dans cette bande de vautours

    Eleni Caridopoulou

    01 h 05, le 31 août 2020