Rechercher
Rechercher

Homélie

Raï : Le peuple veut un gouvernement pour sauver le Liban, pas le pouvoir et la classe politique

Le patriarche maronite plaide également pour des législatives anticipées.

Raï : Le peuple veut un gouvernement pour sauver le Liban, pas le pouvoir et la classe politique

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, lors d'une messe à Dimane, le 16août 2020. Photo Ani

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a affirmé dimanche que le peuple veut un gouvernement de sauvetage du Liban, et pas "du pouvoir et de la classe politique", que la rue tient pour responsable de la double explosion qui a ravagé Beyrouth le 4 août dernier, et plaidé en faveur de législatives anticipées.

L'explosion dans le port de Beyrouth a fait 177 morts et plus de 6.500 blessés, dévastant des quartiers entiers de la capitale et alimentant la colère d'une grande partie des Libanais, pour qui cette catastrophe de trop vient une nouvelle fois illustrer l'incurie d'une classe politique accusée de corruption et d'incompétence.

Lire aussi

Hale : Tous les responsables libanais ont une part de responsabilité dans la catastrophe du 4 août

"Les responsables politiques, les groupes parlementaires et les formations politiques se rendent-ils compte de la défiance internationale à leur encontre, de la nécessité de lancer immédiatement le changement, de hâter l'organisation d'élections législatives anticipées sans attendre une nouvelle loi électorale et de former un nouveau gouvernement comme le veut le peuple qui est la source des pouvoirs comme le stipule le préambule de la Constitution ?", a déclaré Béchara Raï lors d'une homélie prononcée à Dimane.

L'éditorial de Issa GORAIEB

Les pièges du mi-chemin

"Le peuple veut un gouvernement de rupture, pas de continuité, qui rompt avec le passé de la corruption nationale, morale et matérielle. Le peuple veut un gouvernement de sauvetage du Liban, pas de sauvetage du pouvoir et de la classe politique. Le peuple veut un gouvernement en harmonie avec lui, pas avec l’étranger, dont les composantes s'entendent sur un projet de réformes. Des réformes pas seulement administratives, mais concernant la décision nationale sur les plans politique, sécuritaire et militaire", a-t-il poursuivi.

Lire aussi

Aoun juge "impossible" de démissionner car cela entraînerait un "vide de pouvoir"

"Que tout le monde sache qu'il n'y a pas de gouvernement d'union nationale sans une véritable unité, qu'il n'y a pas de cabinet de sauvetage sans personnalités capables de sauver le pays et qu'il n'y a pas de gouvernement de consensus sans un consensus sur les réformes. Nous voulons, avec le peuple, un gouvernement de l'État et du peuple libanais, pas un gouvernement de partis, de communautés et de pays étrangers", a conclu sur ce thème le chef de l'Église maronite.

Béchara Raï a également appelé les forces de sécurité à "embrasser et à protéger les jeunes qui se révoltent". "Il n'y a pas de sécurité sans liberté, et pas d'autorité sans le peuple. Nous nous élèverons contre tous les projets préparés au détriment du Liban, comme le patriarcat l'a fait à chaque fois que le pays est en danger. Nous n'accepterons pas que le Liban soit une carte aux mains de pays qui veulent restaurer leur relations au détriment du peuple libanais", a-t-il affirmé.


Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a affirmé dimanche que le peuple veut un gouvernement de sauvetage du Liban, et pas "du pouvoir et de la classe politique", que la rue tient pour responsable de la double explosion qui a ravagé Beyrouth le 4 août dernier, et plaidé en faveur de législatives anticipées. L'explosion dans le port de Beyrouth a fait 177 morts et plus de 6.500...

commentaires (11)

COMMENT ET OU FAUT-IL ALLER LE CHERCHER CE GOUVERNEMENT ? FAUT AVANT TOUT LES DEGAGER TOUS DE MALGRE POUR POUVOIR CONSTITUER ALORS UN GOUVERNEMENT QUI REPONDE AUX ASPIRATIONS DU PEUPLE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 20, le 17 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • COMMENT ET OU FAUT-IL ALLER LE CHERCHER CE GOUVERNEMENT ? FAUT AVANT TOUT LES DEGAGER TOUS DE MALGRE POUR POUVOIR CONSTITUER ALORS UN GOUVERNEMENT QUI REPONDE AUX ASPIRATIONS DU PEUPLE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 20, le 17 août 2020

  • On ne construit pas une nation avec de beaux discours. C’était bien de le faire en sortant de son silence il y a quelques semaines. Mais la suite n’a pas été à la hauteur de l’espérance des libanais surtout chrétiens. Les chrétiens refusent d’être représentés par des énergumènes tels que Aoun, Gabart et Frangié. Ils ne représentent tour à ⎌tour que le pouvoir syrien et iranien. Trêve de bonnes paroles nous en avons plus qu’assez. Nous voulons des positions fermes et des contacts au plus haut niveau pour que les institutions internationales pour discuter du respect de la constitution libanaise que certains ont foulé et que les pays aidant font mine de ne pas être au courant. AUCUN PARTI N’A LE DROIT DE POSSÉDER DES ARMES SUR LE TERRITOIRE LIBANAIS. POINT FINAL TOUS LES PARTIS ONT DÉPOSÉ LEURS ARMES SAUF UN, LE HEZBALLAH, POURQUOI PERSONNE NE REVIENT SUR CE SUJET BRÛLANT ET DEMANDE QUE TOUS LES LIBANAIS SOIENT TRAITÉS À ÉGALITÉ? S’ils sont incapables de le désarmer alors les libanais opteront pour ce parti soit écarté des autres régions libanaises et qu’il joue au coq sur son propre poulailler avec ses partisans qui l’aiment tant. On se réjouit à l’avance de cette séparation qui sera bénéfique pour le Liban et un enfer pour son poulailler.

    Sissi zayyat

    21 h 08, le 16 août 2020

  • Le peuple veut un gouvernement de rupture, pas de continuité, qui rompt avec le passé de la corruption nationale, morale et matérielle. Mgr il faut appeler un chat un chat et pas tourner autour du pot ca s appel un gouvernement civil laic loin des communautés réligieuses .sauvegarderl équilibre des communautés . on a rien à cirer des communautés , on veut un pays civil moderne dont le citoyen est libre de choisir la communauté qu il veut dans les respects des autres .

    youssef barada

    18 h 06, le 16 août 2020

  • Le Patriarche a raison

    Eleni Caridopoulou

    17 h 11, le 16 août 2020

  • LE PATRIARCHE A TOUJOURS CONSULTÉ SES AMIS LES MÊME SLEIMAN FRANGIÉ, GEAGEA, AOUN, BASSIL, AMIN GEMAYEL ET MICHEL SLEIMAN. AUJOURD'HUI IL IL SE REND COMPTE QU'IL EST VISÉ COMME EUX. TROPPO TARDI MON PATRIARCHE...CA NE MARCHE PLUS CES DISCOURS VIDES.

    Gebran Eid

    17 h 07, le 16 août 2020

  • Nous voulons un gouvernement de salut public MAINTENANT ! Tout atermoiement est un crime de haute trahison !

    Yves Prevost

    15 h 47, le 16 août 2020

  • Quand vous passez par un bazar oriental vous pouvez entendre un mauvais enregistrement qui se répète et répète : occasion, occasion : c'est à ce moment là qu'on prie Dieu pour une coupure d'électricité prolongée

    aliosha

    15 h 18, le 16 août 2020

  • ET H.N. NE PARLE QUE DE GUERRE CIVILE DANS SES DISCOURS POUR INTIMIDER ET FAIRE PEUR AU PEUPLE LIBANAIS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 19, le 16 août 2020

  • pour voter ,il faudrait (condition sine qua non ) que se présentent nommément les experts auxquels le peuple fait confiance ; pour choisir ,il faut avoir le choix! J.P

    Petmezakis Jacqueline

    13 h 54, le 16 août 2020

  • Monsieur Le Patriarche. SVP arrêtez de tourner autour du pot et nommez les personnes par leur nom. Cette langue de bois est dépassée après 200 morts, 6000 blessés, Beyrouth Chrétien détruit et début d’émigration massive des chrétiens

    Liberté de Penser

    12 h 38, le 16 août 2020

  • Que Dieu vous entende !!!

    Zeidan

    12 h 13, le 16 août 2020