Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

Aoun juge "impossible" de démissionner car cela entraînerait un "vide de pouvoir"

L'enquête menée par les autorités libanaises prendra plus de temps que prévu en raison de sa "complexité", affirme le chef de l'Etat libanais dans un entretien à la télévision française. 

Aoun juge

Le président libanais, Michel Aoun (au centre sur la photo), lors d'une visite dans le port de Beyrouth, au lendemain de la double explosion dévastatrice du 4 août. Photo ANI

Le président libanais, Michel Aoun, a écarté samedi toute possibilité de démission suite aux explosions dévastatrices dans le port de Beyrouth, qui ont fait jusqu'à présent 177 morts, des dizaines de disparus, ainsi que plus de 6.500 blessés et laissé des centaines de milliers de personnes sans abri. Estimant qu'une telle démission risquerait de créer un "vide de pouvoir", il a encore affirmé que l'enquête menée par les autorités libanaises sur les circonstances de la catastrophe du 4 août était "plus complexe" que ce qu'il avait envisagé et prendrait donc plus de temps que prévu. 

"Il n'y a pas de retard dans l'enquête. Nous avons la volonté de la faire aboutir très rapidement, mais nous avons découvert que la situation est beaucoup plus complexe, ce qui signifie que cette enquête ne pourra pas être aussi rapide qu'on le souhaitait", a déclaré le chef de l'Etat lors d'un entretien avec la chaîne française BFMTV. Il a souligné que le transfert du dossier des explosions devant la Cour de justice, un tribunal pénal d'exception, avait été assuré par le gouvernement "à sa demande". Dans ce cadre, il a souligné que l'instruction a donc été confiée à un juge "indépendant". "Nous voulons absolument désigner les responsables de la corruption et les criminels", a-t-il poursuivi. 

Le gouvernement démissionnaire, chargé de l'enquête administrative sur les explosions du port, avait annoncé le soir-même des explosions que les résultats de cette procédure seraient annoncés "dans les cinq jours". Onze jours plus tard, aucune information n'a encore filtré concernant le rapport du comité de l'exécutif chargé d'enquêter sur les faits. 

Lire aussi

Hale : Tous les responsables libanais ont une part de responsabilité dans la catastrophe du 4 août

Concernant son refus d'une enquête internationale, M. Aoun a souligné que "dans les faits, des experts internationaux sont venus aider, surtout d'un point de vue technique". "Mais il faut aussi enquêter sur les événements externes", a-t-il ajouté, notamment concernant les circonstances dans lesquelles le bateau avait accosté en 2013 au Liban alors qu'il contenait les produits chimiques incriminés dans les explosions. Près de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium ont provoqué le souffle qui a rasé le port et dévasté des nombreux quartiers de la ville. Il a par ailleurs souligné que toutes les hypothèses, à savoir une négligence, un accident ou l'envoi d'un missile, restaient envisagées jusqu'à présent. 

"J'ai compris l'origine de la colère" du peuple
Le président Aoun a par ailleurs écarté toute éventualité d'une démission suite à la catastrophe du 4 août. "C'est impossible car cela conduirait à un vide au niveau du pouvoir", a-t-il déclaré. "Qui assurera le suivi du pouvoir"?, s'est-il interrogé, rappelant que le gouvernement de Hassane Diab avait déjà démissionné, lundi dernier. "Si je démissionnais, il faudrait tout de suite organiser des élections, mais la situation actuelle dans le pays ne permet pas de convoquer un tel scrutin", pour élire un Parlement "qui représenterait vraiment le peuple", a-t-il estimé. 

Il a par ailleurs affirmé avoir bien entendu la colère des Libanais descendus dans la rue pour demander un changement radical du pouvoir et du système en place. "Je suis issu du peuple, on m'appelle le père du peuple, et donc pour moi, c'est très dur d'entendre leurs appels", a-t-il souligné, ajoutant "entendre les douleurs" du peuple. Interrogé par la journaliste française sur les raisons pour lesquelles il ne s'était pas rendu à la rencontre des Libanais après les explosions, Michel Aoun a rétorqué qu'il s'était rendu dans le port. "Je ne pouvais pas vraiment me mélanger au peuple, mais j'ai suivi très attentivement tout ce qu'il se passe, j'en ai tiré une leçon et j'ai compris l'origine de cette colère", a-t-il affirmé. 

Lire aussi

Deux Canadiens tués dans les explosions, trois dépouilles retrouvées dans le port

Après les explosions, des milliers de Libanais sont descendus dans la rue afin de réclamer la démission de toute la classe politique, jugée responsable de la catastrophe et qui a reconnu avoir connaissance de l'existence du nitrate d'ammonium. Les slogans lors des différents rassemblements organisés depuis le 4 août sont très virulents à l'égard du chef de l'Etat. 

Pas d'ingérence française
Concernant les craintes des Libanais vis-à-vis des fonds de soutien que pourrait recevoir l'Etat pour faire face à la catastrophe du 4 août, alors que les dirigeants sont accusés de corruption, le président Aoun a rappelé que lors de la conférence internationale de soutien au Liban, organisée par la France et les Nations Unies, il avait demandé que toute l'aide soit envoyée "là où elle est nécessaire". 

Il a par en outre qualifié la visite du président français Emmanuel Macron à Beyrouth, deux jours après les explosions, de "très positive". Il a souligné qu'il n'avait pas accompagné M. Macron lors de sa visite dans les quartiers détruits de Beyrouth, notamment à Gemmayzé, à la demande du président français. "Il ne voulait pas que je sois là personnellement avec lui", a-t-il ajouté. Il a par ailleurs assuré ne pas s'être senti visé par les propos du chef de l'Etat français concernant la corruption au Liban et la volonté de la France de ne pas "signer de chèques en blanc" au pouvoir. Commentant encore l'annonce du président français concernant les "mesures" qu'il prendrait si, à son retour prévu à Beyrouth le 1er septembre, des réformes n'avaient pas été entamées, Michel Aoun a indiqué ne pas percevoir ces propos comme de l'ingérence de la part de la France. "Nous devons nous assurer de prendre des décisions judicieuses, a-t-il affirmé. Je ne pense pas qu'il y ait d'ingérence dans les affaires libanaises, cela vient de l'amour que porte le président français au Liban. Il a le droit de donner des conseils afin de vérifier que le travail que nous entamons est bien fait", a-t-il dit. "Il y aurait ingérence s'il s'immisçait dans la formation du gouvernement", a-t-il poursuivi. 

Lire aussi

« On a envoyé des pompiers éteindre une bombe atomique »

Lors de sa visite, M. Macron avait rencontré de nombreux acteurs politiques et de la société civile et avait appelé à l'élaboration d'un "nouveau pacte" politique au Liban. 

Et Michel Aoun d'affirmer que le Hezbollah n'était "pas tellement" un Etat dans l'Etat libanais. "Ce n'est pas vrai" que la nomination du Premier ministre dépend du Hezbollah, "elle dépend de la majorité" des nominations faites par les députés lors des consultations parlementaires, a-t-il ajouté. Il a conclu, en répondant à une question concernant la normalisation des relations avec Israël, soulignant que "cela dépend", et qu'il ne pourrait y avoir d'avancée que lorsque "les problèmes" qu'a le pays du Cèdre avec l'Etat hébreu seraient "résolus". 

Jeudi, le président américain Donald Trump avait annoncé un accord pour la normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël. 



Le président libanais, Michel Aoun, a écarté samedi toute possibilité de démission suite aux explosions dévastatrices dans le port de Beyrouth, qui ont fait jusqu'à présent 177 morts, des dizaines de disparus, ainsi que plus de 6.500 blessés et laissé des centaines de milliers de personnes sans abri. Estimant qu'une telle démission risquerait de créer un "vide de pouvoir", il a...

commentaires (39)

LE PROMOTEUR DE DEUX ANS ET DEMI DE VIDE DE POUVOIR POUR ACCEDER A LA CHAISE... QUE CHAQUE LECTEUR COMMENTE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

11 h 42, le 17 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (39)

  • LE PROMOTEUR DE DEUX ANS ET DEMI DE VIDE DE POUVOIR POUR ACCEDER A LA CHAISE... QUE CHAQUE LECTEUR COMMENTE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 42, le 17 août 2020

  • Il faut savoir... Quitter la table... Lorsque l'amour est desservi... Mr Aoun, réécoutez Aznavour, et méditez cette strophe.

    Desperados

    23 h 26, le 16 août 2020

  • La seule choses que votre pouvoir a accomplit; Richard Haas du centre pour relations étrangères la bien dit aujourd'hui sur CNN avec Fareed Zakaria, "UN ÉCHOUEMENT D'ETAT", a failed state.... Votre narcissisme n'a pas de bout.......

    Christian Tabet

    23 h 09, le 16 août 2020

  • Mr Aoun, vous craignez le vide au pouvoir. Mais vous avez été, l'artisan 1er DES vides au pouvoir,1 au gouvernement pour les beaux yeux de votre gendre et 2,à la présidence pour votre retraite dorée. De grâce cessez de nous prendre pour des idiots, please!!!

    DJACK

    18 h 59, le 16 août 2020

  • Mr Aoun, vous craignez le vide au pouvoir. Mais vous avez été, l'artisan 1er DES vides au pouvoir,1 au gouvernement pour les beaux yeux de votre gendre et 2,à la présidence pour votre retraite dorée. De grâce cessez de nous prendre pour des idiots, please!!!

    DJACK

    18 h 37, le 16 août 2020

  • Le président Aoun a par ailleurs écarté toute éventualité d'une démission suite à la catastrophe du 4 août. "C'est impossible car cela conduirait à un vide au niveau du pouvoir", merci notre sauveur. en syrie on est rendu à 400 000 morts qu est ce que soit etre si Assad démissionne ?

    youssef barada

    18 h 14, le 16 août 2020

  • Pas d'ingérence Française mais ingérence iranienne O K

    Eleni Caridopoulou

    17 h 57, le 16 août 2020

  • VIDE AU POUVOIR ? C'EST UNE BONNE NOUVELLE POUR LE LIBAN. ON POURRA RESPIRER UN PEU AU MOINS.

    Gebran Eid

    17 h 09, le 16 août 2020

  • Michel Aoun est comme le Liban. Il n’est plus capable de parler, dépasser par les événements. Trop de guerre derrière la cravate il est maintenant trop fatigué. C’est là fin. Il est temps que le Liban renaît avec un nouveau président, une nouvelle constitution. Il faut effacer les premiers 100 ans qui n’était qu’une déception et un mauvais départ. On ne peut pas faire semblant d’être une démocratie, ou certaines communautés ont quelques avantages de trop, un pays neutre mais qui laisse le Hezbollah s’ingérer à l’étranger pour faire plaisir à une autre communauté, ou les politiciens s’enrichissent en se lançant en politique. La recette est à revoir complètement, par contre il faut faire son choix et aller jusqu’au bout, l’Amérique ou l’Iran là est la question?

    Montana

    15 h 58, le 16 août 2020

  • QUI PARLE DE VIDE DE POUVOIR CELUI QUI A BOYCOTTE LE POSTE DE PRESIDENT POUR DEUX ANS ET DEMI... VIDE DE POUVOIR... N,ACCEPTANT QUE LUI- MEME A CE POSTE AVEC L,APPUI DU HEZBOLLAH. OU ETAIT SON SENTIMENT DE PATRIOTISME ALORS ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 16, le 16 août 2020

  • C’est homme est bien trop âgé pour ce poste. Il est sénile et ne représente aucunement le peuple

    Bashir Karim

    13 h 04, le 16 août 2020

  • Le CPL se prétend le champion de La Défense des droits des chrétiens du Liban. Je lui ferai remarquer que sur les 30 dernières années, il y a eu 2 vagues d’émigration massive des chrétiens du Liban: la première en 1989/1990 et la deuxième depuis un an approximativement. Le seul point commun entre ces deux périodes est la présence de Monsieur Michel Aoun au Palais Présidentiel de Baabda. Je n’accuse personne, je ne critique personne, j’ai trop peur pour mon intégrité physique. JUSTE je constate

    Liberté de Penser

    12 h 35, le 16 août 2020

  • Je viens de regarder l’intégralité de l’interview. Il prend pas de risques, sur aucun plan: le Hezbollah un État dans l’État? « pas tellement ». Que pensez-vous de l’accord israélo-émirati? « c’est un pays indépendant ». Mais concernant le vide du pouvoir, il a pas complètement tort: la transition doit être pensée pour éviter le bordel et les projets nourris par certains (par ex, la répartition en 3 tiers). Sauf qu’on ne voit pas le premier bout de transition. Au risque qu’il parte quand il sera trop tard, genre après moi le déluge.

    Marionet

    11 h 36, le 16 août 2020

  • Il est connu que lorsqu’on nomme par fraude une personne incapable à un poste, cette dernière fait de tout pour masquer son incompétence en s’entourant de gens qualifiés et de personnes à la hauteur de la tâche. Or lui s’est contenté d’accéder au fauteuil et de s’entourer de voleurs incultes et d’élargir la fosse en refusant toute nomination capable de sauver le pays tout en déclamant sa bonne foi et son incapacité à agir. Quant à l’état dans l’état, qu’il nous explique comment une milice se permet de parader avec son armada armé qui compte milliers de vendus habillés en uniforme militaires cousus avec leurs couleurs portant un drapeau autre que celui de la nation sous le nez et la barbe des autorités libanaises et de son armée sans que quelqu’un ne sourcille ou ne trouve quelque chose à redire? Comment se fait il que l’armée reçoit ses ordres de ses mêmes vendus et reste loin du port de l’aéroport et de toutes les frontières pour la paix interne? Pareil pour les nominations de tous les postes clés.La décision revient à ces mêmes vendus et le pays n’en fini pas de souffrir avec son peuple et d’être grignoté avec la bénédiction du genre et du beau père. Si ce n’est un état dans l’état ça y ressemble parce que en fait c’est une dictature dans une république qui a perdu sa souveraineté grâce à la lâcheté et à l’incompétence de son chef qui était censé lui assurer la sécurité, l’eau et l’électricité sans parler de tout le reste. HONTE A VOUS MONSIEUR LE PRÉSIDENT ET À TOUS

    Sissi zayyat

    10 h 47, le 16 août 2020

  • vite vite, allez sur LE NET, ''michel aoun sur BFM TV "" QUESTIONS TRES TRES DIRECTES , REPONSES -SURTOUT EN ARABE ?? - ET DIGNES DU LIBAN NOUVEAU ET DE SON ARCHITECTE

    gaby sioufi

    10 h 17, le 16 août 2020

  • Réussir à balancer, sans ciller, à la fois « On m’appelle le père du peuple » puis son absolu contraire « Je ne pouvais pas me mélanger au peuple » : ne cherchez plus, on l’a notre super président, synthèse entre Staline (funeste « petit père des peuples » ) et Marie-Antoinette. Bientôt, il lancera à la cantonade « Qu’on leur donne des mana’iches », variante locale de « Donnez-leur des gâteaux » . Pauvres de nous, à tous les sens du terme.

    DC

    09 h 18, le 16 août 2020

  • ceci dit il semblerait que le (les) pouvoir(s) tiennent a lier ensemble le sort de 2 ou meme 3 enquetes on devine pourquoi ! alors que pour les citoyens, surtout ceux touches directement par ce crime la seule qu'ils veulent vraiment voir aboutir est la determinations des coupables et le nom de la prison qui va les heberger pour tres tres longtemps ils esperent. Or rien n'est moins sur au train ou va l'enquete.

    gaby sioufi

    09 h 15, le 16 août 2020

  • M. Aoun sait certainement beaucoup de choses que nous ignorons, c'est pourquoi la prudence est de mise. Toutes proportions gardées, l'expérience d'autres pays arabes montre ce qui arrive lorsqu'on coupe la tête du régime, enlève abruptement celui qui tirait toutes les ficelles: le chaos et donc les milices prennent le pouvoir. Je ne suis pas favorable à une démission tant que la succession ne sera pas réglée.

    N.S.

    09 h 14, le 16 août 2020

  • cela a ete ecrit oui, MAIS JE ME DOIS LE REPETER MOI AUSSI TELLEMENT ENORMES SONT LES SORTIES DE AOUN ! OUI C'EST HALLUCINANT !

    gaby sioufi

    09 h 10, le 16 août 2020

  • "Je ne pouvais pas vraiment me mélanger au peuple". Cette phrase résume à elle seule la faillite du mandat.

    Patrick Accaoui

    09 h 08, le 16 août 2020

  • Michel Aoun: "...je suis issu du peuple, on m'appelle le père du peuple...et plus loin..."je ne pouvais pas vraiment me mélanger au peuple..." Il continue à nous couvrir de honte devant le monde entier avec ses déclarations contradictoires d'extraterrestre inconscient...!!! - Michel Aoun, le vide du pouvoir est déjà installé par vous depuis votre éléction du 31 oct. 2016, et a entrainé la catastrophe du 4 août 2020, en plus de tous les autres problèmes que nous devons endurer depuis que vous vous prélassez dans votre palais "présidentiel" ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 12, le 16 août 2020

  • Hallucinant ,il n’a toujours rien compris

    El Khoury,ziad

    07 h 42, le 16 août 2020

  • Une démission entrainerait un vide du pouvoir.. mais Mr le président ce vide, abyssal, existe depuis Octobre 2016 .... Ce vide crée par toute cette caste politique, en raison de calculs pernicieux de tous les hommes politiques , qui pour des raisons diverses, vous ont placé à la tète de l'état et qui se revendiquent comme opposants actuellement. Vous pensez que l'enquête menée par les autorités libanaises sur les circonstances de la catastrophe du 4 août était "plus complexe" que ce que vous envisagiez et prendrait donc plus de temps que prévu, pour votre gouverne sachez qu'il ne s'agit pas d'un banal accident de la route où l'on fait appels à deux experts munis d'appareils photos jetables , nous avons 177 morts et plus de 6000 blessés , votre pseudo premier ministre, nommé après des mois de tergiversations nous avait promis des résultats en 5 jours.. Si comme vous le prétendez on vous appelle "le père du peuple" ayez un minimum de compassion ou à défaut une condescendance de pure courtoisie vis à vis de vos enfants, pas les vrais, les illégitimes dont vous réclamez la paternité, ils vous sauront grés et éviteront de vous ranger dans les poubelles de l'histoire.

    c...

    07 h 15, le 16 août 2020

  • C;est déjà le vide total

    FAKHOURI

    06 h 29, le 16 août 2020

  • Il se donne une semaine pour nommer un premier ministre et deux semaines pour former le gouvernement. Il annonce sa démission des maintenant pour le 15 septembre.

    Zovighian Michel

    06 h 23, le 16 août 2020

  • "Et Michel Aoun d'affirmer que le Hezbollah n'était "pas tellement" un Etat dans l'Etat libanais. "Ce n'est pas vrai" que la nomination du Premier ministre dépend du Hezbollah, "" le fameux LeVice Ki-roule l'auteur de "Aounice au Pays des Misères" même lui n'aurait pu imaginer une telle ignorance, réelle ou probablement feinte, des réalités du pays!!! Monsieur le Fort ne réalise même pas que la taupe barbue lui dicte chaque parole, chaque decision et toutes ses positions... Le jour qu'il réalisera ce sera trop tard pour nous!!!

    Wlek Sanferlou

    05 h 58, le 16 août 2020

  • Confiez-vous une nouvelle fois à la France, elle vous protègera. Et l'Histoire vous épargnera relativement. Monsieur le président, le 4 Août impose un changement accéléré .

    Esber

    05 h 50, le 16 août 2020

  • Avez vous remarque au debut de l'interview a BFMTV la difficulte que Aoun a eu juste pour s'asseoir sur son fauteuil ? Il a souligné que le transfert du dossier des explosions devant la Cour de justice, un tribunal pénal d'exception, avait été assuré par le gouvernement "à sa demande". Tien il ne peut pas parler a quelqu'un au port que Gebran a nomme mais il peut refuser les promotions judiciares et demander a Diab d'envoyer ce dossier chez qui il veut MACRON a le droit de donner des conseils afin de vérifier que le travail que nous entamons est bien fait", MAIS QUAND LE GOUVERNEMENT ET VOUS MEME NE FAITES RIEN DE RIEN QUI Y A T IL A VERIFIER? LA VERITE MONSIEUR LE PRESIDENT DEMISSIONNEZ CAR VOUS ETES LE SEUL A BIEN SAVOIR QUE LE VIDE QUE VOUS AVEZ IMPOSE AU PAYS PENDANT 2 ANS ET DEMI EST BIEN MEILLEUR QUE LES ANNEES QUE VOUS AVEZ PASSE AU POUVOIR IL FAUT DU COURAGE POUR DEMISSIONNER QUESTION: EN AVEZ-VOUS ENCORE ?

    LA VERITE

    04 h 02, le 16 août 2020

  • "... "J'ai compris l'origine de la colère" du peuple ..." - Quelqu'un lui acheté un miroir?

    Gros Gnon

    02 h 14, le 16 août 2020

  • Sénilité quand tu nous tiens...

    Romulus Maximus

    02 h 04, le 16 août 2020

  • J 'ai lu une belle description de Michel Aoun: ' la moule qui s' accroche à son rocher'.

    roquet regine

    01 h 48, le 16 août 2020

  • Et l histoire témoigne que 'le petit père des peuples' a tué des millions de soviétiques ; ce titre est donc plus une accusation qu'une marque d'affection!

    roquet regine

    01 h 45, le 16 août 2020

  • Un vide sain et mieux que votre lourdeur toxique.

    Je partage mon avis

    00 h 40, le 16 août 2020

  • le"père du peuple" est bien fatigué ,la retraite s'impose! J.P

    Petmezakis Jacqueline

    23 h 40, le 15 août 2020

  • "Aoun juge "impossible" de démissionner car cela entraînerait un "vide de pouvoir". Mais le vide existe déjà ! La meilleure preuve est que la première chose que devrait faire le président est de lancer les consultations parlementaires, pour former un gouvernement le plus vite possible, or on attend toujours !

    Yves Prevost

    23 h 07, le 15 août 2020

  • Mais il est vide le pouvoir Michel Aoun il be le sera pas plus si vous partez

    Dolly Talhame

    22 h 58, le 15 août 2020

  • Démissionnez. Sans crainte. Le vide nous fera un grand bien

    Robert Moumdjian

    22 h 57, le 15 août 2020

  • Vous n'avez pas besoin de démissionner. Le peuple va vous chassez.

    carlos achkar

    22 h 50, le 15 août 2020

  • LOOOOOOLLL VIDE DE POUVOIR ?? Parce qu’il pense que sa présence REMPLIT ce pouvoir?? Faut dire plutôt qu’il est AVIDE de pouvoir. Ca colle mieux.

    RadioSatellite.co

    22 h 50, le 15 août 2020