Rechercher
Rechercher

Tribune

Mon Liban, Beyrouth,

Mon Liban, Beyrouth,

Photo AFP

Il est tôt ce matin de l’autre côté de la mer Méditerranée, et je me sens à la fois si près et si loin de toi. Si près de toi, dévasté par l’apocalypse, je ne cesse de regarder sidéré les visages martyrs de mes frères et soeurs. Dans leurs yeux, je devine l’effroi, les larmes. Des frissons surgissent quand je vois ce blessé évacué sur la lunette arrière d’une vieille voiture, cette jeune fille en sang dans les bras de son père, ces habitants sonnés qui courent dans les rues jonchées de gravats, de vitres brisées, de meubles pulvérisés... Si loin de toi, hanté par l’apocalypse, je ne cesse d’imaginer le bruit assourdissant des deux déflagrations qui ne quittent plus les Beyrouthins. Les cris des familles endeuillées et des victimes hébétées se mélangent aux sirènes hurlantes des ambulances au coeur de la nuit. On m’a aussi raconté au téléphone ce silence au petit matin, l’odeur qui se dégageait des ruines fumantes.

Face à ce chaos, je repense à cette phrase du poète libanais Gibran Khalil Gibran : « Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit ». Depuis des mois, tu t’enfonçais à nouveau sur le chemin de la nuit. Il y a les divisions, l’écho des conflits à tes frontières, la corruption, l’impuissance de tes dirigeants, la crise monétaire qui a plongé tes familles dans la misère et puis l’épidémie de coronavirus toujours plus virulente. L’insouciance libanaise, ce remède aux drames de l’histoire, laissait place à la colère et la peur. L’angoisse montait chaque jour un peu plus en moi, comme si tes blessures, mes racines que j’ai quittées à l’âge d’un an et demi, me rattrapaient.

Et puis soudain mardi à 18H10, un tragique nuage gris est monté de ton port, fauchant ton peuple à bout de force. L’épaisse fumée orangée a noyé le ciel de Beyrouth. Elle a remplacé le lointain souvenir tant de fois raconté par ma mère, de cette lumière jaune qui baignait notre appartement du 4e étage sur la corniche face à la mer. Comment ne pas voir dans ces deux explosions le symbole d’un système qui éclate. Comment ne pas entendre le fracas des bombes qui semaient la mort dans tes rues encore marquées par les stigmates de la guerre. Le Premier ministre libanais Hassane Diab promet que les responsables devront « rendre des comptes ». Mais les responsables de qui ? De quoi ? Les responsables de 30 ans d’agonie qui ont fait du pays du Cèdre, le pays des cendres.

On dit de la catastrophe qu’elle est un dénouement tragique. La fin d’un enchaînement de malheurs. Après l’obscurité viendra l’aube. Je connais ta résilience, ta force, ta solidarité qui se nourrissent du mélange des cultures, de cette place si particulière à mi chemin entre le monde arabe et l’Europe. Demain, tu te relèveras comme tu l’as toujours fait. La musique résonnera à nouveau depuis tes fenêtres, les corps danseront sur tes terrasses, les parfums s’échapperont de tes cuisines. Je serai là.

Par Mika, artiste.


Il est tôt ce matin de l’autre côté de la mer Méditerranée, et je me sens à la fois si près et si loin de toi. Si près de toi, dévasté par l’apocalypse, je ne cesse de regarder sidéré les visages martyrs de mes frères et soeurs. Dans leurs yeux, je devine l’effroi, les larmes. Des frissons surgissent quand je vois ce blessé évacué sur la lunette arrière d’une vieille...

commentaires (14)

JE ME DEMANDE QUAND MES COMPATRIOTES SERONT ENFIN HUMBLES & CORRECTS, LE MOINS QU'ON PUISSE DIRE?! MIKA A EU LA GENTILLESSE DE NOUS ADRESSER CE BEAU TEXTE QUI SORT DROIT DU COEUR ET CERTAINS NE VOIENT EN LUI QU'UN 'RICHE' QUI DEVRAIT PLUTOT NOUS ENVOYER DES SOUS!! FRANCHEMENT (ET QUI VOUS DIT QU'IL NE PENSE PAS A UN CONCERT PAR EXEMPLE POUR LEVER DES FONDS OU AUTRE)!! ALORS ARRETONS PAR PITIE DE FAIRE DES PROCES D'INTENTIONS, DE NOUS PLAINDRE & DE MENDIER & PRENONS TOUS ENSEMBLE -BON SANG- NOTRE DESTIN EN MAIN, POUR ENFIN CREER UNE NATION DIGNE DE CE NOM!

Rula Rais

13 h 53, le 11 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • JE ME DEMANDE QUAND MES COMPATRIOTES SERONT ENFIN HUMBLES & CORRECTS, LE MOINS QU'ON PUISSE DIRE?! MIKA A EU LA GENTILLESSE DE NOUS ADRESSER CE BEAU TEXTE QUI SORT DROIT DU COEUR ET CERTAINS NE VOIENT EN LUI QU'UN 'RICHE' QUI DEVRAIT PLUTOT NOUS ENVOYER DES SOUS!! FRANCHEMENT (ET QUI VOUS DIT QU'IL NE PENSE PAS A UN CONCERT PAR EXEMPLE POUR LEVER DES FONDS OU AUTRE)!! ALORS ARRETONS PAR PITIE DE FAIRE DES PROCES D'INTENTIONS, DE NOUS PLAINDRE & DE MENDIER & PRENONS TOUS ENSEMBLE -BON SANG- NOTRE DESTIN EN MAIN, POUR ENFIN CREER UNE NATION DIGNE DE CE NOM!

    Rula Rais

    13 h 53, le 11 août 2020

  • c 'est bien ,enfant du liban; mais quand ses parents meurent de faim ,de chomage ,de désastre ,de terreur cachée ,on crie au secours ,on réclame l'aide de ceux qui peuvent ,on fait appel aux riches ,aux amis etc ,bref ,on parle plus fort ;meme si tes paroles vont droit au coeur ,elles ne suffisent pas; merci quand meme J.P

    Petmezakis Jacqueline

    20 h 01, le 10 août 2020

  • TRES BEAU TEXTE AVEC UNE ERREUR SEULEMENT : l’impuissance de tes dirigeants, NON MR MIKA , ILS NE SONT PAS IMPUISSANTS ILS SONT MEME TROP PUISSANTS LE SEUL PROBLEME EST QU'ILS NE S'INTERRESSENT PAS AU PEUPLE MAIS A LEURS SIEGES ET A LEURS POCHES LE VIEUX AOUN A TENU LE PAYS 2 ANS ET DEMI SANS PRESIDENT AVEC SON MOI OU PERSONNE, A SIGNE AVEC HARRIRI ET GEAGEA DES ACCORDS QUE SON BEAU FILS A VITE FAIT DE DECHIRER POUR AVOIR TOUTES LES DECISIONS DU PAYS FAITES PAR LUI ET EN COORDINATION AVEC L'ENTERRE SOUS TERRE DEPUIS 2006 MAIS QUI S'AGITE A LA TELEVISION CHAQUE QUELQUES SEMAINES A PART CETTE PHRASE VOTRE TEXTE EST SI BEAU QUE JE L'AI DEJA FORWARDE A PLUSIEURS DE MES AMIS A L'ETRANGER MERCI

    LA VERITE

    03 h 22, le 10 août 2020

  • Merci ❤️??

    Chaden Maalouf Najjar

    00 h 19, le 10 août 2020

  • Merci Mika. Tu es une grande fierté pour nous, de par ton art et ton attachement à ton pays de naissance.

    Zakariah

    23 h 20, le 09 août 2020

  • Merci Mika

    Ziad Moukarim

    20 h 36, le 09 août 2020

  • Merci cher Mika, mais beaucoup de vos frères libanais veulent que vous leur rendiez visite maintenant, sans attendre des jours meilleurs où "les corps danseront sur les terrasses" de votre chère Beyrouth et "les parfums s'échapperont" de ses cuisines.

    Fadi Harouny

    20 h 24, le 09 août 2020

  • Gibran Khalil Gibran : « Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit »........le Grand libanais immigré qui avait le nectar de sa Patrie dans ses veines!!

    Wlek Sanferlou

    17 h 59, le 09 août 2020

  • Merci pour tes mots Mika.

    JiJii

    17 h 32, le 09 août 2020

  • Merci Mika ! Les Libanais sont fière de toi !

    Aboumatta

    16 h 34, le 09 août 2020

  • merci ce sont des paroles d ange merci mika tu es un ange

    youssef barada

    15 h 31, le 09 août 2020

  • L’humain a parlé et avec lui et nos compatriotes de l’étranger vont enfin se pencher sur le Liban

    PHENICIA

    14 h 07, le 09 août 2020

  • Mine de rien, ça fait du bien. Merci Mika pour ce billet émouvant.

    Marionet

    13 h 21, le 09 août 2020

  • Merci Mika

    RadioSatellite.co

    12 h 55, le 09 août 2020