Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

Ferneini, membre du conseil municipal de Beyrouth, s’insurge contre le chaos dans la gestion des secours étrangers


Ferneini, membre du conseil municipal de Beyrouth, s’insurge contre le chaos dans la gestion des secours étrangers

Le port de Beyrouth, dévasté par une double explosion, mardi 4 août. REUTERS/Hannah McKay

La polémique autour de la gestion chaotique des secours envoyés par divers pays pour aider le Liban face à la catastrophe de la double explosion, au port de Beyrouth, mardi, n’en finit plus de grossir.

Aujourd’hui, c’est Gaby Ferneini, membre du conseil municipal de Beyrouth, qui crie sa colère. « Il y a une très grande désorganisation dans la gestion des secours envoyés par l’étranger !L'armée a concentré la coordination à Yarzé, mais il faudrait aussi une coordination avec la municipalité de Beyrouth », explique-t-il à L’Orient-Le Jour.

Des pompiers venus de Marseille ont dû patienter deux jours à l’ambassade avant d’obtenir l’autorisation d’entrer sur le site du port, révèle-t-il. Et des pompiers envoyés par la ville de Limoges ont passé une nuit à l’aéroport, en attendant d’être accueillis par quelqu’un. Ce n’est qu’aujourd’hui que ces secouristes ont pu se mettre à pied d’œuvre, précise M. Ferneini.

« Certains membres du conseil municipal de Beyrouth ressentent une grande colère, il va y avoir des démissions », ajoute-t-il.

Vendredi, c’est l’annonce, par une équipe de bénévoles français de l’ONG Secouristes sans frontières, que son opération avait été annulée à la dernière minute, qui avait suscité un tollé sur les réseaux sociaux.

Plus de 60 personnes sont toujours portées disparues à Beyrouth, quatre jours après l'explosion au port qui a dévasté la capitale et tué plus de 150 personnes, a indiqué samedi un responsable du ministère libanais de la Santé. "Le nombre de morts s'élève à 154, dont 25 qui n'ont pas encore été identifiés", a affirmé ce responsable. "En outre, nous avons 60 personnes toujours portées disparues", a-t-il précisé à l'AFP. Le ministère avait affirmé vendredi qu'au moins 120 des plus de 5.000 personnes blessées par l'explosion de mardi, étaient toujours dans un état critique.



La polémique autour de la gestion chaotique des secours envoyés par divers pays pour aider le Liban face à la catastrophe de la double explosion, au port de Beyrouth, mardi, n’en finit plus de grossir.

Aujourd’hui, c’est Gaby Ferneini, membre du conseil municipal de Beyrouth, qui crie sa colère. « Il y a une très grande désorganisation dans la gestion des secours envoyés...