Rechercher
Rechercher

Migrants

MSF et Sea-Watch s’allient pour reprendre les sauvetages en Méditerranée

L’organisation humanitaire Médecins sans frontières et l’ONG allemande Sea-Watch ont annoncé hier le lancement imminent d’une mission commune de sauvetage de migrants en Méditerranée, où aucun navire humanitaire n’opère depuis début juillet alors que les embarcations fuyant la Libye et la Tunisie se multiplient. Les deux organisations doivent embarquer à bord d’un nouveau navire, le Sea-Watch 4, actuellement amarré en Espagne dans le port de Borriana. « On espère pouvoir quitter l’Espagne autour du 10 ou à la mi-août », a expliqué Hassiba Hadj Sahraoui, chargée des questions humanitaires chez MSF, qui fournira une équipe médicale pour compléter l’équipage navigant mis sur pied par Sea-Watch. La mission est « essentielle », car « actuellement, il n’y a aucun navire d’ONG en mer », a-t-elle rappelé. Dernier navire revenu de Méditerranée centrale, l’Ocean Viking – affrété par l’ONG SOS Méditerranée – a débarqué en Sicile début juillet avec 180 migrants, avant d’être immobilisé par les autorités italiennes pour des « raisons techniques ». Avant cette dernière mission, MSF avait travaillé pendant quatre ans avec SOS Méditerranée, au cours desquels les deux ONG estiment avoir sauvé quelque 30 000 personnes fuyant la Libye. Mû par « l’impératif humanitaire », MSF souhaitait continuer les sauvetages malgré la fermeture des ports italiens et maltais aux migrants, tandis que SOS Méditerranée estimait à l’époque que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies. Nouveau partenaire de MSF, Sea-Watch est connue pour le coup d’éclat de l’ancienne capitaine du Sea-Watch 3 : en juin 2019, Carola Rackete avait accosté de force sur l’île de Lampedusa pour débarquer une quarantaine de migrants, en dépit de l’interdiction émise par les autorités italiennes.



L’organisation humanitaire Médecins sans frontières et l’ONG allemande Sea-Watch ont annoncé hier le lancement imminent d’une mission commune de sauvetage de migrants en Méditerranée, où aucun navire humanitaire n’opère depuis début juillet alors que les embarcations fuyant la Libye et la Tunisie se multiplient. Les deux organisations doivent embarquer à bord d’un nouveau...

commentaires (0)

Commentaires (0)