Rechercher
Rechercher

Nominations

Retour à la case départ ?

Sur recours de Michel Aoun, le Conseil constitutionnel invalide la loi sur le mécanisme de désignation des fonctionnaires de première catégorie.


Retour à la case départ ?

L’entrée du Conseil constitutionnel. Photo ANI

Se dirige-t-on vers un retour à la case départ en matière de nominations ? Des milieux politiques se sont posé la question à la lumière du jugement rendu hier par le Conseil constitutionnel (CC). En effet, sur un recours présenté par le chef de l’État, Michel Aoun, le CC a invalidé la loi prévoyant un mécanisme bien défini pour la nomination des fonctionnaires de première catégorie, adopté par le Parlement le 28 mai dernier. Le texte en question confiait à un comité, formé du président du Conseil de la fonction publique, du ministre d’État pour le Développement administratif et du ministre concerné, la tâche d’interviewer les candidats à une fonction de première catégorie et d’en présélectionner trois. Le ministre concerné devrait par la suite remettre au Conseil des ministres les noms de candidats admis, parmi lesquels le fonctionnaire devait être choisi. Aux yeux du président Aoun, cette démarche allait à l’encontre de la Constitution, d’où sa demande de l’annuler.

Pour rappel, le président lui-même avait plaidé pour qu’un texte de loi définisse le mécanisme de nomination des fonctionnaires de première catégorie afin de lui donner un caractère contraignant. Le bloc de la République forte, parrainé par les Forces libanaises, avait saisi au vol cette demande et présenté une proposition de loi allant dans ce sens. Un texte auquel le leader du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, n’avait pas tardé à exprimer son opposition, faisant savoir que son parti compte présenter un recours en invalidation contre le projet de loi, dans la mesure où il va à l’encontre de la Constitution, notamment en ce qui concerne le rôle du ministre et ses prérogatives en matière de nominations (articles 64, 65 et 66). Une démarche que le président Michel Aoun a fini par adopter.

Lire aussi

Le Conseil constitutionnel invalide le mécanisme de nominations

Quoi qu’il en soit, après avoir demandé la suspension de l’application de la loi en question, le 9 juillet, le CC a décidé hier, à l’unanimité de neuf juges présents (Élias Bou Eid s’étant absenté pour des raisons de santé), d’abolir la loi.

Une source informée confie dans ce cadre à L’Orient-Le Jour que le texte comprend de « flagrantes » entorses à la Constitution, notamment aux articles 64, 65 et 66. Ceux-ci accordent au Conseil des ministres la prérogative de nommer les fonctionnaires au sein des administrations et d’accepter leur démission conformément aux textes de lois en vigueur, notamment au code de la fonction publique de 1959. L’article 66 précise, d’ailleurs, qu’il revient au ministre de diriger son administration. Il en est responsable devant la Chambre des députés.

À la faveur de cette logique, des proches du dossier estiment que la loi invalidée hier empiète sur les prérogatives du ministre concerné, impliquant le ministère d’État pour le Développement administratif, alors que cela ne figure pas dans les textes constitutionnels. Dans les mêmes milieux, on fait également savoir que la loi invalidée hier va à l’encontre d’une décision émise le 29 septembre 2001 par le CC. Ce texte stipule, en substance, qu’il ne faut pas limiter les prérogatives du ministre et du Conseil des ministres en matière de nomination, « notamment quand il s’agit de sujets essentiels tels que définis par la Constitution ».

En face, dans les milieux hostiles au pouvoir en place, on tient à rappeler que la démarche de nominations telle que prévue dans la loi élaborée par le vice-président des FL, Georges Adwan, garde au ministre le privilège de proposer les noms au gouvernement. Mais elle fixe les modalités de désignation des fonctionnaires. Il s’agit donc d’une façon de mettre fin à la logique de partage du gâteau et au clientélisme, ajoute-t-on dans ces milieux.

Sous un angle politique…

Au vu du contexte dans lequel elle est intervenue, la décision du CC est à analyser sous un angle éminemment politique. Et pour cause : à travers cette décision, le tandem Baabda-CPL a marqué un point face à ses adversaires, notamment les FL, dont le bloc parlementaire a présenté la proposition de loi et avec qui les rapports sont totalement gelés depuis des mois. Toutefois, May Chidiac, ancienne ministre d’État pour le Développement administratif, qui avait œuvré pour la mise en application d’un mécanisme de nominations, assure à L’OLJ que les FL continueront d’œuvrer à l’adoption d’une démarche axée sur les seuls critères du mérite et de la compétence, loin du pouvoir discrétionnaire des partis politiques. Soulignant qu’elle n’est pas étonnée par l’invalidation de la loi, elle ne cache pas ses craintes quant à un partage d’influence dans la prochaine phase.

Le décryptage de Scarlett Haddad

Marie-Claude Najm : Je continuerai à élever la voix pour que les lois sur la lutte contre la corruption soient adoptées

A contrario, la présidence de la République est naturellement satisfaite de la décision du CC. Interrogé par L’OLJ, Salim Jreissati, conseiller du chef de l’État, explique que « la sentence du CC a été très amplement justifiée et motivée. Elle a porté sur tous les recoins de la loi en question, qui a été invalidée à cause des liens de connexité entre ses divers articles ». Et d’ajouter : « Le CC a dit son mot. Et ses décisions sont contraignantes pour toutes les instances de l’État, y compris les pouvoirs judiciaire, législatif et exécutif. » M. Jreissati a, sur le fond, déploré que « des gens se désistent de plus en plus de la Constitution et de l’accord de Taëf, alors qu’ils en étaient “les instigateurs”, pour élaborer une loi qui va à l’encontre de la Constitution ». « C’est ce que le CC a rappelé de la façon la plus solennelle qui soit », a-t-il conclu.


Se dirige-t-on vers un retour à la case départ en matière de nominations ? Des milieux politiques se sont posé la question à la lumière du jugement rendu hier par le Conseil constitutionnel (CC). En effet, sur un recours présenté par le chef de l’État, Michel Aoun, le CC a invalidé la loi prévoyant un mécanisme bien défini pour la nomination des fonctionnaires de première...

commentaires (5)

PAS D,ESPOIR DE CHANGEMENT. ILS BROUTENT TOUS LA MEME HERBE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 50, le 23 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • PAS D,ESPOIR DE CHANGEMENT. ILS BROUTENT TOUS LA MEME HERBE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 50, le 23 juillet 2020

  • " ... le tandem Baabda-CPL a marqué un point face à ses adversaires, notamment les FL, dont le bloc parlementaire a présenté la proposition de loi ..." Vous le pensez vraiment? Les FL présentent un projet de loi adopté la majorité parlementaire pour empêcher le clientélisme, favoritisme, corruption, etc... et le CPL le contre. Nous avons ici un parti qui travaille pour reformer et changer, avec preuve a l'appui, et un autre qui se gratte les tnuts a longueur de journée accusant tous les autres de ne pas le laisser travailler alors qu'il ne fout rien mais au contraire défend toute reforme de se faire. Dans ce cas je dirais: FL: +1% aux prochaines élections CPL: -1% aux prochaines élections Quand a la décision du CC, nous nous permettons d'avoir des réserves sur ses membres et son fonctionnement puisqu'ils ont été eux même choisi par le système corrompu en place.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 35, le 23 juillet 2020

  • TITI... TITI...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 01, le 23 juillet 2020

  • O TRES GRAND PEUPLE DU LIBAN REJOUIS TOI, TON PAPA HABITANT BAABDA A GAGNE LA BATAILLE DE LA VRAIE DEMOCRATIE. BIEN ENTENDU CELA, RASPOUTINE L'A RAPPELE LUI LE JURISTE FIER DE CES FAITS .

    gaby sioufi

    08 h 15, le 23 juillet 2020

  • La Constitution, est-elle respectée de A à Z? Le rôle et les devoirs de chef d'état sont-elles accomplies à la lettre selon la Constitution ? On s'en sert quand ça nous arrange, et on l'oublie quand on en abuse. Bande de corrompus.

    Chahine

    04 h 16, le 23 juillet 2020