Rechercher
Rechercher

Agression de Wassef Haraké

Le bâtonnier de Beyrouth réclame la démission du ministre Moucharrafiyé

Melhem Khalaf dénonce "des dérives sécuritaires sans précédent". 
Le bâtonnier de Beyrouth réclame la démission du ministre Moucharrafiyé

Le bâtonnier de Beyrouth, Melhem Khalaf. Photo Michel Sayegh

Le bâtonnier de Beyrouth, Melhem Khalaf, a appelé mardi le ministre des Affaires sociales et du Tourisme, Ramzi Moucharrafiyé, à présenter "immédiatement" sa démission, estimant qu'il protège les agresseurs de l'avocat et activiste Wassef Haraké, qui s'était fait tabasser il y a une dizaine de jours à Beyrouth. Lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il a condamné "les attaques de ces derniers mois contre des médecins, des journalistes, des juges et des avocats", M. Khalaf a dénoncé des "dérives sécuritaires sans précédent".

S'en prenant au ministre des Affaires sociales, il l'a accusé d'avoir eu "connaissance" de l'agression et de ne rien avoir fait pour l'empêcher, soulignant que les agresseurs étaient "sous sa protection". Il a notamment soulevé le fait que ces individus avaient utilisé une voiture relevant du ministère "pour accomplir leur opération et la préparer" et qu'ils étaient armés. "Ces armes appartiennent-elles au ministère, à toi ou à eux ?", a lancé M. Khalaf, à l'attention de Ramzi Moucharrafiyé. Il a encore dénoncé une attaque visant à "museler" l'activiste. "Nous allons suivre de près ce dossier", a-t-il prévenu, affirmant que le barreau ne permettrait pas que cette affaire soit abandonnée en cours de route. "Nous ne craignons pas de prendre position ou de nous opposer à certaines influences", a-t-il poursuivi.

Pour mémoire

En réactivant la fibre communautaire, l’establishment politique malmène la contestation populaire


L'ancien ministre du Tourisme, Michel Pharaon, a lui aussi appelé M. Moucharrafiyé à la démission. "Le ministère du Tourisme a été créé dans le but de montrer le visage civilisé du Liban (...), a écrit M. Pharaon sur Twitter. Malheureusement, le ministère a été kidnappé et s'est transformé en un outil de la répression, la terreur et les attaques contre les citoyens. Que le ministre démissionne sur le champ."  

De leur côté, le groupe de la société civile Beyrouth Madinati a appelé à "un sit-in ouvert" devant le siège du ministère du Tourisme à Hamra, afin de réclamer "la démission de M. Moucharrafiyé et sa traduction devant la justice pour attaque contre les révolutionnaires". Une centaine de personnes ont répondu à l'appel dans la soirée. 

Le 3 juillet dernier, alors qu'il quittait les locaux de la Voix du Liban dans le quartier d'Achrafieh à Beyrouth, Wassef Haraké a été agressé, selon son récit, par quatre personnes qui circulaient à motocyclettes. Il a été frappé au moyen d'"objets tranchants" et ses assaillants ont tenté de lui dérober son téléphone portable.

Voiture du ministère du Tourisme
L'enquête des FSI avait permis l'arrestation de six Libanais et révélé qu'une des voitures qu'ils utilisaient était immatriculée au nom du ministère du Tourisme. Lors de cette arrestation, les agresseurs avaient tiré en direction des policiers, blessant l'un d'entre eux à la tête, selon le communiqué publié lundi par les FSI. Les agresseurs avaient avoué avoir mené cette attaque contre l'activiste en représailles d'un sit-in organisé par ce dernier au sein du ministère des Affaires sociales, il y a plusieurs semaines, et qu'ils appartenaient au Parti démocratique libanais (PDL) du député druze Talal Arslane, auquel le ministre Moucharrafiyé est affilié. 

En fin de semaine dernière, Wassef Haraké avait annoncé, lors d'une émission télévisée, qu'il allait porter plainte contre le PDL, Talal Arslane et le ministre Moucharrafiyé. Lors de cet entretien, il avait indiqué avoir été suivi par ces hommes armés pendant une semaine.
Le ministre du Tourisme et des Affaires sociales avait pour sa part annoncé vendredi dernier qu'il avait porté plainte contre les agresseurs de Wassef Haraké, et la veille, il avait démenti des informations selon lesquelles l'agression de l'avocat serait liée à une action menée par le mouvement de contestation dans un bâtiment du ministère des Affaires sociales, à laquelle M. Haraké avait participé. Le chef du PDL, Talal Arslane, avait de son côté affirmé qu'il ne "cache pas les personnes impliquées" dans cette agression "inacceptable".


Le bâtonnier de Beyrouth, Melhem Khalaf, a appelé mardi le ministre des Affaires sociales et du Tourisme, Ramzi Moucharrafiyé, à présenter "immédiatement" sa démission, estimant qu'il protège les agresseurs de l'avocat et activiste Wassef Haraké, qui s'était

commentaires (11)

Bravo Mr Khalaf vous êtes le courage même la lueur dans l obscurité de ce pays . Nous vous soutenons tous . Bravo .

Leyla Habib

23 h 47, le 14 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Bravo Mr Khalaf vous êtes le courage même la lueur dans l obscurité de ce pays . Nous vous soutenons tous . Bravo .

    Leyla Habib

    23 h 47, le 14 juillet 2020

  • JE VOTE MR KHALAF POUR LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE D’UN LIBAN SOUVERAIN LIBRE ET INDÉPENDANT ... QUI EST AVEC MOI ?

    Bery tus

    21 h 39, le 14 juillet 2020

  • RECLAMEZ LE DEPART DE TOUTES LES CLIQUES QUI GOUVERNENT CE PAUVRE PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 37, le 14 juillet 2020

  • Pour un ministre du "tourisme " il ne fait pas bon partir en vacances avec lui ...

    c...

    20 h 10, le 14 juillet 2020

  • Vous méritez la plus haute distinction! Au milieu du gâchis qu'est devenu le Liban, vous êtes la lucarne, la lueur qui donne l'espérance contre tout désespoir, surtout des plus démunis! Vous êtes l'exception à la règle! Celle de l'escroquerie, la corruption,la malhonnêteté! Cher Maître, que Dieu vous préserve de vos détracteurs et des ennemis de votre intégrité! Félicitations du coeur! Bon courage et bonne chance!

    Zaarour Beatriz

    19 h 17, le 14 juillet 2020

  • Les corrompus pris au piège. Merci pour les services de sécurité. Et les parrains dévoilés. Oui, le faux technocrate.

    Chahine

    16 h 10, le 14 juillet 2020

  • C’est Talal Arslane qu’il faut traîner en Justice pour ces actes. Ses sbires doivent être sévèrement punis pour que les autres abadaye des zaims comprennent qu’il n’y a pas d’impunité. Malheureusement nous avons un gouvernement de guignols à la solde de ces zaims. On tourne donc en rond malgré l’excellente initiative de monsieur le bâtonnier

    Liberté de Penser

    14 h 53, le 14 juillet 2020

  • GRAND MERCI M.KHALAF QUE DIEU VOUS GARDE.

    Gebran Eid

    14 h 53, le 14 juillet 2020

  • SI À LA PLACE DU M. HARAKÉ, SE TROUVAIT DES MOUTONS DE AOUN ? LÀ, LE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR, SANS ENQUÊTE NI PROCÈS AURAIT FAIT QUOI ? PAS DIFFICILE À DEVINER NON ? MAIS AOUN EST SILENCIEUX, M. HARAKÉ N'EST PAS DE SON CÔTÉ MAIS LES AGRESSEURS LE SONT. "CELUI QUI N'EST PAS CONTENT QU'IL QUITTE LE PAYS" MAIS LES GENS N'ONT MÊME PLUS LES MOYENS DE QUITTER LE PAYS. LEURS ARGENT EST VOLÉS.

    Gebran Eid

    14 h 51, le 14 juillet 2020

  • Excellente initiative qui redonne une lueur d'espoir à notre peuple meurtrit... Bon courage

    Wlek Sanferlou

    13 h 46, le 14 juillet 2020

  • “L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité; seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine; seul l’amour le peut.” Martin Luther King Melhem Khalaf, vous êtes l’un des rares rayons de lumière et d’amour dans notre pays capables de chasser cette obscurité et cette haine.

    Agenor

    13 h 44, le 14 juillet 2020