Rechercher
Rechercher

Crise de l'enseignement supérieur

Le gouvernement Diab est "le pire de l'histoire du Liban", souligne le président de l'AUB

Le cabinet devrait continuer à soutenir les universités libanaises afin de produire "de vrais technocrates, éduqués et capables", a déclaré Fadlo Khuri lors d'un webinaire. 

Le gouvernement Diab est

Le président de l’AUB, Fadlo Khuri, en juin 2020. Photo Patricia Khoder

Le président de l'Université américaine de Beyrouth (AUB), Fadlo Khuri, a qualifié samedi l'équipe ministérielle de Hassane Diab de "pire gouvernement de l'histoire du Liban" pour ce qui a trait au soutien qui devrait être apporté à l'enseignement supérieur, alors que ce secteur, à l'instar de tous les autres, est frappé par les répercussions de la profonde crise économique et financière que traverse le pays. 

"En ce qui concerne la compréhension de l'importance de l'enseignement supérieur et le soutien à ce secteur, le gouvernement actuel est le pire de l'histoire du Liban", a lancé M. Khuri lors d'un webinaire organisé avec le groupe de réflexion Middle East Institute, basé à Washington, et diffusé sur la chaîne al-Arabiya. "Le secteur est en danger", a-t-il dénoncé. Il a indiqué que si l'AUB pouvait s'en sortir, grâce notamment à ses ressources se trouvant à l'étranger, ce n'est pas le cas d'autres universités libanaises. Il a notamment cité le cas de l'Université arabe de Beyrouth, "une des rares très bonnes universités du pays", dont le président a estimé, lors d'une réunion de responsables académiques avec le gouvernement, qu'elle pourrait encore tenir le coup un an dans la situation actuelle, mais pas plus. Mais "ce gouvernement ne se soucie pas du tout de l'enseignement supérieur, a-t-il déclaré. Et s'il ne s'en soucie pas, cela signifie qu'il ne se soucie pas non plus de l'enseignement en général et donc de notre pays". 

"De vrais technocrates"
Le cabinet devrait continuer à soutenir l'AUB et les autres universités libanaises afin de produire "de vrais technocrates, éduqués et capables", a encore lancé le président de l'AUB, estimant que le gouvernement actuel n'est pas composé de technocrates indépendants, contrairement à ce qu'avait promis Hassane Diab, avant de former une équipe ministérielle soutenue par plusieurs grandes formations politiques comme le Courant patriotique libre (aouniste), le Hezbollah et le mouvement Amal. 

Lire aussi

Entre Hassane Diab et l’AUB, le torchon brûle

Le président de l'AUB a encore appelé le gouvernement à "discuter" avec son établissement afin de fournir un calendrier de paiement des subventions dues par l'Etat, qui s'élèvent à plus de 150 millions de dollars.

Sans se référer explicitement aux propos de M. Khuri, le ministre de l'Education et de l'Enseignement supérieur, Tarek Majzoub, a affirmé dans un tweet, publié dans l'après-midi, que le gouvernement "a commencé à trouver des solutions à des problèmes chroniques pour lesquels les étudiants ont payé le prix pendant des années". 

Alors que l’Université américaine de Beyrouth (AUB) connaît une crise financière sans précédent, l’obligeant à licencier près de 25 % de son personnel, Hassane Diab mène une action en justice contre la prestigieuse institution en vue d’obtenir une compensation financière. Nommé Premier ministre en décembre 2019, il était professeur à la faculté de génie et ancien vice-président des programmes externes régionaux à l'université. Une source à l’AUB a confirmé cette information à L’Orient-Le Jour, soulignant que M. Diab "a présenté un recours il y a deux jours devant le juge des référés de Beyrouth". Les avocats de M. Diab ont toutefois affirmé que "ce qui est mentionné dans l'information (d'al-Arabiya, ndlr) est incorrect dans les faits, ne tient pas la route sur le plan du droit, et ne correspond sûrement pas au recours présenté par notre client devant le juge des référés de Beyrouth (...)".



Le président de l'Université américaine de Beyrouth (AUB), Fadlo Khuri, a qualifié samedi l'équipe ministérielle de Hassane Diab de "pire gouvernement de l'histoire du Liban" pour ce qui a trait au soutien qui devrait être apporté à l'enseignement supérieur, alors que ce secteur, à l'instar de tous les autres, est frappé par les répercussions de la profonde crise économique et...

commentaires (17)

Un jugement trop hâtif venant d'une prestigieuse université.

Khalil

20 h 04, le 12 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Un jugement trop hâtif venant d'une prestigieuse université.

    Khalil

    20 h 04, le 12 juillet 2020

  • ET TOUT LE MONDE DE CERTIFIER.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 48, le 12 juillet 2020

  • Mr President, how are we progressing on the investigation of corruption and money siphoning cases within AUB and AUH?

    Roger Xavier

    11 h 16, le 12 juillet 2020

  • Le titre n’aurait pas dû tronquer la citation. C’est du journalisme de tabloïdes

    Paul Chucrallah

    10 h 07, le 12 juillet 2020

  • Ni les anciens ni le nouveau ne marche .. pourtant il y un parti qui montre le chemin sans En vouloir la paternité ... vous avez deviner lequel ... les mêmes qui étaient à la défense du Liban lorsque les palestiniens ont voulu en faire un pays de remplacement !!

    Bery tus

    09 h 07, le 12 juillet 2020

  • Ce vénérable et président d’université devrait garder ses commentaires qui divise pour lui, ont a tous compris que le premier ministre n’est pas vrai premier ministre et qu’il n’a pas le pouvoir de faire la différence. Le système gouvernemental libanais est constitué de façon que personne ne peut prendre de décision. Aucun gouvernement constitué de la sorte ne pourrait être fonctionnel. Tout gouvernement normal doit avoir un seul chef qui prend la décision final. Malheureusement le Liban a un système de consensus qui est prédisposé à l’échec.

    Fadi Nassif

    07 h 55, le 12 juillet 2020

  • Thank you mR President for having the balls to say what you said , and how true you are! If Diab s government is the worst in the history of the country , you certainly are one of the best presidents AUB has had the honour of having as president God bless you always and keep you out of harm’s way

    Robert Moumdjian

    06 h 23, le 12 juillet 2020

  • On peut m'expliquer pourquoi M Diab qui peut revenir a n'importe quel moment a son poste a l'AUB ou au maximum a la fin du reigne de Aoun a la Presidence au pire des cas, a le droit de demander 1 Millions de dollars a l'AUB en indemnites A ce jour je crois qu'il n'a pas ete licencie pour meriter une indemnite mais il a quitte de son propre gres Bizzarre cette demande a moins que les reglements de l'AUB dispose que toute personne peut quitter quand elle le veut et recevoir une tonne d' indemnite LA VERITE JE NE CONNAIS PAS LA REPONSE ECLAIREZ MOI SUR CE POINT ET SUR LES RUMEURS QUI ONT COURRUS QU'IL S'AGIT DE LA SOMME DE 1 MILLION DE DOLLARS D'INDEMNITES ET DEMANDANT LE TRANSFERT A L'ETRANGER , PAS AU LIBAN (fake news peut etre?) MAIS PAS BETE DU TOUT MR DIAB, IL CONNAIT LA SITUATION VERITABLE DES BANQUES LIBANAISES

    LA VERITE

    01 h 40, le 12 juillet 2020

  • Le Président Aoun avait recueilli les avis de M. Kuri et du Directeur de l'USJ avant de nommer un PM. Ils n'ont pas mis un véto sur M. Diab, en tout cas la presse n'a rien dit à ce sujet. Après l'affaire de la plainte du PM contre l'AUB c'est facile de dire que c'est le pire gouvernement.

    MGMTR

    00 h 28, le 12 juillet 2020

  • Ah oui?? Le pire? Ca n'engage que ce monsieur. C'est vrai que les gouvernements précédents étaient de vraies merveilles... ca marchait du tonnerre...

    Sybille S. Hneine

    21 h 05, le 11 juillet 2020

  • L'économie qu'on se fait avec ces declarations! Au lieu de créer encore un autre comité pour évaluer les actions du premier ministre, lui-même ancien ministre de l'éducation, et son cabinet pour le sectaire de l'éducation et universitaire, on a l'opinion direct du président de l'AUB... Je parie que le dollars dégringolera rapidement, l'économie fera un sursaut inouïe et les affamés de ce pays oublieront les malheurs que leur fait subir ce cabinet....

    Wlek Sanferlou

    19 h 53, le 11 juillet 2020

  • Echec aussi sur le plan de l'électricité, avec le pire des pires ministres. Et échec également avec un ministre des finances qui pratique l'obstruction aux réformes si urgentes, comme si rien n'était attendu. Diab vit dans un monde fictif et irréel. Allez avec vos parrains, vous avez échoué.

    Chahine

    19 h 27, le 11 juillet 2020

  • On ne demande pas son avis ! Son avais ne peut être que biaisé, puisqu'il refuse de payer au Premier Ministre son dû !

    Chucri Abboud

    18 h 35, le 11 juillet 2020

  • le Liban c est un pays bananié je m explique , on a les meilleurs facultés au monde (des riches) on forme des jeunes pour les envoyer dans le monde entier pour ramener du blé au pays gouverné par des nuls,des incompétents incapables de faire des reformes qui veulent laisser le peuple dans la misère pour satisfaire leurs volontés et leurs égo et s enrichirent sur le dos du peuple pauvre Liban pauvre libanais

    youssef barada

    15 h 27, le 11 juillet 2020

  • On avait aucun doute la dessus. Plus incompétents que ces personnages loufoques soi disants technocrates qui se croient être ministres, il faut vraiment chercher très loin !

    Liberté de Penser

    14 h 53, le 11 juillet 2020

  • Je ne comprends pas que le papier fasse le lien entre la situation financière de l'AUB et l'action en référé introduite par le PM contre son ancien employeur. HD a le droit de défendre ses intérêts personnels et c'est d'ailleurs bon signe parce que ça laisse penser qu'il n'est pas en train de taper dans la caisse pour compenser sa perte de salaire. De plus, il est sur un siège éjectable : diriger le gouvernement par les temps qui courent au Liban, ce n'est pas franchement une sinécure.

    Marionet

    14 h 10, le 11 juillet 2020

  • Que c’est bien dit! Et pas par n’importe qui..Excellent!

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 47, le 11 juillet 2020