Rechercher
Rechercher

Liban

Près de l'ambassade US à Awkar, des manifestants réclament le désarmement du Hezbollah

La mission diplomatique américaine remercie les protestataires pour leur "reconnaissance" à l'occasion de la Fête du 4 juillet.

Près de l'ambassade US à Awkar, des manifestants réclament le désarmement du Hezbollah

Manifestations en faveur du désarmement du Hezbollah, le 4 juillet 2020 sur la route menant à l'ambassade des Etats-Unis, à Awkar. Photo ANI

Une poignée de manifestants membres du collectif "128" a organisé samedi matin un sit-in sur la route de Awkar qui mène au siège de l'ambassade des Etats-Uni au Liban, afin de réclamer le désarmement du Hezbollah via l'application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l'ONU.

L'Agence nationale d'information (Ani, officielle), présente les manifestants comme appartenant au collectif "Les amis de Donald Trump au Liban". Selon les images de la chaîne LBCI, les protestataires, une vingtaine de personnes, drapeaux libanais et américains à la main, ont transmis leurs demandes écrites à un représentant de la mission diplomatique américaine. "Les armes illégales sont instrumentalisées pour porter atteinte à la démocratie, pour affamer les Libanais et protéger la classe politique corrompue", a dénoncé un manifestant au micro de la chaîne. "Nous nous adressons à la communauté internationale pour qu'elle nous protège", explique-t-il.Le collectif "128" est quasi-inconnu.

Sur Twitter, l'ambassade américaine a remercié les manifestants "pour leur reconnaissance", le sit-in intervenant le 4 juillet, date de la fête nationale américaine.


"Merci au groupe de Libanais qui ont fait de la Fête de l'indépendance une journée spéciale en se rassemblant pour exprimer leur reconnaissance envers les Etats-Unis pour leur partenariat durable et leur soutien au Liban face aux défis sécuritaires et humanitaires (...)", a ainsi écrit la mission diplomatique sur son compte Twitter.

Depuis plusieurs semaines, des slogans hostiles au Hezbollah et appelant à l'application de la résolution 1559 font leur apparition dans le cadre des rassemblements populaires anti-pouvoir un peu partout sur le territoire. Mais ces demandes ne font pas l'unanimité des protestataires, le désarmement du Hezbollah étant une question hautement sensible dans le pays et qui continue de diviser même la classe politique entre partisans du parti chiite et opposant à la formation dirigée par Hassan Nasrallah. Certains observateurs ont pointé du doigt des partisans de Baha' Hariri, frère de l'ex-Premier ministre Saad Hariri, comme étant derrière ces manifestations contre le Hezbollah.

Il y a quelques jours, la porte-parole du département d’État américain, Morgan Ortagus, a affirmé dans une interview à la chaîne al-Horra que les États-Unis feront leurs possible pour assurer un avenir meilleur au Liban. Lundi, l'ambassadrice des États-Unis au Liban, Dorothy Shea, avait pour sa part déclaré que son pays était "prêt à continuer à aider le Liban à condition que le gouvernement prenne les mesures nécessaires pour résoudre la crise économique".

Une polémique a éclaté la semaine dernière au Liban après des propos hostiles au Hezbollah de l'ambassadrice des États-Unis, après lesquels un juge de Tyr avait émis une décision interdisant toute interview de la diplomate. A l'issue d'un entretien lundi avec le chef de la diplomatie libanaise Nassif Hitti, Mme Shea avait affirmé que la page avait été tournée. Le juge en question a quant à lui présenté sa démission.


Une poignée de manifestants membres du collectif "128" a organisé samedi matin un sit-in sur la route de Awkar qui mène au siège de l'ambassade des Etats-Uni au Liban, afin de réclamer le désarmement du Hezbollah via l'application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l'ONU.

L'Agence nationale d'information (Ani, officielle), présente les manifestants comme...

commentaires (12)

La seul manifestation qui jusqu'à present vise directement la tête du serpent. Bravo pour leur courage.

Aboumatta

15 h 45, le 05 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • La seul manifestation qui jusqu'à present vise directement la tête du serpent. Bravo pour leur courage.

    Aboumatta

    15 h 45, le 05 juillet 2020

  • Ya haram Pauvres gens qui esperent quelque chose des americains. Voyez LES resultats de leur interventions dans le MONDE !!! Cela prend 2 minutes ..

    aliosha

    10 h 01, le 05 juillet 2020

  • encore un peu ces manifestants vont réclamer l'implantation et la naturalisation des réfugiés syriens et palestiniens au Liban , pauvre pays !

    Chucri Abboud

    03 h 00, le 05 juillet 2020

  • Rien de bon à attendre ni des US ni de l'ONU. Les Syriens (pas les Assadiens mais l'écrasante majorité du peuple syrien qui hait Assad) sont là pour nous le dire. Immitons le courage de ce peuple qui a manifesté pendant plus d'une année de façon quasi-quotidienne à la face de son tyran-marionette au péril de la vie. La Russie ne sauvera pas le Hezbollah au Liban comme elle a sauvé Assad en Syrie. L'Iran seul n'aurait jamais pu sauver Assad, il ne pourra pas sauver le Hezbollah. Le peuple libanais est encore paralysé par le traumatisme de la guerre dite civile de 75-90. On n'ose pas défier ouvertement les vrais tenants du pouvoir dans notre pays. C'est devant l'ambassade de la Syrie assadienne qui nous a importé le Hezbollah d'Iran qu'il faudrait manifester. C'est un 22 novembre et non un 4 juillet qu'il faudrait manifester. Nous devrions demander non seulement le désarmement du Hezbollah mais l'arrêt complet des trafics en tous genre entre les 2 pays car ce problème est directement lié à la catastrophe économique que vivent les gens au quotidien et constitue une des principales sources d'alimentation de la milice pseudo-résistante. Nous devrions demander l'arrêt complet des relations diplomatiques avec la Syrie de Assad, régime illégitime et pilleur du Liban, et de la sorte viser le Hezbollah par son mailllon faible. Mais cette manifestation dans les jupons de l'ambassade US, c'est attaquer le Hezbollah par là où il aime.

    Citoyen libanais

    23 h 11, le 04 juillet 2020

  • Quel courage raz de bol

    Eleni Caridopoulou

    20 h 42, le 04 juillet 2020

  • Faites gaffe , vous serez traité d'espion a la solde de je ne sais pas qui .

    DRAGHI Umberto

    19 h 44, le 04 juillet 2020

  • Le désarmement n’a rien avoir avec la situation financière du pays. Honte à tout pays qui s’immisce sur la scène interne et veut faire perdre du temps sacré pour remettre le pays à ses pieds.

    Alors...

    19 h 23, le 04 juillet 2020

  • Les libanais vont bientôt se rendre compte qu’ils n’ont plus rien à préserver ni à perdre en confrontant le Hezbollah. Tout le monde paiera le prix, mais eux encore plus, une fois pour toutes. 3 décennies de duperies, de Chebaa, d’assasinats politiques, et le saccage total d’un pays sur tout les plans. Ils le veulent à leur image, même coquille vide, mais ne l’auront pas !!

    LeRougeEtLeNoir

    18 h 51, le 04 juillet 2020

  • Il n’y a que ça! De gré ou de force...

    LeRougeEtLeNoir

    18 h 47, le 04 juillet 2020

  • Qui a eu cette idée folle ?

    Chahine

    18 h 27, le 04 juillet 2020

  • Qui a eu cette idée folle ?

    Chahine

    18 h 27, le 04 juillet 2020

  • IL FAUT AMPUTER LE CORPS LIBANAIS DES CANCERS ET DE LA GANGRENE QUI LEUR SERT DE PARAVENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 11, le 04 juillet 2020