Régions

À Nabatiyé, des militants qui se mobilisent contre la crise des déchets battus

À Nabatiyé, des militants qui se mobilisent contre la crise des déchets battus

Les déchets qui s’amoncellent à Nabatiyé. Photo DR

Cibles depuis le début du mouvement de protestation du 17 octobre de pressions de la part des partis dominants au Liban-Sud, des jeunes militants de Nabatiyé ont décidé de s’attaquer au problème des déchets qui s’amoncellent dans la région, mais ont été menacés et battus hier, rapporte notre correspondante Badia Fahs.

Après avoir minutieusement étudié le dossier, un collectif de jeunes, « Li Watan » (Pour une patrie), a décidé de faire pression sur les autorités locales pour parvenir à une solution aux déchets qui s’amoncellent dans la région. Hier, une délégation de ce groupe s’est rendue au siège de la municipalité de Nabatiyé, qui regroupe également l’Union des municipalités de Chkif, pour aborder le sujet avec les responsables locaux, a expliqué au nom du groupe Dima Hojeij. « Ils ont d’abord été bien accueillis et ont les a informés que l’affaire était du ressort de l’Union des municipalités et non de celle de Nabatiyé. Ils se sont alors rendus au bureau de l’Union des municipalités de Chkif et ont informé un responsable qu’ils souhaitaient inspecter l’usine de triage de déchets dans le village voisin de Kfour, où sont transportées les ordures de la région, pour connaître sa capacité d’absorption et la façon dont les déchets sont triés ». Le responsable leur a dit qu’il suffisait d’une autorisation verbale de sa part et qu’ils pouvaient se rendre sur le site.

Les jeunes militants ont cependant préféré présenter une demande écrite à l’Union des municipalités, soulignant la gravité de la crise des déchets et demandant l’autorisation de se rendre sur le site pour s’enquérir notamment des obstacles qui empêchent que l’usine travaille à pleine capacité, indique notre correspondante. Ils se sont rendus ensuite à l’usine, constatant que les champs qui y mènent s’étaient transformés en décharges sauvages et qu’une odeur écœurante émanait de la région.

Le site, inauguré depuis plusieurs années, est censé traiter les déchets de 29 municipalités de la région de

Chkif, soit 70 % des déchets de la région, mais n’en traite que 2 %, et la crise des déchets se poursuit depuis des mois. Les militants affirment que l’usine accueille également des déchets médicaux et ne les traite pas.

Arrivés à l’usine, les gardes ont sommé les militants de remettre leurs téléphones portables et les clés de leur voiture, mais ces derniers ont refusé, affirment-ils à notre correspondante. L’un des gardes a tenté d’arracher son téléphone à l’une des jeunes activistes, qui s’est défendue, et un affrontement à mains nues s’est ensuivi entre les deux bords. « Peu après, une voiture est arrivée, à bord de laquelle se trouvaient des hommes armés » qui ont commencé à frapper les jeunes, blessant l’un d’eux, selon les militants. Ces derniers ont ensuite été enfermés dans l’usine avant qu’une patrouille des Forces de sécurité intérieure ne vienne les libérer et les emmener au poste de police de Nabatiyé, où ils ont effectué leur déposition.

Le militant blessé, Mohammad Berjaoui, a été hospitalisé et le groupe a porté plainte. Ce dernier a appelé à un sit-in aujourd’hui à midi devant la municipalité de Nabatiyé pour réclamer une solution au problème des déchets.


Cibles depuis le début du mouvement de protestation du 17 octobre de pressions de la part des partis dominants au Liban-Sud, des jeunes militants de Nabatiyé ont décidé de s’attaquer au problème des déchets qui s’amoncellent dans la région, mais ont été menacés et battus hier, rapporte notre correspondante Badia Fahs.

Après avoir minutieusement étudié le dossier, un...

commentaires (1)

Mais ces jeunes sont des chiites comment ils ont osé? Courageux vraiment.

Eleni Caridopoulou

22 h 13, le 18 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Mais ces jeunes sont des chiites comment ils ont osé? Courageux vraiment.

    Eleni Caridopoulou

    22 h 13, le 18 juin 2020